Le Carnet
Tous les Sujets
Idées reçues eczéma.

Les idées reçues sur l'eczéma.

L’eczéma est une maladie de peau inflammatoire assez courante et représente la deuxième cause de consultation chez le dermatologue, derrière l'acné. Il fait l'objet de plusieurs théories, pas toujours exactes. Voici un tour d'horizon des idées reçues sur l'eczéma.

Thèmes :

Idée reçue n°1 : Seuls les enfants sont sujets à l'eczéma.

Faux, l'eczéma touche aussi bien les enfants que les adultes, même s'il est vrai que les premiers sont les plus concernés. En effet, on estime qu'environ 2 à 3% des adultes souffrent d'eczéma en Europe contre 10 à 20% des enfants. Les adultes sujets à l'eczéma ont d'ailleurs bien souvent eu des poussées durant leur enfance, bien que ce ne soit pas systématique. L'eczéma s'estompe souvent avec le temps mais peut dans certains cas perdurer.

Idée reçue n°2 : Des rougeurs et des démangeaisons sont forcément liées à de l'eczéma.

C'est faux. Rougeurs, démangeaisons, sécheresse cutanée et épaississement de la peau sont effectivement les principaux symptômes associés à l'eczéma, mais n'en sont pas l'apanage. Ils peuvent être causés par d'autres maladies de peau, telles que le psoriasis, la dermite séborrhéique, les mycoses ou la gale. Ces affections sont d'ailleurs assez fréquemment confondues avec l'eczéma.

Idée reçue n°3 : L'eczéma ne touche que le visage.

Faux, le visage n’est pas la seule zone qui peut être touchée par l’eczéma. Les plaques rouges peuvent également apparaître au niveau des mains, des bras, des coudes, des jambes, des fesses... On remarque simplement plus souvent qu'une personne est sujette à des crises d'eczéma lorsque celui-ci se manifeste sur les paupières, les joues ou le front, des zones difficiles à cacher.

Idée reçue n°4 : L'eczéma peut provoquer des troubles du sommeil.

Cette affirmation est vraie. En effet, l'eczéma peut avoir un impact significatif sur la qualité du sommeil des personnes qui en souffrent et environ 80% des adultes atteints de dermatite atopique se plaignent de troubles du sommeil.

Les fortes démangeaisons, les sensations d'inconfort et la douleur associées aux lésions cutanées de l'eczéma peuvent perturber le sommeil, rendant difficile l'endormissement et entraînant des réveils fréquents pendant la nuit. Ces troubles du sommeil conduisent souvent les personnes atteintes d'eczéma à ressentir de la fatigue, de l'irritabilité et une diminution de la concentration pendant la journée.

Pour des nuits plus sereines, les dermatologues conseillent aux personnes atteintes d'eczéma de prendre une douche rapide et pas trop chaude le soir, et de bien hydrater et apaiser leur peau avec un émollient juste après. Ils préconisent également de porter des gants en coton pour éviter de se gratter pendant le sommeil, ainsi qu'un pyjama ample.

Idée reçue n°5 : L'eczéma est contagieux.

L'eczéma est une maladie stigmatisante et difficile à vivre pour les personnes atteintes qui peuvent avoir tendance à s'isoler. Il arrive souvent que leur entourage ou les individus qu'elles croisent pensent, à tort, qu'il s'agit d'une maladie contagieuse. L'eczéma ne peut pas être transmis horizontalement, c'est-à-dire d'une personne affectée à une personne non-affectée.

Toutefois, il est bon de savoir que l'eczéma peut être transmis génétiquement aux enfants, on parle alors de dermatite atopique (transmission verticale). Les personnes atteintes d'eczéma atopique ont souvent une anomalie au niveau du gène codant pour la filaggrine et d'autres protéines essentielles à la couche cornée, ce qui résulte en une barrière cutanée fragile laissant facilement traverser les allergènes. Cette anomalie peut être transmise à leur descendance.

Idée reçue n°6 : L'exposition au soleil soulage l'eczéma.

Cette affirmation est à la fois vraie et fausse. En effet, certaines personnes touchées par l'eczéma constatent une amélioration de l'état de leur peau à l'arrivée des beaux jours, tandis que d'autres voient leur lésions s'aggraver. On parle alors d'eczéma photosensible. Il s’agit d’une photo-allergie, c’est-à-dire d'une réaction croisée entre un produit contenant une molécule allergisante et les rayons UV du soleil. C'est assez rare mais cela arrive.

Si on pense souvent que le soleil est bon en cas d'eczéma, c'est en raison de la synthèse de vitamine D qu'il stimule. Une étude publiée récemment a montré que la vitamine D augmentait la production de cathélicidines, des molécules agissant contre les staphylocoques dorés, des bactéries colonisant parfois les peaux eczémateuses. Les staphylocoques peuvent provoquer des surinfections de l'eczéma, ayant parfois des conséquences importantes. La vitamine D a un effet protecteur contre cela. De plus, elle favorise la production de protéines nécessaires au fonctionnement de la barrière cutanée, ce qui limite la sécheresse et l'entrée de pathogènes.

Remarque : même si le soleil peut apporter des bénéfices, il ne faut pas oublier qu'il est aussi dangereux pour la peau. Pour prévenir les risques de mélanomes, de taches solaires et de vieillissement prématuré, il est important d'appliquer un soin solaire large spectre, protégeant des UVA et des UVB, avant chaque exposition. Les personnes touchées par l'eczéma choisiront plutôt une crème à la texture riche, qui pourra nourrir leur peau en plus de la protéger.

Idée reçue n°7 : L'eczéma peut être atténué avec des huiles essentielles.

Vrai et faux, cela dépend des huiles essentielles. La plupart sont déconseillées aux peaux sensibles en raison des allergènes qu'elles renferment, ce qui inclut les peaux eczémateuses. Certaines permettent en revanche de soulager les démangeaisons dues à l'eczéma, il s'agit notamment de l'huile essentielle d'arbre à thé (INCI : Melaleuca Alternifolia Leaf Oil), l'huile essentielle de camomille romaine (INCI : Anthemis Nobilis Flower Oil) et de l'huile essentielle de lavande vraie (INCI : Lavendula Angustifolia Oil).

Idée reçue n°8 : L'eczéma est dû à un manque d'hygiène.

Il s'agit là d'une idée reçue. L'eczéma n'est absolument pas lié à un manque d'hygiène. Au contraire, l'eczéma peut être aggravé par un excès de soins susceptible de décaper le film hydrolipidique présent à la surface de l'épiderme et donc de fragiliser encore plus la peau.

Idée reçue n°9 : Les poussées d'eczéma sont favorisées par le stress.

Il est vrai que les crises d'eczéma peuvent être favorisées par le stress. Celui-ci augmente en effet l'inflammation cutanée en provoquant la dégranulation des mastocytes, des cellules immunitaires impliquées dans les réactions allergiques. Ceci est médié par des neuropeptides relargués par les fibres nerveuses cutanées : CRH (Corticotropin Releasing Hormone), neurotensine, substance P et d'autres tachykinines. La libération de ces hormones provoque une cascade de réactions menant au relargage de médiateurs à l'origine du prurit de l'eczéma et de la vasodilatation des vaisseaux.

Idée reçue n°10 : Le sport est déconseillé lors d'une poussée d'eczéma.

C'est faux, à condition d'adopter les bons gestes. Si vous avez une poussée d'eczéma et que vous souhaitez faire du sport, il est conseillé de ne pas mettre de tenues trop serrées favorisant la sudation et de prendre rapidement une douche après, suivie de l'application d'un émollient. La sueur, acide et renfermant des sels, fait partie des facteurs aggravants de l'eczéma.

Idée reçue n°11 : L'eczéma finit toujours par disparaître.

C'est faux, malheureusement. On estime qu'un peu plus de 50% des enfants souffrant d'eczéma voient leur symptômes disparaître complètement à l'âge adulte, tandis que ces derniers perdurent chez l'autre moitié. Notons aussi que l'eczéma ne part jamais tout seul et qu'il nécessite dans tous les cas une prise en charge médicale adaptée.

Idée reçue n°12 : L'eczéma est un problème purement physique.

C'est faux, l'eczéma ne se limite pas au physique et peut entraîner de l'anxiété. Si certaines personnes vivent relativement bien leur eczéma, d'autres en souffrent énormément et cela peut altérer leur confiance en elles et retentir sur différents domaines de leur vie : familial, sentimental, professionnel. C'est aussi pour ça qu'une prise en charge médicale adaptée est si importante, afin que l'eczéma ait le plus petit impact possible sur la qualité de vie des patients. Un accompagnement psychologique peut également être pertinent pour les personnes qui en ressentent le besoin.

Idée reçue n°13 : Les crèmes à la cortisone doivent être utilisées avec parcimonie.

Cette affirmation est à la fois vraie et fausse. En effet, les crèmes à la cortisone, bien souvent conseillées en cas d'eczéma, ne doivent pas être utilisées n'importe comment et sont classées comme des médicaments en France. Toutefois, une erreur commune est d'attendre trop longtemps après le début de la poussée d'eczéma pour les utiliser. Les dermatologues conseillent de ne pas attendre et d'appliquer une crème à la cortisone sur les lésions eczémateuses dès que la crise d'eczéma se déclare pour la désamorcer.

Idée reçue n°14 : L'eczéma peut être exacerbé par la pollution.

C'est vrai, plusieurs études ont montré qu'il existait un lien entre la pollution et l'aggravation de l'eczéma. Il a notamment été prouvé que l'exposition aux particules fines de diesel pouvait augmenter le prurit chez des enfants atteints d'eczéma. De plus, la pollution atmosphérique peut également provoquer une augmentation de la production de radicaux libres dans l'organisme, des espèces causant des dommages cellulaires et aggravant l'inflammation cutanée.

Sources

  • GOLDENBERG G. & al. Eczema. The Mount Sinai Journal of Medicine (2011).

  • BORRADORI L. & al. Dermatologie et infections sexuellement transmissibles. Elsevier Masson (2017).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.