3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Différence grain milium et point blanc.

Quelle est la différence entre un point blanc et un grain de milium ?

Les grains de milium sont souvent assimilés à des points blancs. En effet, leur apparence équivalente peut porter à confusion. Voyons dans cet article comment différencier un grain de milium d'un point blanc.

Sommaire
Publié le 25 mars 2024, par Kahina, Rédactrice Scientifique — 8 min de lecture

Les similitudes entre les grains de milium et les points blancs.

  • Apparence. Les grains de milium et les points blancs, également appelés comédons fermés car ils ne présentent pas d'ouverture au-dessus, ont tous les deux une apparence de bouton sous-cutané rempli de matière, avec une fine couche de peau qui recouvre cette substance. Ils partagent également une couleur blanchâtre à jaunâtre. En général, les grains de milium et les points blancs sont petits, allant de 1 à 3 mm de diamètre.

  • Dangerosité. Les points blancs et les grains de milium ne sont pas dangereux. Ils ne sont pas contagieux et leur présence n'affecte pas la santé physique. En outre, ils disparaissent spontanément.

  • Traitements. Comme mentionné précédemment, les grains de milium sont bénins et il en est de même pour les points blancs. Ils ne nécessite pas de prise en charge particulière et disparaissent seuls. Cependant, leur présence peut être dérangeante au niveau esthétique. Pour les faire partir plus vite, des procédures existent. Globalement, on retrouve pratiquement les mêmes techniques dans les deux cas, notamment l'extraction par extracteur de comédon, le resurfaçage de la peau au laser et l'utilisation de rétinoïdes topiques.

    Ces traitements doivent être pratiqués par des professionnels de santé. Vous ne devez jamais essayer de retirer un grain de milium ou un point blanc vous-même.

Les différences entre les grains de milium et les points blancs.

  • Contenu du bouton. Un grain de milium est, en général, provoqué par l'obstruction des follicules pileux en raison d'une accumulation de kératine, des vieilles cellules qui ne tombent pas. Une nouvelle peau se développe au-dessus d'elle et l'emprisonne sous la peau pour former un kyste. Il ne contient ni sébum ni bactéries, et sont plutôt durs au toucher.

  • À l'inverse, un point blanc est un bouchon folliculaire qui se forme lorsque l'ouverture du follicule pileux se bloque par du sébum, des bactéries et des cellules mortes qui restent sous la surface cutanée, ce qui entraîne la formation d'une bosse tendre au toucher.

  • Facteurs d'apparition. Bien que leur origine soit mal connue, on suppose plusieurs facteurs d'apparition de grains de milium : une hérédité, une apparition spontanée par obstruction des follicules, un traumatisme (abrasion cutanée, brûlure), une exposition au rayons UV, l'application de corticostéroïdes topiques et une association à des maladies dermatologiques.

    Un point blanc est souvent lié à l'influence des hormones androgènes, car les glandes sébacées y sont très sensibles. Lorsque les taux d'androgènes, comme la testostérone, augmentent de manière significative, les glandes sébacées sont hyper-stimulées, ce qui entraîne une production excessive de sébum. Ce sébum va être emprisonné sous la peau et donner naissance à un point blanc.

  • Zones d'apparition. Les grains de milium apparaissent principalement sur le visage, précisément autour des yeux, des joues, du front et du nez. Il arrive aussi d’en voir sur les oreilles, les paupières, et même sur les zones génitales lorsqu'ils surviennent chez les nourrissons. En revanche, les points blancs se trouvent généralement sur le menton, les joues, le front et les coins de la bouche.

  • Personnes touchées. On peut retrouver des grains de milium chez les adultes comme chez les enfants, voire les nouveaux-nés, qui sont d'ailleurs les plus touchés par ce trouble. Les points blancs sont, quant à eux, fréquents chez les adultes et principalement les adolescents à cause des changements hormonaux. Il est également possible d'en observer chez les bébés, mais moins souvent. En outre, l'apparition de bosses blanchâtres chez les nourrissons est souvent source de confusion, car il s'agit la plupart du temps de grains de milium.

  • Durée. Dans l'ensemble, un grain de milium peut durer de quelques semaines à quelques mois, puis disparaître spontanément. Il arrive, de manière extrêmement rare, qu'il puisse persister. Cela s'applique aux grains de milium secondaires liés à un traumatisme, à un médicament ou à une maladie de la peau. Un point blanc ne dure pas plus d'une semaine, puis se résorbe seul.

Grain de miliumPoint blanc
ApparenceBouton sous-cutané rempli de matière emprisonnée sous la peau.Bouton sous-cutané rempli de matière emprisonnée sous la peau.
CouleurBlanchâtre à jaunâtre.Blanchâtre à jaunâtre.
TailleDe 1 à 3 mm de diamètre.De 1 à 3 mm de diamètre.
DangerositéBénin, pas contagieux, disparaît spontanément.Bénin, pas contagieux, disparaît spontanément.
TraitementsTraitements purement esthétiques comme extraction par extracteur de comédon, resurfaçage de la peau au laser et utilisation de rétinoïdes topiques. Ne pas retirer soi-même.Traitements purement esthétiques comme extraction par extracteur de comédon, resurfaçage de la peau au laser et utilisation de rétinoïdes topiques. Ne pas retirer soi-même.
Contenu du boutonKératine des vieilles cellules, dur au toucher.Sébum + bactéries + cellules mortes, tendre au toucher.
Facteurs d'apparitionHérédité, apparition spontanée par obstruction des follicules pileux, traumatisme, rayons UV, corticostéroïdes topiques, maladies dermatologiques.Hormones androgènes.
Zones d'apparitionVisage (yeux, joues, front, nez, oreilles, paupières) et zones génitales.Visage (menton, joues, front, coins de la bouche).
Personnes touchéesPlus fréquent chez les nouveaux-nés.Plus fréquent chez les adolescents.
DuréeQuelques mois à quelques semaines.Pas plus d’une semaine.

Sources

  • BERK D. R. & al. Milia: A review and classification. Journal of the American Academy of Dermatology (2008).

  • ROHRIG B. Demystifying gross stuff. ChemMatters (2011).

  • SANKAR R. Acne-causes and amazing remedial measures for acne. Indo American Journal of Pharmaceutical Research (2015).

  • GALLARDO AVILA P. & al. Milia. StatPearls (2023).

  • AMARAL M. H. & al. Treatment advances for acne vulgaris: The scientific role of cannabinoids. Cosmetics (2024).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

En savoir plus

Aller plus loin: