3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Traitement kératose pilaire

Comment traiter la kératose pilaire ?

La kératose pilaire est une affection cutanée caractérisée par l’apparition de petits boutons durs, semblables à ceux de la chair de poule. Bien que bénigne, elle peut sembler disgracieuse, d'où l'envie qu'ont certaines personnes de trouver un traitement adéquat. Comment éliminer la kératose pilaire ? Découvrez quelques éléments de réponse dans cet article.

Sommaire
Publié le 8 mars 2024, par Pauline, Chargée de la Communication Scientifique — 9 min de lecture

Comment reconnaitre une kératose pilaire ?

La kératose pilaire est une affection pouvant toucher différentes parties du corps, bien qu'elle soit généralement concentrée sur la face externe des bras, des cuisses et des mollets. Du fait de la présence de petits boutons couleur chair, elle s’apparente à la chair de poule. En cas d’inflammation suite au grattage, les protubérances peuvent virer au rouge. Outre les boutons, la peau est relativement épaisse et rugueuse, du fait de l’accumulation de kératine. En effet, la kératose pilaire provient d’une surproduction de kératine par les kératinocytes, qui va ensuite s’accumuler à la surface de l’épiderme.

Il est bon de noter que la principale cause de kératose pilaire est une prédisposition génétique. Les symptômes peuvent ensuite être accentués par différents facteurs externes et environnementaux, tels que les allergènes, la sécheresse de l'air, ou une mauvaise technique de rasage. Par ailleurs, il a été montré que les peaux sèches et celles sujettes à l’eczéma sont davantage touchées par cette affection, sans toutefois que l'on sache s'il s'agit d'un lien de corrélation ou de causalité.

Que faire pour éliminer la kératose pilaire ?

La kératose pilaire est une affection cutanée bénigne. Pour des raisons esthétiques, vous pouvez tout à fait chercher à l'éliminer mais sachez qu'une kératose pilaire non traitée n'entraîne pas de risque pour la santé.

La kératose pilaire apparaît généralement durant l'adolescence et tend à disparaître d'elle-même à l'âge adulte. Néanmoins, ce n'est pas systématique et on estime qu'environ 40% des adultes dans le monde sont touchés par cette dermatose. Plusieurs méthodes permettent d'atténuer les signes de la kératose pilaire mais il est bon de noter qu'elles ne sont pour la plupart que partiellement efficaces.

Hydrater et nourrir la peau en profondeur.

Une bonne hydratation cutanée participe à protéger la peau des irritations et agressions extérieures. Les émollients tels que l'urée, les huiles végétales ou le squalane permettent d'assouplir la peau et d'atténuer la rugosité caractéristique de la kératose pilaire. La galénique du produit a aussi son importance. En général, plus le soin hydratant est épais et "gras", plus il sera efficace. Ainsi, au lieu d'utiliser une lotion hydratante, optez plutôt pour un baume ou une crème.

Des recommandations produits ?

  • Pour maintenir l’hydratation de la peau, nous vous recommandons d'opter pour un soin lavant doux et hydratant, à l’exemple de notre soin lavant hydratant au palmarosa. Grâce à son association d’huiles et de beurres végétaux et sa haute teneur en surgras, ce savon solide vous aide à maintenir l’hydratation de la couche cutanée et est idéale pour les peaux en quête de douceur.

  • S'adaptant à toutes les typologies de peau, notre crème hydratante corps a été conçue uniquement à partir d'ingrédients essentiels à sa fonction. Sa texture légère et non-grasse permet d'hydrater la peau sans effet collant.

  • Pour une texture encore plus riche, vous pouvez vous tourner vers notre baume relipidant. Adapté à toute la famille dès la naissance, ce soin a été pensé pour les peaux sèches à très sèches et à tendance atopique. Il associe l'action relipidante des céramides et du beurre de karité à un postbiotique rééquilibrant pour offrir un boost d'hydratation et apaiser la peau.

Prévenir la sécheresse cutanée.

En plus d'appliquer des soins hydratants et nourrissants, vous pouvez placer un humidificateur dans votre intérieur pour prévenir la sécheresse cutanée. Son utilisation va permettre d'augmenter les niveaux d'humidité de l'air, ce qui s'avère être utile pour prévenir et soulager la sécheresse de la peau. À noter qu'une humidité comprise entre 40 et 60% est idéale pour réhydrater la couche supérieure de la peau. Enfin, privilégiez les douches rapides, le contact prolongé avec l'eau ayant tendance à assécher l'épiderme.

Exfolier la peau une à deux fois par semaine.

En plus de l'hydratation, une exfoliation régulière permet d’atténuer la rugosité de la peau et les signes de la kératose pilaire. Nous vous conseillons pour cela notre gommage corps nourrissant. Ce gel fondant exfoliant renferme des micros grains de noyaux d'abricot et a une triple action sur la peau : nourrissante, assouplissante et adoucissante. Enrichi en huile d'amande douce, il offre une exfoliation tout en douceur et élimine les cellules mortes accumulées à la surface de la peau sans l'agresser.

Éviter de raser ou d'épiler la peau.

Mode d'épilation préféré des Français(es), le rasage peut provoquer une irritation de la peau, accompagnée par des rougeurs et des démangeaisons. Cette légère inflammation peut ensuite aggraver la kératose pilaire et provoquer l'apparition de nouvelles bosses. L'épilation électrique et la cire ne sont toutefois pas plus conseillées. La première, qui utilise un courant électrique pour détruire les follicules pileux, peut parfois entraîner la formation de poils incarnés en raison de la rupture des follicules ou d'une mauvaise technique d'utilisation. De même, en arrachant les poils à la racine, l'épilation à la cire peut perturber leur repousse et mener à des poils incarnés.

Si vous avez de la kératose pilaire et que vous souhaitez éliminer vos poils, nous vous conseillons plutôt l'une des deux méthodes d'épilation suivantes : la crème dépilatoire ou l'épilation laser. Le principe de la crème dépilatoire est simple et repose sur la présence d'acide thioglycolique dans sa composition. Cette molécule altère la structure de la kératine présente dans les poils ce qui les fragilise et permet de les retirer doucement. Le laser utilise quant à lui le principe de la photothermolyse sélective. Les rayons infrarouges qu'il émet ciblent la mélanine concentrée dans le poil et se transforme en chaleur pour détruire le follicule entier. Notons que cette technique n'est possible que pour les personnes ayant des poils foncés.

Des traitements topiques pour cibler la kératose pilaire ?

Quelques études se sont intéressées à des traitements topiques potentiels pour lutter contre la kératose pilaire. Parmi les ingrédients recherchés pour libérer les bouchons folliculaires, on trouve les rétinoïdes comme la trétinoïne et l'adapalène, l'acide azélaïque et le calcipotriol, un dérivé de la vitamine D. Il a été montré que ces actifs permettent d'améliorer quelque peu l'aspect de la kératose pilaire, sans toutefois permettre d'atteindre une rémission complète.

Faire des séances de laser.

La dernière solution pour éliminer la kératose pilaire consiste à faire des séances de laser. Elles permettent généralement d'obtenir des résultats satisfaisants en quelques séances, néanmoins, les résultats sont rarement définitifs. En effet, lorsque les séances sont arrêtées, une rechute est généralement observée. Le laser n'offre ainsi qu'une solution temporaire, à moins de poursuivre les séances indéfiniment. Il existe plusieurs types de laser, comme le laser Nd:YAG, le laser CO2 ou encore le laser à lumière pulsée, ayant une efficacité comparable sur la kératose pilaire. Enfin, il est important de noter que les séances de laser ne conviennent pas à tout le monde et sont déconseillées aux femmes enceintes ainsi qu'aux personnes prenant un médicament photosensibilisant.

Sources

  • KHOPKAR U. S. & THOMAS M. Keratosis Pilaris Revisited: Is It More Than Just a Follicular Keratosis? International Journal of Trichology (2012).

  • WANG J. F. & ORLOW S. J. Keratosis Pilaris and its Subtypes: Associations, New Molecular and Pharmacologic Etiologies, and Therapeutic Options. American Journal of Clinical Dermatology (2018).

  • FELDMAN S. R. & al. Treatment of keratosis pilaris and its variants: a systematic review. Journal of Dermatological Treatment (2022).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

En savoir plus

Aller plus loin: