Découvrez notre sélection de soins pour cibler les signes de l’âge.

Découvrez notre sélection de soins pour cibler les signes de l’âge.

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Impact de la ménopause sur la peau.

Ménopause : quel impact sur ma peau ?

La ménopause n'est pas pathologique. C'est un phénomène physiologique qui touche toutes les femmes à un certain âge. Outre, l'arrêt des règles, 80% des femmes présentent au moins un autre symptôme. Parmi les changements au cours de la ménopause, on retrouve notamment une modification de l'état de la peau. Quel est l'impact de la ménopause sur la peau ? Éléments de réponse dans cet article.

Thèmes :

Un bref rappel sur la structure biologique de la peau.

La peau est constituée de trois couches, de la plus superficielle à la plus profonde :

  • Épiderme :

    C’est la couche la plus superficielle de la peau. Elle possède plusieurs populations cellulaires (kératinocytes, mélanocytes, cellules de Langherans, etc...).

    Les kératinocytes sont présents à différents niveaux de l’épiderme. Ils synthétisent la kératine, une protéine fibreuse et insoluble dans l’eau, qui donne à la peau son caractère imperméable. Elle protège ainsi la peau des agressions extérieures.

    Le rôle principal de l’épiderme est sa fonction de protection de la peau grâce aux kératinocytes et à la couche cornée. En effet, la couche cornée est composée de différents lipides épidermiques qui protègent la peau des agressions externes et de la déshydratation transépidermique. De plus, il est recouvert d’un film hydrolipidique qui agit comme une barrière protectrice supplémentaire. Ce film hydrolipidique est composé principalement du sébum sécrété par les glandes sébacées.

    La peau renferme également des mélanocytes. Au contact des rayons UV, les mélanocytes synthétisent de la mélanine, un pigment qui a pour rôle de protéger notre peau des rayons UV. Le bronzage est donc un mécanisme de défense de la peau !

  • Derme :

    C’est au niveau du derme que les nouvelles cellules cutanées se multiplient afin de remplacer celles qui sont éliminées. De plus, le derme renferme les fibroblastes qui synthétisent les fibres de collagène, d’élastine, ainsi que l’acide hyaluronique, responsables de la densité, l’élasticité et la fermeté de la peau.

  • Hypoderme :

    Son rôle principal est de gérer le stockage et la libération des lipides. Il intervient également dans la thermorégulation.

La ménopause, un bouleversement hormonal.

La ménopause est la période de la vie d'une femme marquée par l'arrêt de l'ovulation et l'arrêt des règles (menstruations). Elle apparaît en général entre 45 et 55 ans.

De multiples symptômes apparaissent, tels que les bouffées de chaleur, les troubles du sommeil, la fatigue, l'irritabilité. Le risque de maladie augmente aussi (ostéoporose et maladies cardiovasculaires). Au moment de la ménopause, la peau des femmes subit également de nombreux changements.

Toutes ces modifications s'expliquent par une diminution de l'activité hormonale. En effet, les ovaires ne sécrètent plus d'oestrogène et de progestérone.

La carence en hormones, un impact direct sur la peau.

La sécrétion d'hormones a un impact sur la peau :

  • Les oestrogènes :

    Sous l'action des oestrogènes, les fibroblastes présents dans le derme synthétisent plus de fibres de collagène, d'élastine, ainsi que d'acide hyaluronique, apportant à la peau une meilleure densité, élasticité et fermeté. De plus, les oestrogènes augmentent le nombre de kératinocytes qui ont pour rôle de synthétiser la kératine, protéine qui protège la peau.

  • La progestérone :

    Le rôle de la progestérone au niveau de la peau est encore mal connu. Il semblerait qu'elle augmente la sécrétion de sébum. De plus, la progestérone a une action anti-androgénique connue.

À savoir : Les androgènes sont des hormones sexuelles qui provoquent l'apparition et le développement des caractères sexuels mâles.

Lors de la ménopause, l'arrêt de l'ovulation entraîne un arrêt de l'activité hormonale d'oestrogène et de progestérone. Or, la diminution de la production d'oestrogène entraîne une atrophie dermique et épidermique : la peau s'affine et perd en souplesse, en élasticité et en fermeté. De plus, en raison d'une perte en acide hyaluronique et d'une inactivité des glandes sébacées, la peau se déshydrate et le film hydrolipidique est fragilisé. La peau est alors plus sensible aux agressions extérieures et à la déshydratation transépidermique.

En plus d'une diminution des oestrogènes et de la progestérone, le taux d'androgène augmente, ce qui est à l'origine de la survenue de poils indésirables au niveau du visage et de l'accentuation de la chute de cheveux.

Les effets visibles de la ménopause sur la peau.

Les modifications de la structure interne de la peau laissent apparaître des signes au niveau de l’épiderme. Comme mentionné précédemment, les glandes sébacées ne sont plus en mesure d’assurer pleinement leur rôle. Cela est à l’origine de la diminution de la formation du film hydrolipidique, et donc de la déshydratation de la peau, d’une faible résistance aux agressions extérieures.

Il est à noter qu’une perte d’hydratation de la peau peut lui faire perdre son éclat, c’est pourquoi vous vous retrouvez avec une peau terne. Avec la diminution du collagène et de l’élastine, la peau tend à perdre de son élasticité et les rides commencent à s’accentuer.

Sources

  • PIERARD G. & al. La peau et le temps de la ménopause. La Revue Médicale de Liège (2006).

  • PUIZINA-IVIC N. Skin aging. Acta Dermatovenerologica Alpina Pannonica et Adriatica (2008).

  • DESMOULIERE A. & al. Skin changes during ageing. Subcellular Biochemistry (2019).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: