3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Huiles essentielles et grossesse

Pourquoi la plupart des huiles essentielles sont déconseillées aux femmes enceintes et allaitantes ?

Durant cette période particulière de la vie de certaines femmes, il est souvent tentant de se tourner vers des soins naturels et donc vers l'aromathérapie. Néanmoins, les huiles essentielles contiennent des composés aromatiques aux actions puissantes ; elles peuvent être contre-bénéfiques et engendrer un réel risque pour la santé de la femme et de son bébé.

Quels peuvent être les dangers liés à l'utilisation des huiles essentielles lorsqu'on est enceinte ?

Que ce soit par voie orale ou par voie cutanée, durant le premier trimestre de grossesse, les huiles essentielles sont à bannir.

Le premier risque est lié au potentiel neurotoxique de certaines huiles essentielles et plus particulièrement des cétones qu'elles renferment. Ces composés peuvent occasionner des spasmes nerveux ou respiratoires ainsi que des nausées pouvant augmenter le risque de fausse couche. De plus, il est possible que les actifs présents dans les huiles essentielles franchissent la barrière cutanée ainsi que le placenta, affectant l’embryon en cours de formation.

Quels peuvent être les dangers liés à l'utilisation des huiles essentielles lorsqu'on allaite ?

Selon une étude, l’huile essentielle traverse la barrière cutanée à une concentration égale ou supérieure à 3 % dans une formule à usage topique. Il est ainsi possible d'en retrouver des traces dans le lait maternel, ce qui peut occasionner des spasmes respiratoires et/ou des nausées chez le nourrisson.

Quelles précautions prendre lors de l'utilisation d'huile essentielle après le premier trimestre de grossesse ?

Certaines huiles essentielles sont à proscrire durant toute la durée de la grossesse : Ajowan, Aneth, Angélique, Bergamote, Bergamote sans Bergaptène, Cade, Cajeput, Camomille sauvage, Cannelle, Carvi, Cèdre de l’Atlas, Citronnelle de Java, Clou de girofle, Combava, Coriandre, Criste Marine, Curcuma, Encens, Estragon, Eucalyptus Globulus, Eucalyptus Smithii, Fenouil Doux, Galbanum, Genévrier, Hélichryse de Madagascar, Hélichryse italienne, Khella, Lavandula Stoechas, Lédon du Groenland, Lemongrass, Livèche, Marjolaine  Sylvestre , Mélisse, Menthe Poivrée, Menthe verte, Muscade, Myrte verte, Myrte rouge, Myrte citronnée, Nard de l’Himalaya, Orange douce, Origan compact, Origan vert, Origan d’Espagne, Palmarosa, Pamplemousse, Patchouli, Pin douglas, Pin Sylvestre, Poivre noir, Pruche, Romarin à camphre, Romarin à cinéole, Sapin de Sibérie, Sapin baumier, Sarriette des Montagnes, Sauge à feuilles de lavande, Sauge sclarée, Térébenthine, Thym à linalol, Thym à thymol, Verge d’or, Verveine exotique, Vétiver.

Dans d'autres cas, l’usage de certaines huiles essentielles peut être autorisé à partir du quatrième mois de grossesse. Cette utilisation se fait alors uniquement par voie topique. Certains huiles essentielles nécessitent les recommandations d’un médecin : Basilic, Camomille matricaire, Ciste, Cyprès de Provence, Epinette noire, Gaulthérie odorante, Géranium Rosat, Gingembre, Lavande aspic, Lentisque pistachier, Menthe des champs, Niaouli, Romarin à verbénone, Tanaisie annuelle, Thym à feuilles de sarriette. Si l’utilisation de ces huiles essentielles vous est autorisée, respectez le mode d’emploi et la posologie prescrite notamment en ce qui concerne :

  • L’application : évitez la ceinture abdominale et les zones proches du bébé.

  • Le nombre de gouttes ;

  • la durée d’utilisation ;

  • La fréquence d’utilisation.

A noter ! Particulièrement pauvres en cétones, certaines huiles essentielles ne nécessitent pas l'avis d 'un médecin avant d'être utilisées en application cutanée après le 4ème mois de grossesse. Il s'agit des huiles essentielles de Camomille romaine, Cardamome, Citron, Eucalyptus citronné, Eucalyptus radiata, Inule odorante, Laurier noble, Lavande vraie, Lavande fine, Lavandin super, Mandarine verte, Marjolaine à coquilles, Néroli, Petit grain bigarade, Ravintsara, Saro, Tea tree, Thym à Thujanol et Verveine odorante.

Source :

  • FAUCON M. Traité d'aromathérapie scientifique et médicale - Les huiles essentielles - Fondements et aides à la prescription (2017).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: