Exclusivité : Typology au Printemps Haussmann

Exclusivité : Typology au Printemps Haussmann

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Quel actif utiliser selon mon type de taches pigmentaires ?

Actifs anti-taches, lequel privilégier et pourquoi ?

Acide tranéxamique, acide arbutine, vitamine C, acide glycolique, acide azélaïque, niacinamide... Autant d'actifs présents dans les soins de la peau qui permettent de lutter contre les taches brunes. Quelles différences existent dans leur mode d'action ? Quel actif privilégier selon tel type de taches pigmentaires ?

Taches brunes : kezako ?

L’hyperpigmentation est le terme dermatologique employé pour désigner les taches persistantes qui apparaissent à la surface de la peau. Ce phénomène se produit à la suite d'un dérèglement au niveau du processus de pigmentation : la mélanine, pigment à l’origine de la coloration naturelle de la peau, est surproduite à certains endroits. Les tâches qui apparaissent alors sont de tailles variables et impactent l'uniformité du teint. On peut répertorier les taches liées à une hyperpigmentation en trois catégories :

  • le mélasma ou masque de grossesse, causé par des dérèglements hormonaux ;

  • le lentigo solaire, également appelé taches de vieillesse ou encore taches solaires, lié à une exposition excessive aux rayons UV ;

  • l’hyperpigmentation post-inflammatoire qui résulte d'une surproduction de mélanine après une inflammation (blessures, brûlures, imperfections, poussées d'acné).

A noter : L’utilisation de certains parfums et la prise de certains médicaments tels que les contraceptifs oraux, les médicaments contre le paludisme et les imipraminiques peuvent aussi être des causes d'hyperpigmentation.

Origines et modes d'actions des principaux composés anti-taches.

Dans l'univers de la beauté, de plus en plus de molécules actives éclaircissantes aux vertus anti-taches se développent. Retrouvez ci-dessous une liste non exhaustive de ces composés.

  • La niacinamide

    Egalement connue sous le nom de vitamine B3, nicotinamide ou vitamine PP (Pellagra Preventive), la niacinamide fait partie des vitamines hydrosolubles du groupe B aux propriétés antioxydantes, antibactériennes et anti-inflammatoires. Concernant son activité anti-taches, elle inhibe le transfert du mélanosome des mélanocytes aux kératinocytes. Pour rappel, la pigmentation de la peau est un processus complexe qui débute au sein de cellules appelées mélanocytes qui contiennent elles-mêmes des organites (les mélanosomes) dans lesquels est synthétisée la mélanine. Il y a ensuite un transfert de ces mélanosomes aux kératinocytes environnants, qui vont ultérieurement transporter le pigment et éventuellement le dégrader.

  • L'acide tranéxamique

    Il s'agit d'un dérivé synthétique de la lysine, un acide aminé présent dans la peau. Ses vertus éclaircissantes ont été découvertes récemment par un professionnel de santé. Son mécanisme d'action repose sur l'inhibition de la libération de médiateurs inflammatoires impliqués dans le déclenchement de la mélanogenèse. Plusieurs études ont prouvé que cet actif était particulièrement efficace pour atténuer l'apparence des mélasmas, ou masques de grossesse ainsi que sur les taches solaires.

  • L'acide glycolique

    D'origine naturelle ou synthétique, l’acide glycolique est le plus court des acides alpha-hydroxylés (A.H.A.)Sa capacité à stimuler le renouvellement des cellules cutanées lui permet de corriger les peaux endommagées par les rayons UV (taches brunes), les peaux ternes et d’effacer les marques laissées par les imperfections. En pénétrant la peau en profondeur grâce à sa petite taille, il régule l’action des mélanocytes lors de la production de mélanine et réduit l’apparition des taches pigmentaires.

  • L'alpha-arbutine

    D'origine naturelle (dérivé des feuilles de busserole) ou synthétique, l'alpha-arbutine, également connu sous le nom d'acide arbutine, est un actif anti-taches assez récent. En application cutanée, son efficacité remarquable est due à son affinité parfaite avec le site actif de la tyrosinase, une enzyme impliquée dans la formation de mélanine. Ainsi, cette inhibition compétitive du site actif de l'enzyme bloque son activité et par conséquent la synthèse de mélanine. L’équation est simple : moins de tyrosine et moins de mélanine signifie moins de pigments, moins de taches brunes et un teint plus uniforme.

  • L'acide azélaïque

    Ce composé est un acide dicarboxylique que l'on retrouve à l’état naturel dans le blé, le seigle et l’orge. Il est reconnu pour ses effets anti-comédogenique, anti-bactérien et anti-taches. Le mode d'action de l'acide azélaique contre l'hyperpigmentation a pu être identifié. Il réduit la capacité des mélanocytes à produire de la mélanine en inhibant l’enzyme tyrosinase et en régulant l’activité de l’enzyme thiorédoxine réductase. De plus, il cible uniquement les mélanocytes chargés de pigments ou les mélanocytes atypiques. De ce fait, il n'interagit pas avec les cellules saines. En outre, grâce à ses propriétés antioxydantes, l’acide azélaïque protège la peau des radicaux libres responsables de l’apparition des signes de l’âge, dont les taches brunes.

  • La vitamine C

    On ne présente plus cet incontournable dans les soins de la peau ! La vitamine C (ou acide ascorbique) protège des radicaux libres, lisse les traits fatigués et éclaircit les teints ternes : c'est l'actif coup d'éclat par excellence. En dermatologie, plusieurs études ont démontré le pouvoir dépigmentant de la vitamine C. Son mécanisme d'action repose sur l'inhibition de la tyrosinase, une enzyme responsable de la conversion de l’acide aminé tyrosine en mélanine, ce qui réduit ainsi la pigmentation. Ainsi, une étude a démontré qu'un sérum de vitamine C à 20% est capable de réduire les signes de photovieillissement, y compris les taches noires causées par les rayons UV.

  • L'extrait de réglisse :

    De nom I.N.C.I. "Glycyrrhiza Glabra Root Extract", l'extrait de réglisse renferme à 95% de la glabridine, un composé intervient à plusieurs niveaux pour réguler le phénomène d'hyperpigmentation. Il réduit considérablement la quantité d’endothéline-1 (médiateur qui intervient dans le processus de pigmentation) libérés par les kératinocytes après une exposition aux UV. Par ailleurs, il inhibe l'activité de la phospholipase A2 (PLA2), une enzyme libérée par les kératinocytes épidermiques après une exposition aux UV ou lors d'une inflammation qui stimule l’activité tyrosinase et donc la mélanogenèse. D'autres composés actifs, tels que le glabrène, l'isoliquiritigenin licuraside, l'isoliquiritin, et la licochalcone A, isolés à partir d'extraits de réglisse, ont également démontré une activité inhibitrice de la tyrosinase.

Quel actif utiliser selon mon type de taches pigmentaires ?

Même si tous les actifs cités dans le paragraphe précédent ont une activité sur les trois types de taches pigmentaires, certains restent plus pertinents que d'autres dans des cas précis.

  • Concernant les mélasmas (ou masque de grossesse), selon les études scientifiques menées ces dernières années, ils ont tous sans exception démontré une activité intéressante pour atténuer leur aspect.

  • Pour lutter contre les marques d'acné soit l'hyperpigmentation post-inflammatoire, la niacinamide, l'extrait de réglisse et l'acide azélaique se démarquent.

  • Pour les problématiques de taches solaires liées à une surexposition aux rayons UV, la vitamine C, l'acide tranéxamique ainsi que l'acide-arbutine sont d'excellents composés à intégrer à sa routine de soins quotidienne, ensemble ou séparément. Ces trois composés ne sont pas photo-sensibilisants et peuvent s'utiliser le matin. Ils limitent ainsi la surproduction de mélanine générée par les rayons UV au cours de la journée.

Sources

  • TELANG PS. Vitamin C in dermatology. Indian Dermatol Online J (2013).

  • BUI T. P. & al. Azelaic acid: pharmacokinetic and pharmacodynamic properties and its therapeutic role in hyperpigmentary disorders and acne. International Journal of Dermatology (1995).

  • H. MOHAMMADAMINI & al. A comprehensive review of the therapeutic potential of alpha-arbutin. Phytotherapy Research (2021).

  • THAPPA D. M. & al. Comparative study of trichloroacetic acid versus glycolic acid chemical peels in the treatment of melasma. Indian Journal of Dermatology, Venereology and Leprology (2010).

  • BOISSY R. E. & al. The effect of niacinamide on reducing cutaneous pigmentation and suppression of melanosome transfer. British Journal of Dermatology (2002).

  • MONCADA B. & al. A double-blind, randomized clinical trial of niacinamide 4% versus hydroquinone 4% in the treatment of melasma. Dermatology Research and Practice (2011).

  • WANG J. V. & al. Tranexamic acid for melasma: Evaluating the various formulations. Journal of Clinical and Aesthetic Dermatology (2019).

  • Yong Chool Boo, Arbutin as a Skin Depigmenting Agent with Antimelanogenic and Antioxidant Properties, Antioxidants, (2021).

  • Joseph Bikowski, Managing Melasma with Azelaic Acid Gel, Practical Dermatology, (2008).

  • Haikh ZI, Mashood AA. Treatment of refractory melasma with combination of topical 5% magnesium ascorbyl phosphate and fluorescent pulsed light in Asian patients. Int J Dermatol. (2014).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: