Le Carnet
Tous les Sujets
Effet cicatrisant huile de baobab.

L’huile de baobab, un cicatrisant ?

L’huile de baobab issue de l’arbre Adansonia digitata, originaire d’Afrique, est connue pour ses multiples bienfaits pour la peau. On entend souvent dire qu’elle pourrait avoir un effet positif sur le processus de cicatrisation. Mais alors l’huile de baobab peut-elle être considérée comme cicatrisante ? Nous avons analysé la littérature scientifique pour vous et nous vous répondons ici.

Sommaire
Publié le 9 avril 2024, par Marie, Rédactrice Scientifique — 7 min de lecture

L’huile de baobab est-elle réellement cicatrisante ?

Réputée dans la pharmacopée traditionnelle africaine et malgache, l'huile de baobab aurait des propriétés cicatrisantes et régénérantes. Certaines études ont mis en évidence des propriétés du baobab qui pourraient être bénéfiques dans le processus de cicatrisation.

  • Une première étude réalisée à partir d’extrait hydro-alcoolique d’Adansonia digitata a établi qu’il pouvait favoriser le processus de cicatrisation. Conduite au niveau d'une plaie dorsale d'un groupe de rats, les chercheurs ont constaté que l'extrait hydro-alcoolique de baobab, particulièrement grâce à la présence de bioflavonoïdes (catéchine, rutine, quercétine), de polyphénols, de stérols et de terpènes dans sa composition, a eu plusieurs effets sur la cicatrisation des plaies.

    Il a permis de renforcer l'activité anti-inflammatoire et la stabilisation des membranes cellulaires, en inhibant la lyse des cellules sanguines (érythrocytes) ainsi que les saignements au niveau des membranes. Par la mesure de la teneur de l’hydroxyproline, un acide aminé présent presque exclusivement dans le collagène, l'étude a aussi montré que l’extrait accentue la production en collagène, en stimulant la prolifération des fibroblastes. Il exerce également une action bactéricide, contribuant ainsi à prévenir les infections bactériennes et à faciliter la cicatrisation des plaies.

  • Une autre étude s'est intéressée à l'effet d'Adansonia digitata sur le traitement et la cicatrisation des ulcères au niveau du système digestif de rats. Prise par ingestion, l'effet de l’huile de baobab sur l’ulcère a été étudié au bout de 10 jours. Il a été constaté que le traitement à l’huile de baobab seule a aidé à réduire la taille de l'ulcère et à favoriser un retour à l'équilibre des paramètres étudiés.

Par quel mécanisme ?

Cette potentielle activité cicatrisante serait due à plusieurs métabolites secondaires que contient l'huile de baobab. Elle est composée à près de 60% d'acide linoléique et d'acide oléique, des acides gras qui ont une action réparatrice et cicatrisante sur la peau. Leur utilisation permet de favoriser un meilleur apport sanguin et d'augmenter la perméabilité des parois des vaisseaux.

Cela permet ainsi un apport enrichi en nutriments, en oxygène, en neutrophiles et en macrophages. Ces cellules vont combattre l’inflammation en entraînant la migration de facteurs de coagulation et d'anticorps. Elles vont agir simultanément au niveau de la cyclooxygénase (COX), l’enzyme responsable de la synthèse de médiateurs chimiques de l’inflammation, les prostaglandines pro-inflammatoires. Cette augmentation de la perméabilité va également induire la formation de nouveaux vaisseaux (angiogénèse) afin d'aider à la réparation des tissu lésés et va également aider à l'évacuation des déchets cellulaires.

Par ailleurs, l'augmentation du nombre de polynucléaires neutrophile va accélérer la phase inflammatoire et les cellules vont jouer un rôle d'agent anti-infectieux. Cette augmentation permet la mobilisation des fibroblastes, cellules à l’origine de la production de collagène,  qui entraînent une augmentation de la masse de tissu cicatrisant, donnant un épithélium plus résistant et épais. Ce tissu cicatrisant va fournir une structure de support temporaire, et favoriser la régénération des tissus. 

Une étude s'est intéressée au rôle de l'hydratation dans le cas de la cicatrisation et a démontré que des plaies bien hydratées cicatrisent plus rapidement et ont une meilleure apparence esthétique à long terme. L'eau étant un composant majeur du tissu cutané, l'hydratation va permettre la régénération des tissus cutanés, le maintien de l'élasticité de la peau et de l'équilibre cutané. L’acide linoléique retrouvé dans l’huile de baobab, crée un film protecteur la surface de la peau pour éviter les perte en eau transépidermiques.

Il n’existe à ce jour que des preuves limitées attestants de l’action cicatrisante de l’huile de baobab par voie topique. Les données ne permettent donc pas d’affirmer de façon concluante cet effet. Néanmoins, la plupart des molécules actives contenues dans l'huile de baobab montrent leur implication dans plusieurs mécanismes du processus de cicatrisation.

Comment utiliser l'huile de baobab ?

En utilisation seule ou dans un soin localisé, l'huile de baobab peut potentiellement être utilisée en cas de gerçures, crevasses, brûlures, plaies mineures ou cicatrices, à l'issue des premières données récoltées quant à son efficacité sur le processus de cicatrisation. Pour ce faire, appliquez quelques gouttes d'huile de baobab sur les zones concernées et massez doucement par des petits mouvements circulaires.

La pratique du massage doit s’établir dans la durée afin d’obtenir de meilleurs résultats durablement.

Une étude scientifique a été réalisée sur un échantillon de 420 participants, portant sur les effets des massages sur les cicatrices chez des patients brûlés. Ce geste était effectué tous le jours par séance de 5 à 30 minutes pendant une période de 12 semaines. Les résultats ont révélé que la pratique d'un massage sur les cicatrices a permis de diminuer les niveaux de douleurs, à améliorer l’épaisseur et l'aspect des cicatrices et à réduire la sensation de démangeaison.

Sources

  • PITHON-CURI T & al. Effect of oleic and linoleic acids on the inflammatory phase of wound healing in rats. Journal Citation Reports (2007).

  • RIPPON M.G & al. The importance of hydration in wound healing: reinvigorating the clinical perspective. Journal of Wound Care (2016).

  • VILJOEN A & al. Beauty in baobab: a pilot study of the safety and efficacy of Adansonia digitata seed oil. Brazilian Journal of Pharmacognosy (2016).

  • SANTIAGO J & al. Anti-inflammatory and skin barrier repair effects of topical application of some plant oils. International Journal of Molecular Sciences (2017).

  • PATIL S.S & al. Peptic ulcer healing activity Of fruit pulp extract and seed oil of Adansonia digitata Linn. International Journal of Pharmaceutical Sciences and Drug Research (2019).

  • EKLU-GADEGBEKU K & al. Hydroalcoholic extract of Adansonia digitata’s trunk bark, in topical application, possess in vivo wound healing and in vitro anti-inflammatory and antioxidant activities. Journal of Pharmacognosy and Phytotherapy (2022).

  • WANG RH & al. Effects of scar massage on burn scars: A systematic review and meta-analysis. Journal of Clinical Nursing (2022).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.