Découvrez notre sélection de soins pour cibler les signes de l’âge.

Découvrez notre sélection de soins pour cibler les signes de l’âge.

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Informations huile de baobab.

Huile de baobab : que faut-il savoir sur cette huile ?

Le baobab est un arbre légendaire du continent africain. De plus, il est également appelé « arbre à l'envers » en raison de ses branches qui ressemblent à des racines. Il est réputé pour sa longévité et ses nombreuses vertus. Extraite de ses graines, l'huile de baobab est plébiscitée dans les soins pour la peau et les cheveux. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur l'huile de baobab.

Quelques mots sur le baobab

Le baobab est un arbre solide et imposant qui appartient à la famille des bombacacées, il est originaire du continent africain. Surnommé "arbre de vie" en Afrique, le baobab est un arbre produisant des fruits charnus riches en oligo-éléments et en vitamines, on le surnomme souvent « pain de singe » en raison de ses fruits. Il est connu sous le nom botanique d'Adansonia digitata, le baobab est réputé pour ses diverses propriétés bénéfiques pour la peau. 

Le mot « baobab » dérive de l'arabe "bu hibab" signifiant « fruit aux nombreuses graines ».bL’arbre peut atteindre jusqu'à 30 mètres de hauteur et près de 10 mètres de diamètre pour les baobabs les plus anciens. Il possède un gros tronc, plus ou moins fibreux, avec un intérieur spongieux. L’écorce du baobab est lisse, de couleur gris jusqu’à marron et son épaisseur peut atteindre 10 cm. Les fibres de l’écorce sont extrêmement résistantes, elles sont employées dans des domaines variés pour en faire différentes sortes de cordes, mais aussi, des paniers, des filets, du fil de pèche ou des fibres de tissu. Les branches, s’amincissent vers les extrémités et ressemblent à des racines, au bout des branches se disposent les feuilles, simples et peuvent mesurer jusqu’à 20 cm. Les fleurs sont blanches, grandes et pendantes, seules ou accouplées, elles sont placées à l’extrémité d’un pédoncule long de 10 jusqu’à 90 cm. Elles ont une corolle large de 15 à 20 cm composée par 5 pétales blancs, tournés vers les haut. La floraison commence avant la saison des pluies ou simultanément. Les boutons des fleurs atteignent leur ouverture complète dans la nuit et se fanent le lendemain. Le fruit du Baobab mesure entre 10 et 50 cm, il a une forme ovoïde et irrégulière. Il est formé d’une partie extérieure ligneuse, très résistante , et d’une partie intérieure qui représente la pulpe du fruit. La pulpe du fruit mur est composée par des petites parties farineuses qui contiennent de nombreuses graines. Les coques des fruits une fois vidées de leur pulpe sont utilisées traditionnellement comme assiettes, elles peuvent être aussi travaillées et transformées en colliers.

Le baobab a la particularité de pouvoir absorber et stocker d'importantes quantités d'eau pendant la saison des pluies. Grâce à sa texture fibreuse, il peut ainsi survivre pendant de longues périodes de sécheresse, un baobab de grande taille peut contenir jusqu’à 9000 litres d’eau. Toutes les parties de l'arbre sont utilisables : l'écorce, les feuilles, les graines et l'huile extraite de ces graines. Presque toutes ont une fonction thérapeutique ou nutritionnel, de nombreux remèdes basés sur le baobab sont cités dans la pharmacopée traditionnelle africaine. Lui sont prêtés traditionnellement des fonctions d’antidiarrhéique, d’antalgique et d’antipyrétique en utilisation interne et des propriétés d’agent hydratant, adoucissant, anti-inflammatoire et antiallergique en utilisation externes.

Comment est obtenue l'huile de baobab ?

L'huile de baobab est contenue dans les graines du fruit du baobab. Elle est extraite de ses graines par de nombreux modes d'extraction, le mode le plus efficace est la pression à froid. Cette méthode permet de conserver au mieux les propriétés physico-chimique de l'huile de baobab. À la suite de cette étape une étape de filtration et de clarification est nécessaire pour obtenir une huile 100% pure. Les particularités organoleptiques et botaniques de l'huile de baobab évoluent en fonction des conditions de production. La qualité de l'huile dépend du lieu de culture, des conditions climatiques, du choix des engrais ainsi que du mode d'extraction. En général, l'huile de baobab est de couleur jaune orangé. Elle possède une odeur douce, proche de la noix, et une texture fluide et soyeuse, agréable sur la peau. L'huile de baobab rassemble plusieurs propriétés physico-chimiques intéressantes pour la peau et les cheveux. L'huile de baobab est composée d'un ensemble d'acides gras et de vitamines essentiels. Cette spécificité la rend particulièrement adaptée à l'usage cosmétologique.

Quels sont les actifs responsables des propriétés de l'huile de baobab ?

L’huile de baobab possède une composition riche en actifs. Chacun d'eux va permettent ainsi à l’huile d'être utilisée dans de nombreuses formulations cosmétiques et d’exercer ses diverses bienfaits.

COMPOSANTS BIOACTIFSPROPRIÉTÉS
Acides gras polyinsaturés (Acide linoléique, acide linolénique)Hydratantes, apaisantes, protectrices
Acides mono-insaturés (Acide oléique)Hydratantes
Acides gras saturés (Acide stéarique, acide palmitique) Émollientes, nourrissantes, protectrices
Vitamine (A,C,D,E,F,K)Anti-oxydantes, anti-inflammatoires, protectrices, angiogéniques
Flavonoïdes (quercétine)Anti-oxydantes, anti-inflammatoires, angiogéniques
Caroténoïdes (β-carotène) Anti-oxydantes
Stérols ( β-sitostérol, campestérol)Anti-inflammatoires
Hydrocarbures (squalène) Adoucissantes, nourrissantes

Note : La composition biochimique naturelle d'un extrait d'huile de baobab peut différer selon la méthode d'extraction choisie.

Les différents bienfaits du baobab

 Hydrater et adoucir la peau et les cheveux :

Grâce à sa teneur en acides gras essentiels, le baobab est un bon allié pour garantir une hydratation optimale. Plusieurs études ont montré que les acides gras insaturés présents à l'intérieur de l’huile de baobab hydratent la peau et les cheveux en profondeur. Ils permettraient d'assouplir la peau en lui redonnant de l’élasticité. Ils entretiendraient le film hydrolipidique de l’épiderme de manière à lutter contre la sècheresse cutanée et capillaire. Par sa capacité à réduire la perte en eau transépidermique, l'huile de baobab permettrait de maintenir un niveau d’hydratation convenable.

Calmer l'inflammation et apaiser l'irritation :

La composition biochimique du baobab lui donnerait des propriétés anti-inflammatoires, en effet les acides gras qu’il contient entraîneraient une réduction des marqueurs de l’inflammation cutanée. En mobilisant les cellules de l’inflammation, les acides gras comme l’acide linoléique, accélèrerait le processus inflammatoire. Les acides gras permettraient aussi par leur effet hydratant d'apaiser les peaux irritées. Par ailleurs, certaines vitamines notamment les vitamines C et E participeraient également à ce phénomène. Cela donnerait lieu à une réduction des rougeurs et un apaisement cutané, contribuant à un grain de peau plus uniforme. Ainsi, des études rapportent que l'huile végétale et l'huile essentielle de baobab, avec un effet anti-microbien, aideraient à calmer l'inflammation.

Favoriser la cicatrisation des plaies et la régénération de la peau :

Il est souvent énoncé que le baobab serait une aide au processus de cicatrisation. Une étude portant sur l'extrait hydroalcoolique de baobab en application topique, a révélé que grâce à sa composition riche en bioflavonoïdes, de polyphénols, de stérols et de terpènes il aurait des effets bénéfiques sur la cicatrisation des plaies. Il stimulerait la production de collagène nécessaire au maintien de la structure de la peau. L'huile végétale de baobab par sa composition en acides gras et vitamines favoriserait également le processus de cicatrisation, en augmentant la production de collagène et la perméabilité sanguine. Une autre étude s'est intéressée à l'association entre l'extrait hydroalcoolique et l'huile végétale de baobab, elle a montré que cette association agirait positivement sur la cicatrisation.

Retarder le vieillissement précoce de la peau :

Le baobab présente une composition riche en antioxydants, tels que les flavonoïdes, les caroténoïdes, les vitamines A, C et E, qui protègent la peau de l'action des radicaux libres. Les radicaux libres sont des particules en manque d'électrons, instables, qui provoque des effets nocifs sur la peau et les cheveux. Les composants anti-oxydants vont neutraliser l’oxydation causée par les radicaux libres. Une étude a montré que l'huile de baobab a une activité antioxydante significative, ce qui en fait un allié dans la lutte contre les signes du vieillissement de la peau. Elle aiderait à neutraliser les radicaux libres, par don d'électrons. Les vitamines (A,C,E) contenues dans l'huile permettraient de protéger et de bloquer le développement des radicaux libres. L’huile de baobab, composée également de stérols (bêta-sitosterol), limiterait l’oxydation des cellules et donc l’apparition de radicaux libres. Elle préviendrait donc le vieillissement cutané prématuré et stimulerait le renouvellement cellulaire.

Lutter contre certaines maladies infectieuses :

Le baobab est utilisé pour de multiples applications en médecines traditionnelles, notamment pour lutter contre les infections. Une étude réalisée sur l’extrait aqueux de feuilles de baobab a révélé qu’il aurait une activité antivirale contre le virus grippe, et aiderait à lutter contre certains symptômes respiratoires. Leur activité viendrait de leur effets sur la sécrétion de cytokines (IL-6 et IL-8) dans les cellules épithéliales humaines.  

Une autre étude s’est intéressée au potentiel immunogène de la pulpe du fruit de baobab dans le cadre du Covid-19. Cette pulpe riche en vitamine C et en zinc contient des inhibiteurs de protéase qui serait directement impliqué de la réplication virale et inhiberait la synthèse viral. Il semblerait qu’elle aiderait à potentiellement améliorer l’état de santé général des patients atteint Covid-19. 

Enfin une étude s’est penché sur les effets de l’écorce d’Adansonia Digitata dans le cadre du paludisme. Le paludisme est une maladie infectieuse potentiellement mortelle causé par le parasite Plasmodium. Ce parasite induirait une augmentation des espèces réactives de l’oxygène dans les cellules sanguines ce provoquerait une oxydation prématurées et la génération de peroxydes lipidiques qui affectent négativement, les globules rouges et la réponse immunitaire. Le traitement contenant de l’écorce de baobab déshydratée, réduite en poudre, aurait eu un effet sur la parasitémie (présence de parasites dans le sang). Par ailleurs, des marqueurs reliés à la gravité du paludisme ont été étudié, parmi eux, la protéine C sérique (marqueur de l’inflammation) et du facteur de nécrose tumorale (TNF-α). Les taux de protéine C et de TNF-α ont montré une large diminution dans le cas du traitement à l’écorce d’adansonia digitata. Les écorces de baobab présenteraient donc une action antipaludique potentielle et réduirait la progression de la maladie chez les personnes déjà atteintes.

Existe-t-il des contre-indications liées à l'utilisation cosmétique de l'huile de baobab ?

Le baobab est un ingrédient généralement bien toléré par toutes les typologies de peau. Le baobab peut être utilisé, que ce soit sur une peau sensible, sèche, irritée ou grasse, il apporte ses bienfaits en ciblant les spécificités de chaque types de peaux. Il s'utilise aussi sur tous les types de cheveux, particulièrement les cheveux secs, cassants, fragiles et abîmés. Il est indiquée pour la prévention et le soin des vergetures. Cependant, pouvant potentiellement provoquer une réaction d'hypersensibilité, il est conseillé d'effectuer un test de tolérance cutanée sur une petite partie de votre peau avant d'utiliser le baobab et ses préparations pour la première fois.

En outre, il n'existe pas de contre-indications à l'utilisation cosmétique du baobab, sauf en cas d'allergie. Les femmes enceintes et les jeunes enfants peuvent l'utiliser. Eviter le contact avec les yeux. Quelques soit sa forme, le baobab est à conserver dans un endroit frais (entre 5°C et 15°C), à l'abri de la lumière et de l'humidité.

Nos soins à l’huile de baobab.

Adansonia Digitata, est connue pour ses propriétés médicinales. L'extrait de baobab est souvent ajouté en tant qu'ingrédient aux formulations de produits cosmétiques (pommades, baumes, crèmes, lotions, shampooings, etc.), bien qu'il puisse être utilisé seul.

Nous avons formulé deux produits à base d'huile de baoabab.

  • Le baume cica-réparateur est destiné aux peaux sensibles et fragilisées. Il réduit les rougeurs, les démangeaisons, les tiraillements et les sensations d’inconfort. Grâce à son "effet pansement", il protège la peau en formant un film protecteur qui préserve des pertes en eaux. Le baume cica-réparateur est un soin haute tolérance qui est adapté à toute la famille dès la naissance, ainsi qu'aux femmes enceintes ou allaitantes.

    Utilisation :

    À appliquer deux fois par jour sur les zones fragiles ou irritées en massant légèrement. Il peut être utilisé pour une application sur le visage, le corps, le contour des lèvres et la zone intime externe. Le baume est testée sous contrôle dermatologique.

  • Le gel-en-huile vergetures à l’huile de baobab prévient et atténue l’apparence des vergetures. De plus, il apporte souplesse et élasticité à la peau. Doux et 100 % d’origine naturelle, ce soin est parfaitement adapté aux femmes enceintes et allaitantes. Ce gel est recommandé en prévention de tous les types de vergetures, qu’elles soient liées à un changement hormonal (grossesse, adolescence), ou à un étirement des tissus cutanés dû à la croissance, à une perte ou une prise de poids.

    Utilisation

    À appliquer sur peau propre et sèche. Prélever une noisette de formule et répartir localement sur les zones concernées (ventre, cuisses, hanches, fesses, seins) et masser lentement jusqu'à pénétration du gel. Son fini léger permet de s'habiller rapidement après utilisation.

    Pour les femmes enceintes, il est conseillé d'appliquer le produit deux fois par jour jusqu'à l’accouchement, et de continuer l'application à raison d’une fois par jour minimum durant les premiers mois qui suivent.

    Pour les personnes sujettes à des vergetures liées à une prise, une perte de poids ou à la croissance, appliquer une à deux fois par jour pendant la période concernée.

Sources

  • ANDERSEN F & al. Safety Assessment of Plant-Derived Fatty Acid Oils. International Journal of Toxicology (2017).

  • AJALA S & al. Chemical composition and anti-microbial activities of the essential oil of Adansonia digitata stem-bark and leaf on post-harvest control of tomato spoilage. Food Science and Technology Journal (2018).

  • BASIRAT A & al. African oils in dermatology. Dermatologic therapy (2021).

  • BEWAJI C & al. Chemopreventive and remediation effect of Adansonia digitata L. Baobab (Bombacaceae) stem bark extracts in mouse model malaria. Journal of Ethnopharmacology. (2018).

  • BOUWSTRA J & al. Contribution of palmitic acid to epidermal morphogenesis and lipid barrier formation in human skin equivalents. International Journal of Molecular Sciences (2019).

  • CHALANNAVAR R & al. The iconic baobab (Adansonia Digital) : Herbal medicine for controlling coronavirus (sars-cov-2) disease (covid-19). International Journal of Innovation Scientific Research and Review (2021).

  • DIOP C & al. Impact of Extraction Method on Physicochemical Characteristics and Antioxidant Potential of Adansonia digitata Oil. Scientific research food and nutrition sciences (2018).

  • HUDSON J & al. Multiple inflammatory and antiviral activities in Adansonia digitata (Baobab) leaves, fruits and seeds. Journal of Medicinal plants research (2009).

  • KRIST S. & al. Vegetable Fats and Oils (2020).

  • PITHON-CURI T & al. Effect of oleic and linoleic acids on the inflammatory phase of wound healing in rats. Journal Citation Reports (2007).

  • OYEWOLE Y & al. An evaluation of some properties of baobab fruit powder and ogi mixes. Transnational Journal of science and technology (2012).

  • SANTIAGO J & al. Anti-inflammatory and skin barrier repair effects of topical application of some plant oils. International Journal of Molecular Sciences (2017).

  • VILJOEN A & al. African seed oils of commercial importance — Cosmetic applications. South African Journal of Botany (2011).

  • VILJOEN A & al. An updated review of Adansonia digitata: A commercially important African tree South African Journal of Botany (2011).

  • VILJOEN A & al. Beauty in baobab: a pilot study of the safety and efficacy of Adansonia digitata seed oil. Brazilian Journal of Pharmacognosy (2016).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: