3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Perte de cheveux post-partum.

Tout savoir sur la perte de cheveux post-partum.

Le corps de la femme subit de nombreuses transformations pendant la grossesse et après l’accouchement. La chute des cheveux figure parmi les changements fréquents liés aux variations des taux d’hormones. Voici les informations à retenir sur la perte de cheveux post-partum.

Chute de cheveux post-partum : de quoi parle-t-on ?

Le post-partum est une période difficile pour les cheveux de certaines femmes. En effet, ils peuvent devenir cassants, ternes, voire tomber par poignées. Cette chute de cheveux est plus ou moins marquée selon les femmes et est surtout localisée à l'avant du crâne, au niveau de la ligne du front. Elle advient généralement autour du deuxième ou troisième mois suivant l'accouchement, mais peut également survenir un peu plus tard au sixième mois. La chute de cheveux est un phénomène souvent temporaire et normal, qui disparaît de lui-même au plus tard un an après la fin de la grossesse. Au fur et à mesure que les taux d'hormones reviennent à la normale, les changements survenus dans l'organisme s'estompent et les cheveux retrouvent leur état d'origine.

Quelles sont les causes de la perte de cheveux post-partum ? 

Les causes exactes de la perte de cheveux post-partum sont aujourd'hui encore mal comprises car peu étudiées. Néanmoins, il est admis que les différentes variations hormonales se produisant dans l'organisme au cours de la grossesse sont à l'origine de cette chute capillaire. Ainsi, l'augmentation des taux d'œstrogène et de progestérone chez les femmes enceintes se traduit souvent par une légère stimulation de la phase anagène du cycle pilaire, correspondant à la phase de croissance du cheveu. En effet, il semblerait que les œstrogènes soient capables de se lier à certains récepteurs présents dans le cuir chevelu, ayant une affinité pour cette hormone et induisant une accélération de la phase anagène.

La progestérone serait quant à elle responsable de l'inhibition de l'activité de la 5-alpha réductase, une enzyme modulant la conversion de la testostérone en dihydrotestostérone (DHT). Or, la DHT agit au niveau des follicules pileux en raccourcissant la durée de vie des cheveux et en accélérant les cycles capillaires. La progestérone a donc un effet bénéfique pour la pousse des cheveux. 

Après l’accouchement, les taux d'œstrogène et de progestérone diminuent, de même que les bienfaits qu'ils apportaient aux cheveux. Ces derniers commencent alors à tomber, comme pour rattraper le retard accumulé pendant la grossesse. En effet, certains chercheurs ont noté une légère intensification de la phase télogène après l'accouchement, la phase correspondant à la chute du cheveu. Elle viendrait ainsi compenser la pousse de cheveux "excessive" se produisant lors de la grossesse.

Que faire pour limiter la chute de cheveux post-partum ? 

Bien que la chute de cheveux puisse inquiéter, il faut garder en tête que ce phénomène est temporaire et n'est pas néfaste à la chevelure sur le long terme. Pour la limiter, il est possible d'adopter certains gestes simples au quotidien.

  • Un brossage doux.

    Il est tout d'abord conseillé de brosser doucement sa chevelure, sans tirer, pour ne pas provoquer de perte de cheveux supplémentaire. Si vous attachez vos cheveux, optez plutôt pour des coiffures lâches, afin de ne pas exercer de pression trop forte sur les fibres capillaires.

  • L'application de sérums fortifiants.

    Certains soins cosmétiques s'appliquant directement sur le cuir chevelu revendiquent des propriétés fortifiantes et une action préventive sur la chute de cheveux. Ils sont souvent formulés avec de l'huile de ricin (INCI : Ricinus Communis Seed Oil) ou de la biotine, une vitamine. La littérature scientifique ne leur accorde néanmoins qu'une efficacité limitée.

  • La prise de compléments alimentaires.

    Certains compléments alimentaires à base de cystéine ou de biotine sont conçus pour prévenir la chute de cheveux. Une cure dure environ 3 mois. Notons toutefois qu'une étude sur l'efficacité de la biotine sur l'alopécie a été récemment menée et a conclu que cette vitamine n'était que peu efficace.

Sources

  • EKMEKCI T. & al. The changes in the hair cycle during gestation and the post-partum period. Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology (2014).

  • CASTELO-SOCCIO L. & al. A Review of the use of biotin for hair loss. Skin Appendage Disorders (2017).

  • MECZEKALSKI B. & al. Hormonal effects on hair follicles. International Journal of Molecular Sciences (2020).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: