Le Carnet
Tous les Sujets
Sucre et eczéma.

Le sucre aggrave-t-il l'eczéma ?

L’eczéma est une maladie de peau d'origine multifactorielle touchant environ 2,5 millions d'adultes en France. On sait aujourd'hui que de nombreux éléments ont une influence sur l'eczéma, parmi lesquels la pollution et le stress. Qu'en est-il du sucre ? Est-il considéré comme un facteur aggravant de l'eczéma ? Découvrons-le ensemble.

Sommaire
Publié le 8 février 2024, par Pauline, Chargée de la Communication Scientifique — 5 min de lecture
Thèmes :

Eczéma : qu’est-ce que c’est ?

L'eczéma est une affection cutanée inflammatoire qui se caractérise par la présence de plaques rouges sur la peau accompagnées d'une sensation de démangeaison intense. Il existe plusieurs types d'eczéma, parmi lesquels l'eczéma atopique, très fréquent et également connu sous le nom de dermatite atopique. Cette forme d'eczéma se développe chez les personnes ayant une prédisposition génétique à l'atopie, les rendant très sensibles à des allergènes courants de leur environnement. Dans le cas de l'eczéma atopique, la barrière cutanée ne remplit pas correctement son rôle, ce qui entraîne une perte excessive d'eau et une perméabilité accrue aux allergènes. L'eczéma peut également être acquis et se présenter sans prédisposition génétique, sous la forme d'eczéma de contact ou d'eczéma allergique.

Quelle que soit la forme d'eczéma, les lésions cutanées suivent quatre grandes étapes. Elles sont tout d'abord rouges et chaudes, parfois gonflées, et sont accompagnées d'un prurit. Quelques heures après, des petites vésicules remplies de liquide clair apparaissent au niveau des lésions rouges et le prurit persiste. Le grattage rompt ensuite les vésicules qui se mettent à suinter. Elles deviennent alors des croûtes et cicatrisent. Néanmoins, la cicatrisation est dans certains cas plus difficiles que dans d'autres et il arrive que l'eczéma s'aggrave.

Sucre et eczéma : existe-t-il un lien ?

Le sucre est une source d'énergie essentielle pour les cellules de notre organisme. Cerveau, muscles... Ces différents organes ne pourraient pas fonctionner sans lui. De plus, le sucre peut activer le système de récompense dans le cerveau, en stimulant la libération de dopamine et d'endorphines, des neurotransmetteurs associés au plaisir et au bien-être. Cela peut contribuer à une sensation de satisfaction et d'amélioration de l'humeur. Toutefois, en ce qui concerne l'eczéma, le sucre a souvent mauvaise presse.

Certaines études prêtent en effet au sucre ajouté, différent de celui naturellement présent dans les fruits et légumes, des effets inflammatoires. Il est suggéré dans ces travaux de recherche que le sucre peut activer le facteur de nécrose tumorale (TNF-α) et la production d'interleukines-17 (IL-17), des cytokines pro-inflammatoires pouvant exacerber les rougeurs et les démangeaisons dues à l'eczéma. Ces mécanismes sont toutefois controversés et toutes les études ne se rejoignent pas pour affirmer que le sucre aggrave l'eczéma.

L'une des plus récentes s'étant intéressées à cette problématique a d'ailleurs conclu que le sucre n'était pas un facteur aggravant de l'eczéma. Cette étude a fait appel à 30 personnes volontaires sujettes à la dermatite atopique. Accompagnés par des diététiciens pendant trois semaines, la moitié des patients a suivi un régime alimentaire à très faible taux en sucre tandis que les autres ont suivi un régime alimentaire plus sucré. À l'issue de la période, des mesures de SCORAD (SCOring Atopic Dermatitis) ont été effectuées. Le SCORAD est un outil clinique permettant d'évaluer l'étendue et la gravité de l'eczéma, ainsi que le ressenti psychologique des patients. Les mesures de cet indicateur n'ont montré aucune différence entre les deux groupes, ce qui a poussé les scientifiques à conclure que le sucre n'était pas un facteur aggravant de l'eczéma.

Remarque : bien que l'existence d'un lien entre le sucre et l'eczéma n'ait pas été prouvée, il est important de se rappeler qu'un excès de sucre dans l'alimentation peut entraîner plusieurs problèmes de santé, tels que des maladies cardio-vasculaires, des soucis dentaires, des problèmes de poids...

Sources

  • SUBERBIER T. & al. Sugar is not an aggravating factor in atopic dermatitis. Acta Dermato-Venereologica (2001).

  • SAURAT J. H., LACHAPELLE J. M., LIPSKER D., THOMAS L. et BORRADORI L. Dermatologie et infections sexuellement transmissibles. Elsevier Masson (2017).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.