Découvrez notre sélection de soins pour cibler les signes de l’âge.

Découvrez notre sélection de soins pour cibler les signes de l’âge.

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Questions acide salicylique.

7 questions sur l’acide salicylique.

Des boutons aux signes de vieillissement en passant par les pellicules, l'acide salicylique est devenu un ingrédient populaire disponible en différentes concentrations et formes galéniques. Malgré sa popularité et son efficacité qui n'est plus à être prouvé, quelques interrogations demeurent encore. Voici sept questions courantes auxquelles nous répondons ici.

Question n°1 : L’acide salicylique fait-il ressortir les boutons ?

Au cours des premières semaines d'utilisation, l'acide salicylique peut provoquer une poussée temporaire d'acné, connue sous le nom de purge cutanée, notamment chez les personnes ayant une peau sujette aux éruptions cutanées, en voulant éliminer les obstructions résidant plus profondément dans la peau grâce à sa nature liposoluble. Ce phénomène se produit de par la capacité de l'acide salicylique à accélérer le taux de renouvellement des cellules cutanées.

Lorsque cela se produit, l'accumulation de sébum, la saleté et les amas de cellules mortes, piégés profondément dans les pores, sont poussées vers la surface de manière accélérée. Ceci provoque alors l'apparition de microcomédons non-inflammatoires à la surface de la peau (points blancs et points noirs), pouvant être accompagnés d'une peau sèche, d'irritation et de squames.

En l'absence de soin, ces comédons peuvent conduire à des boutons d'acné enflammés.

Question n°2 : L’acide salicylique peut-il être utilisé sur les peaux foncées ?

L’acide salicylique peut être utilisé en toute sécurité sur les peaux foncées. Il est même conseillé d’ajouter cet actif dans les soins de la peau. Bien que l'acné affecte toutes les couleurs de peau, les peaux foncées sont plus susceptibles de souffrir d'une hyperpigmentation post-inflammatoire et de cicatrices après une poussée d'acné. Or, l'acide salicylique peut aider à réduire le risque d'apparition de lésions acnéiques de par son action desmolytique.

Question n°3 : Les femmes enceintes peuvent-elles utiliser l’acide salicylique ?

D'après le rapport du Comité Scientifique pour la Sécurité des Consommateurs (CSSC), l'acide salicylique aux faibles pourcentages autorisés peut être utilisé sans danger pendant la grossesse ou pendant l'allaitement. Toutefois, il a été démontré qu'il peut être absorbé dans une certaine mesure sur peau intacte, selon le type d'excipient. Bien qu'une proportion relativement faible soit absorbée par la peau et qu'il soit peu probable qu'il présente un risque pour le développement de l'enfant, nous vous recommandons de consulter un professionnel de la santé. En effet, l'acide salicylique a une structure chimique étroitement liée à celle de l'aspirine. Or, cette dernière est considérée comme risquée en fin de grossesse, même si des études complémentaires sont nécessaires. En effet, quelques études ont montré que son utilisation serait associée à des fausses couches, des malformations congénitales, des complications hémorragiques et du salicylisme.

Question n°4 : L’acide salicylique est-il un actif photosensibilisant ?

Acide glycolique, acide lactique... il est connu que l'utilisation topique de certains actifs peut augmenter la sensibilité de la peau au soleil et demande alors de prendre des mesures de protection solaire appropriées. Or, cela ne semble pas être le cas de l'acide salicylique. Sur la base d'études menées chez l'Homme et chez la souris, le CSSC convient que l'acide salicylique n'a pas de propriétés photosensibilisantes. Il n'y aurait ainsi aucun mal à en utiliser le matin. Au contraire, l'acide salicylique aurait en fait un éventuel effet photoprotecteur sur la peau. Il présenterait un pic d'absorption à environ 305 - 310 nm dans la gamme des UVB.

Deux études cliniques ont montré que l'acide salicylique, appliqué peu de temps avant l'exposition aux rayons UV, diminuait le risque de coups de soleil. Il a été suggéré que le noyau benzénique de l'acide salicylique absorberait l'énergie UV et la convertirait en rayonnement d'ondes plus longues qui est ressenti sous forme de chaleur. Cependant, dans ces expériences, l'application d'une concentration relativement élevée d’acide salicylique peu avant l’exposition au soleil est nécessaire pour obtenir une "protection solaire". Or, une telle concentration (> 2%) peut provoquer une sur-exfoliation et des irritations pour une utilisation régulière.

Par mesure de prudence, nous recommandons d'appliquer un soin solaire après avoir utilisé des produits formulés avec de l'acide salicylique. Aucune autre précaution supplémentaire n’est nécessaire.

Question n°5 : Quels sont les dangers d'une utilisation cutanée de l'acide salicylique ?

En 2018, le CSSC a rendu un avis positif sur l'utilisation de l'acide salicylique. Il est considéré comme sûr dans les produits cosmétiques et est adapté à toutes les typologies de peau.

Conseil : Avant d'utiliser l'acide salicylique, testez-le sur une petite zone de votre peau (creux du coude, derrière l'oreille, face interne du poignet) pour vérifier si vous en êtes ou non allergique. Ne l''utilisez pas si une réaction se développe à l'endroit du test épicutané.

Par contre, il est possible de ressentir des picotements, une légère sensation de chaleur, des irritations, une desquamation et une sécheresse cutanée. Ces effets secondaires peuvent varier en fonction du type de peau et de la concentration utilisée. L'acide salicylique est actuellement réglementé à l'annexe III et à l'annexe V du Règlement Cosmétique avec des concentrations maximales et des conditions d'utilisation spécifiques.

En effet, de rares phénomènes de toxicité systémique (nausées, vomissements, étourdissements, acouphènes, psychose, coma, mort) ont été observés lorsque de fortes concentrations d'acide salicylique sont appliquées sur de grandes surfaces cutanées. De plus, son utilisation dans les produits bucco-dentaires, les produits en spray et les produits d'hygiène destinés aux enfants de moins de 3 ans est interdite.

Forme d'acide salicyliqueConcentration maximale
Conservateur0,5%
Produits topiques en vente libre, sauf pour les lotions pour le corps, les mascaras, les rouges à lèvres, les crayons pour les yeux, les déodorants à billes et les fards à paupières où aucune limite n'est imposée2,0%
Produits à rincer pour les che­veux et la pilosité faciale3,0%

Question n°6 : Est-ce que l'acide salicylique est cancérigène ?

Des études sur des animaux ont été réalisées pour évaluer le potentiel cancérogène de l'acide salicylique. Sur la base des résultats obtenus, il a été considéré comme dépourvu d'un tel effet et est non-cancérigène. En plus, d'après certaines recherches, l'acide salicylique présenterait des propriétés anti-cancérigènes.

Question n°7 : L'acide salicylique est-il un perturbateur endocrinien ?

Des préoccupation ont émergées sur de potentiels effets de perturbateurs endocriniens de l'acide salicylique selon les dernières études. La réglementation européenne le classe même comme reprotoxique de catégorie 2 (CMR 2). Plusieurs études in vitro et ex vivo ont montré une diminution de la production de testostérone après exposition à l'acide acétylsalicylique, fournissant des preuves d'un mode d'action anti-androgénique. D'autres études in vitro et humaines ont montré que les salicylates pouvaient perturber la thyroïde.

Cependant, toutes les études in vivo, ex vivo et in vitro ont été menées sur les salicylates, les esters (acide acétylsalicylique) ou les sels d'acide salicylique. Des recherches supplémentaires sont alors nécessaires. Face à cette polémique, la Commission Européenne a demandé au CSSC de réaliser une évaluation de sa sécurité dans les produits cosmétiques. En décembre 2022, le CSSC a rendu son avis et a déclaré que l'utilisation de l'acide salicylique dans les produits cosmétiques aux concentrations spécifiées est sans danger en tenant compte des dernières données fournies.

Sources

  • SHARPE G. & al. Emollients, salicylic acid, and ultraviolet erythema. Lancet (1990).

  • Cosmetic Ingredient Review Expert Panel. Safety assessment of salicylic acid, butyloctyl salicylate, calcium salicylate, C12-15 alkyl salicylate, capryloyl salicylic acid, hexyldodecyl salicylate, isocetyl salicylate, isodecyl salicylate, magnesium salicylate, MEA-salicylate, ethylhexyl salicylate, potassium salicylate, methyl salicylate, myristyl salicylate, sodium salicylate, TEA-salicylate, and tridecyl salicylate. International Journal of Toxicology (2003).

  • MAES D. & al. Salicylic acid protects the skin from UV damage. Journal of Cosmetic Science (2006).

  • HEARING V. J. & al. The effects of topically applied glycolic acid and salicylic acid on ultraviolet radiation-induced erythema, DNA damage and sunburn cell formation in human skin. Journal of Dermatological Science (2009).

  • STOODLEY M. A. & al. Intracranial haemorrhage in pregnancy. Obstetric Medicine (2009).

  • ARIF T. & al. Salicylic acid as a peeling agent: a comprehensive review. Clinical, Cosmetic and Investigational Dermatology (2015).

  • Scientific Committee on Consumer Safety (SCCS). Opinion on salicylic acid (2019).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: