Le Carnet
Tous les Sujets
Évolution d'un point noir.

L’évolution d'un point noir.

Les points noirs sont un problème récurrent des peaux mixtes à grasses, et sont généralement localisés sur le nez et le menton. Sans gravité, ils sont néanmoins inesthétiques et peuvent évoluer vers des imperfections plus marquées. Découvrez dans cet article comment un point noir peut évoluer au cours du temps.

Sommaire
Publié le 19 février 2024, par Pauline, Chargée de la Communication Scientifique — 6 min de lecture

Point noir : qu’est-ce-que c’est ?

Les points noirs sont des lésions rétentionnelles de l’épiderme, aussi appelés comédons ouverts. Même si les points noirs apparaissent le plus souvent sur les peaux mixtes à grasses, qui ont par nature tendance à avoir des pores dilatés et à sécréter une quantité importante de sébum, toutes les typologies de peau peuvent être concernées.

Les points noirs sont souvent présents sur le front, le nez et le menton, soit sur la fameuse "zone T". La raison est la suivante : ces parties présentent une concentration élevée de glandes sébacées. Un excès de production de sébum par ces glandes est susceptible d'engendrer l'obstruction des pores de la peau.

De plus, ce phénomène peut interférer avec sa desquamation naturelle, processus par lequel elle se débarrasse de ses cellules mortes. L'accumulation de ces dernières peut également boucher les pores, ce qui provoque l'apparition de comédons. Un point noir mesure entre 1 et 3 mm de diamètre environ. Sa couleur est due à l’oxydation du sébum au contact de l’air.

Plusieurs causes peuvent engendrer une hyperséborrhée et la formation de ces comédons : des changements hormonaux, l'alimentation, une forte exposition à la pollution ou aux rayons du soleil...

Comment évolue le point noir ?

Selon les situations, le point noir peut évoluer de plusieurs manières différentes :

  • La première, et la plus souhaitable, est sa sortie, naturelle ou à l'aide d'un tire-comédon, du pore. Cela entraîne sa rupture et l'expulsion d'un filament sombre. Précisons qu'il est préférable de ne pas l'extraire soi-même mais de faire appel à un dermatologue. De plus, bien que le point noir puisse disparaître de lui-même, ce processus est assez long et peut mettre plusieurs mois à plusieurs années.

  • Le point noir peut aussi s'enflammer et devenir un bouton rouge d'acné. Cette transformation est due à l'action de la bactérie Cutibacterium acnes, impliquée dans le processus d'acné. Sa prolifération est favorisée par le milieu riche en sébum, cette bactérie se nourrissant principalement des triglycérides présent dans le sébum. De plus, Cutibacterium acnes peut sécréter des substances pro-inflammatoires, responsables de l'évolution du point noir. Elle transforme en effet les triglycérides du sébum en acides gras libres qui exhaussent l'inflammation des glandes sébacées.

    Lorsque l'inflammation est prise en charge de façon rapide, elle n'est généralement que superficielle et seules des papules ou des pustules se manifestent. Néanmoins, dans le cas d'une inflammation profonde, on observe l'émergence de nodules douloureux pouvant évoluer vers des abcès ou des kystes. L'inflammation du point noir peut aussi être due à sa manipulation régulière. En effet, les germes présents sur les doigts et les ongles peuvent infecter le comédon et provoquer son infection.

Comment limiter l'apparition de points noirs ?

Il est possible de prévenir l'apparition de points noirs en nettoyant régulièrement sa peau avec des soins adaptés à sa typologie. Vous pouvez à cet effet utiliser notre gel nettoyant purifiant au zinc PCA et à l'extrait de bambou (nom INCI : Phyllostachys Bambusoides Extract), permettant ainsi d'assainir la peau et de rééquilibrer la production de sébum pour limiter la formation d'imperfections.

Il est aussi important de se démaquiller systématiquement chaque soir afin d'éliminer toutes les traces de pollution et les saletés accumulées au cours de la journée. Enfin, pour prévenir l'apparition des points noirs, il est également conseillé d'effectuer une à deux exfoliations par semaine afin de désobstruer en profondeur les pores et d'éliminer les cellules mortes.

Sources :

  • LIU Y. & al. Complementary therapies for acne vulgaris. The Cochrane Database of Systemic Reviews (2015).

  • NOWIWCKA D. & al. Microbiome and probiotics in acne vulgaris - a narrative review. Life (2022).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.