Nouveau : soin conçu pour les peaux sujettes à la rosacée

Nouveau : soin conçu pour les peaux sujettes à la rosacée

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Probiotiques ménopause

Les probiotiques, alliés des femmes ménopausées ?

La ménopause est une période charnière dans la vie d'une femme et s'accompagne de nombreux changements internes et externes. Le microbiote n'est pas épargné et subit des transformations importantes à la cinquantaine. L'utilisation de probiotiques peut-elle aider à le renforcer ? Découvrez ici quelques éléments de réponse.

Comment la ménopause affecte-t-elle le microbiote ?

La ménopause se caractérise biologiquement par l'arrêt des menstruations dû à une baisse drastique de la production d'œstrogène et de progestérone par les follicules ovariens. Cette diminution altère significativement le microbiote vaginal, c'est-à-dire l'ensemble des micro-organismes (bactéries, levures, virus...) vivant dans le vagin. Les recherches ont mis en évidence que la transition vers la ménopause était associée à une diminution des bactéries Lactobacillus ce qui perturbe l'équilibre du microbiote. Avant la ménopause, ces bactéries dominent le microbiote vaginal et représentent 90% de la population de micro-organismes.

À la puberté et jusqu'à la ménopause, l'augmentation des niveaux d'oestrogènes favorise la croissance de ces bactéries produisant de l'acide lactique, ce qui résulte en la création d'un environnement acide protecteur. La ménopause augmente la diversité bactérienne au niveau du vagin, favorisant ainsi la survenue de symptômes tels que la sécheresse vaginale et l'atrophie vulvo-vaginale. En effet, si ces phénomènes résultent en grande partie directement de la baisse des taux d'œstrogènes, de nombreux chercheurs ont montré qu'ils pouvaient également être attribués à la modification du microbiote vaginal.

Les probiotiques pour rééquilibrer le microbiote vaginal ?

Les probiotiques sont des micro-organismes apportés par l'alimentation ou par voie topique qui peuvent exercer des bienfaits sur l'organisme. Ils permettent notamment de rétablir l'homéostasie du microbiote vaginal. Les mécanismes d'action des probiotiques sont divers et concernent notamment l'amélioration de la fonction barrière, le blocage de l'adhésion des bactéries pathogènes, la réduction du pH et la modification de l'immunité globale de la muqueuse et de la santé vaginale. Les voies d'administration orale et vaginale ont fait l'objet d'études cliniques visant à rétablir l'homéostasie vaginale par l'administration de formulations probiotiques à base de Lactobacillus.

Bien qu'elle n'ait pas été spécifiquement étudiée chez les femmes ménopausées, une étude récente a examiné la composition du microbiote vaginal chez des femmes pré-ménopausées avant et après l'instillation vaginale de probiotiques. Des échantillons prélevés après six mois d'administration de probiotiques ont révélé que la majorité des participantes présentaient une modification de leur microbiote bactérien en faveur des Lactobacillus par rapport aux échantillons prélevés avant l'étude. On peut ainsi émettre l'hypothèse que l'instillation de tels probiotiques après la ménopause pourrait avoir un effet rééquilibrant sur le microbiote vaginal.

Une autre étude a mis en évidence l'intérêt de la prise orale de probiotiques Lactobacillus rhamnosus et Lactobacillus reuteri sur la qualité de la flore vaginale de 72 femmes ménopausées. Celles-ci ont été réparties en deux groupes. Un groupe a reçu les probiotiques une fois par jour pendant 14 jours tandis que l'autre recevait un placebo. Des prélèvements vaginaux finaux ont été effectués un jour après la dernière administration du comprimé et le score de Nugent a été mesuré. Ce dernier est échelonné de 0 à 10 et reflète la qualité du microbiote vaginal : s'il est compris entre 0 et 3, la flore est équilibrée et à prédominance de Lactobacillus, s'il se situe entre 4 et 6, la flore est légèrement altérée, et s'il est supérieur ou égal à 7, une vaginose bactérienne est envisagée. À l'issue de l'étude, 60% des femmes du premier groupe ont montré une réduction du score de Nugent d'au moins deux niveaux.

Les résultats des différentes études montrent un intérêt réel des probiotiques pour restaurer la flore vaginale chez les femmes ménopausées.

D'autres effets des probiotiques sur les femmes ménopausées ?

En plus d'un déséquilibre de leur microbiote vaginal, les femmes ménopausées sont souvent sujettes à de l'ostéoporose. Cette maladie osseuse est la conséquence directe de la diminution de la quantité d'œstrogènes dans le corps à la ménopause. Elle est caractérisée par une baisse de la masse de l'os et une dégradation de la structure du tissu qui le compose, ce qui accroît considérablement les risques de fractures. D'après une étude menée chez des femmes ménopausées, environ 6 femmes sur 10 ont subi une ou plusieurs fractures durant les 5 premières années suivant leur ménopause. Par ailleurs, des travaux récents ont mis en évidence une relation étroite entre le microbiote et la santé osseuse, suggérant ainsi un intérêt des probiotiques pour renforcer les os.

Dans une étude de 12 mois menée en double aveugle et contrôlée par placebo, 90 femmes âgées de 75 à 80 ans souffrant d'ostéopénie ont été divisées en deux groupes pour recevoir une supplémentation orale quotidienne en Lactobacillus reuteri ou un placebo. Pour information, l'ostéopénie est une baisse de la densité osseuse et est un état précurseur de l'ostéoporose. À la fin de l'étude, les scientifiques ont observé une réduction de la perte de densité de masse corporelle et un renforcement de la santé osseuse chez les personnes ayant reçu le probiotique. Ces résultats mettent en évidence l'intérêt d'une telle supplémentation chez les femmes âgées souffrant d'ostéopénie.

Sources

  • REID G. & al. Improved understanding of the bacterial vaginal microbiota of women before and after probiotic instillation. Applied and environmental microbiology (2003).

  • KISS H. & al. Randomized, double-blind, placebo-controlled study of oral lactobacilli to improve the vaginal flora of postmenopausal women. European Journal of Obstetrics, Gynecology and Reproductive Biology (2008).

  • MUHLEISEN A. & HERBST-KRALOVETZ M. Menopause and the Vaginal Microbiome. Maturitas (2016).

  • MUELLER E. & al. Oral probiotics and the female urinary microbiome: a double‑blinded randomized placebo‑controlled trial. International Urology and Nephrology (2019).

  • MUSCOGIURI G. & al. Probiotics and Prebiotics: Any Role in Menopause-Related Diseases? Current Nutrition Reports (2023).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: