Découvrez le skin cycling

Découvrez le skin cycling

Sélection
Soins visage
Soins corps & cheveux
Par préoccupation
Diagnostic de peau
Aide et Contact
Idée reçue : Les peaux grasses n'ont pas besoin d'hydratation.

Idée reçue : Les peaux grasses n'ont pas besoin d'hydratation.

Une peau grasse est recouverte de sébum sécrété en quantité, ce qui lui donne un aspect huileux et semble ne pas présenter de signes de dessèchement. Face à cette caractéristique, beaucoup se demandent s'il est encore utile d'appliquer une crème hydratante. Qu'en est-il réellement ?

Publié le 27 janvier 2023, par Stéphanie, Doctoresse en Sciences de la Vie et de la Santé — 13 min de lecture

Erreur à éviter : faire l'impasse sur l'hydratation quand on a la peau grasse.

Une idée reçue consiste à croire que les peaux grasses ne nécessitent pas d'être hydratée. Le fait qu'elle produise du sébum en excès (hyperséborrhée réactionnelle) inciterait à ne pas en rajouter avec l'application d'un produit hydratant, pensant que cela pourrait être contre-intuitif. Même si ça paraît surprenant, une peau grasse peut également souffrir de déshydratation avec des conséquences sur l'aspect et le toucher de la peau : tiraillements, irritations, rougeurs...

Notre peau perd naturellement et quotidiennement de l'eau par sudation et aussi par évaporation (perspiration cutanée). En condition physiologique, cette perte est de l'ordre d'environ 5 grammes par mètre carré et par heure. Ces mouvements hydriques contribuent au bon fonctionnement physiologique de la couche cornée en lui procurant une source d'hydratation continue. Ce taux d'hydratation influence les paramètres macroscopiques apparents (élasticité, douceur...) mais aussi les paramètres moléculaires, l'activité des enzymes et la signalisation cellulaire au sein de l'épiderme.

En effet, bien qu'une grande majorité de l'eau soit stockée sous la forme d'un gel semi-fluide grâce à sa fixation à des macromolécules hydrophiles (collagène, acide hyaluronique) dans le derme, une partie de celle-ci demeure mobilisable et diffuse passivement vers l’épiderme. La peau est aussi perpétuellement soumise à des agressions extérieures : pollution, allergènes, microbes, rayons UV, hygiène de vie (tabagisme, alcool, etc...), nettoyage/gommage excessif, épilations, etc...

Ainsi, pour maintenir un gradient hydrique optimal dans la peau, il est essentiel de l'hydrater même si elle est grasse. Appliquer un soin hydratant aidera la peau à limiter cette perte insensible en eau (PIE), à faire barrière contre les agressions extérieures et par la même occasion à rééquilibrer le taux de sébum. C’est une étape importante à respecter, notamment quand la peau subit les effets des variations climatiques (vent, froid, humidité, chaleur, etc...), et quand le film hydrolipidique peut se retrouver fragilisée et que la peau n'arrive plus à retenir l'eau. En plus, lorsque la barrière épidermique est endommagée et que la peau est agressée par les éléments extérieurs, les glandes sébacées sont stimulées et produisent davantage de sébum pour la protéger.

L'objectif de ce geste n'est pas d'hydrater à proprement parlé, mais consiste plutôt d'empêcher la déshydratation de la peau en protégeant le film hydrolipidique. En effet, le terme "hydrater" couramment employé en cosmétique n’est pas tout à fait approprié. Au contraire, le fait d'apporter à la peau grasse une crème va permettre aux éléments "gras" de renforcer ou reconstituer la barrière lipidique. En outre, protéger et apaiser la peau grasse va petit à petit réguler sa surproduction de sébum. De ce fait, ces formulations hydratantes consistent à assurer le maintien d'un taux optimal d'eau au sein de l'épiderme afin de préserver sa fonctionnalité, tout en restaurant le rôle de barrière de la couche cornée et du film hydrolipidique.

Comment faire pour hydrater une peau grasse ?

L’hydratation de la peau dépend donc de l’intégrité de la barrière cutanée, composée du film hydrolipidique et de la couche cornée. L'utilisation d'un produit hydratant est alors indiquée, même pour la peau grasse. Pour ce type de peau, il convient particulièrement d'opter pour un soin doux sous la forme d'une émulsion huile dans l'eau, qui est perçue comme légère, fluide et hydratante à l'application, et dont la composition concilie efficacité matifiante avec des actifs comme le zinc, le cuivre, l'extrait de bambou, l'argile verte, le charbon actif... et hydratation de l'épiderme.

De plus, il est important que ce produit soit non-comédogène, c'est-à-dire qu'il va protéger la peau sans obstruer les pores, et séborégulateur, c'est-à-dire qu'en plus de préserver l'hydratation de l'épiderme, il doit aussi purifier et équilibrer la production de sébum. Concernant la stratégie d'hydratation, le soin doit contenir des substances du type :

  • Agents humectants/hygroscopiques : Ces actifs vont se fixer sur la couche cornée et permettre d'emprisonner l’eau transépidermique au sein des cellules de la couche cornée. On peut citer la glycérine, l'aloe vera, la panthénol, l'acide hyaluronique de faible poids moléculaire, sodium PCA, collagène hydrolysé, urée, hyaluronate de de sodium, fructose... ;

  • Agents filmogènes hydrophiles : Ces composés sont capables de retenir de nombreuses molécules d'eau dans leur squelette, formant ainsi à la surface un hydrogel afin de freiner la perte en eau. Nous pouvons citer l'acide hyaluronique à haut poids moléculaire (jusqu'à 1 000 fois son poids en eau), l'acide polyglutamique (jusqu'à 5 000 fois son poids en eau), le collagène à haut poids moléculaire... ;

  • Emollients : Il s'agit de lipides mimant ceux qui constituent le ciment intercellulaire de l'épiderme. Ils vont s’intégrer dans la matrice lipidique afin de combler les microfissures entre les cellules des couches superficielles de l'épiderme, et ainsi avoir une action dite d’occlusion interne. Ils s'agit essentiellement des huiles végétales riches en acides gras polyinsaturés et des lipides libres (acides gras, alcools gras, esters d'acides gras, sphingolipides, céramides, squalane, alcool stéarylique...).

Si l’objectif premier est d’apporter un soin hydratant et matifiant, ce dernier doit aussi renfermer des actifs anti-inflammatoires (ex : niacinamide, aloe vera, etc...) et antibactériens (ex : acide azélaïque, bakuchiol, acide salicylique, huile essentielle d'arbre à thé, etc...). En effet, les peaux grasses ont tendance à offrir aux bactéries les conditions idéales pour une prolifération rapide et durable.

Quel soin hydratant pour peaux grasses utiliser ?

Si vous cherchez un soin pour hydrater votre peau grasse au quotidien, nous vous recommandons la crème visage purifiante à la texture légère, qui pénètre rapidement sans effet gras ou collant. Grâce au zinc PCA contenu dans cette crème, elle vous permettra d'hydrater votre peau sans obstruer les pores, tout en limitant l'apparition d'imperfections. Doté de propriétés anti-inflammatoires et antibactériennes, ce minéral agit contre la prolifération de Propionobacterium acnes et lutte contre la réaction inflammatoire. En outre, sa formulation garantit un contrôle du sébum grâce aux pouvoirs absorbants de l'extrait de bambou et séborégulateurs du zinc.

Le soir, en remplacement de la crème de nuit, vous pouvez utiliser le sérum de nuit purifiant. Composé d'huiles végétales, de cellules natives et d'huiles essentielles, ce soin va purifier la peau et l'aider à protéger sa barrière afin de limiter la perte en eau :

  • L'huile de jojoba et l'huile de noisette vont aider à rééquilibrer la production de sébum sans laisser de voile gras sur la peau. Associées, elles vont avoir un effet séborégulateur amélioré. Astringent, elles vont également resserrer le grain de peau ;

  • Les cellules végétales de pivoine vont agir sur une enzyme clé de l'épiderme (5-alpha-réductase) pour limiter la sécrétion de sébum, tout en renforçant la rétention d'eau dans l'épiderme et en limitant la libération de molécules pro-inflammatoires ;

  • L'huile essentielle d'arbre à thé, de romarin et de géranium rosat sont antibactériennes, purifiantes et anti-inflammatoires. Elles permettent ainsi de protéger la peau des imperfections.

Sources :

  • HARDING C. R. & al. Moisturization and skin barrier function. Dermatology and Therapy (2004).

  • NOCERA T. & al. Skin hydration and hydrating products. Annales de Dermatologie et de Venereologie (2018).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: