Découvrez notre sélection de soins pour cibler les signes de l’âge.

Découvrez notre sélection de soins pour cibler les signes de l’âge.

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Indice de comédogénicité huile de baobab.

L'huile de baobab : est-elle comédogène ?

L'huile de baobab, est de plus en plus populaire dans l'industrie des soins de la peau, en raison de ses nombreuses propriétés pour la peau. Beaucoup se demandent si elle peut obstruer les pores et causer des imperfections. Continuez votre lecture pour savoir si l’huile de baobab est une huile comédogène. 

Sommaire
Publié le 9 janvier 2024, par Marie, Chargée de la Communication Scientifique — 8 min de lecture

Comédogène : de quoi parle t-on ?

La comédogénicité repose sur la capacité d'un ingrédient à obstruer les pores, en créant un film sur la peau qui empêche le sébum de s'évacuer. Le sébum libéré s'accumule alors à la surface de la peau, favorisant ainsi la formation d'imperfections cutanées, manifestées par des comédons pouvant apparaître sous forme de points noirs ou blancs. Pour les personnes souffrant d'acné, l'application de substances dites comédogènes peut aggraver cette condition.

L'évaluation de la comédogénicité d'un ingrédient peut se faire par la mesure de son indice de comédogénicité, allant de 0 à 5, pour déterminer son potentiel occlusif. Sur cette échelle, un score de 0 signifie qu'il n'y a pas d'occlusion des pores et donc pas de développement de comédons. Un score de 5 signifie qu'il y a une importante probabilité que les pores se bouchent et que des comédons se développent suite à l'application de l'ingrédient. L'indice de comédogénicité repose sur trois critères : la capacité de l'ingrédient à pénétrer les couches superficielles de la peau, la fraîcheur de l'ingrédient, qui dépend de sa conservation, et sa sensibilité à l'oxydation. Un ingrédient est considéré comme comédogène à partir d'un score de 2.

Il est important de noter que la comédogénicité d'un ingrédient ne garantit pas nécessairement l'apparition d'imperfections cutanées. Cela dépend de la personne et de sa typologie de peau. Les réactions après l'application de produits comédogènes varient d'un individu à l'autre.

Les produits contenant des ingrédients comédogènes, sont-ils comédogènes ?

Les évaluations de la comédogénicité par indice sont loin d'être inutiles, mais elles présentent de nombreuses limites. Parmi les études existantes sur la comédogénicité, une célèbre dermatologue a publié en 1989 une liste d'ingrédients comédogènes et non comédogènes, constituant l'une des principales sources sur le sujet. Cependant, cette liste est relativement ancienne et repose sur un modèle d'oreilles de lapin, qui peut se comporter différemment de la peau humaine. En effet, l'oreille du lapin est potentiellement plus sensible que la peau humaine, ce qui pourrait induire en erreur quant à la réaction d'un ingrédient sur les humains. De plus, les tests sont généralement effectués sur des ingrédients non dilués, et la concentration joue un rôle crucial dans le potentiel comédogène d'un produit.

En outre, la chimie de la formule finie peut altérer la comédogénicité des différents ingrédients. Par conséquent, un produit peut contenir des ingrédients dits "comédogènes" dans sa formule sans pour autant être lui-même comédogène. Une étude menée en 2006 sur des produits finis contenant des ingrédients comédogènes présente l'avantage de se baser sur un modèle humain plutôt qu'animal. Elle évalue la comédogénicité au niveau histologique et visuel, révélant que la plupart des produits initialement considérés comme comédogènes étaient en réalité non comédogènes.

De plus, chaque individu possède une peau unique réagissant de manière différente aux produits. Il est donc toujours recommandé d'effectuer un test de patch sur une petite zone cutanée avant d'appliquer une nouvelle huile ou un nouveau produit sur l'ensemble du visage ou du corps afin de vérifier l'absence de réactions indésirables. En cas de préoccupations spécifiques concernant votre peau, il est judicieux de consulter un dermatologue ou un professionnel de la santé cutanée pour des recommandations adaptées à votre type de peau.

L'huile de baobab est-elle comédogène ?

Concernant l'huile de baobab, à ce jour, il n'existe que peu d'études scientifiques spécifiques concernant sa comédogénicité. Néanmoins, le peu de données scientifiques tend à indiquer que la comédogénicité de l'huile de baobab serait faible, voire nulle. L'huile de baobab est apparemment considérée comme non comédogène. Plusieurs éléments semblent corroborer ce fait en se basant sur les critères d'évaluation de l'indice de comédogénicité.

Tout d'abord, la composition de l'huile de baobab, riche en acides gras insaturés (surtout en acide linoléique), permet à l'huile, grâce à ses propriétés émollientes, de pénétrer facilement dans les couches superficielles de la peau afin d'apporter une hydratation. Elle présente une bonne capacité de pénétration.

Deuxièmement, elle possède une bonne stabilité à l'oxydation, ce qui fait qu'elle ne va pas s'oxyder au contact de l'oxygène.

Troisièmement, elle est relativement stable à haute température, ce qui permet qu'elle se conserve bien et garde longtemps sa fraîcheur.

De plus, des études réalisées sur l'huile de baobab suggèrent que sa riche composition en acides gras polyinsaturés la rendrait moins comédogène que certaines huiles plus riches en acides gras monoinsaturés, telles que l'huile de coco. Il semble que les huiles végétales à forte teneur en acides gras polyinsaturés, comme l'acide linoléique, soient moins comédogènes pour la peau que les huiles végétales à forte teneur en acides gras monoinsaturés, comme l'acide oléique. Cependant, davantage de recherche est nécessaire pour confirmer cette affirmation, car l'huile contient aussi une partie d'acide gras monoinsaturé, notamment l'acide oléique.

Par ailleurs, il existe certaines précautions d'utilisation à prendre en compte pour optimiser son utilisation et son potentiel : la conserver à l'abri de la chaleur et de la lumière ; ne pas la mettre à la portée des enfants.

Sources

  • DiNARDO J. C. & al. A re-evaluation of the comedogenicity concept. Journal of the American Academy of Dermatology (2006).

  • ELIAS PM. & al. Impact of topical oils on the skin barrier: possible implications for neonatal health in developing countries. Acta Paediatrica Journal (2002).

  • FABBROCINI G. & al.Tolerability and camouflaging effect of corrective make-up for acne: results of a clinical study of a novel face compact cream. Clin Cosmet Investig Dermatol (2016).

  • FULTON J.E. Comedogenicity and irritancy of commonly used ingredients in skin care products. Journal of the Society of Cosmetic Chemists (1989).

  • KOMARNYTSKY S. & al. The Enigma of Bioactivity and Toxicity of Botanical Oils for Skin Care. Frontiers in Pharmacology Journal (2020).

  • KONNERTH N. & al. Comedogenicity testing of cosmetics. (1987).

  • KRIST S. & al. Vegetable Fats and Oils (2020).

  • MILLS O. & al. Comedogenicity of Human Sebum. Arch Dermatol (1970). 

  • MILLS O. & al. Human model for assessing comedogenic substances. Arch Dermatol (1982).

  • VERALLO DE BERTOTTO L. & al. Lots Of Comedogenic Ingredients Aren’t Actually Comedogenic, and What You Really Need To Prevent Acne (2020).

  • Y.SHI V & al. Myths, Truths, and Clinical Relevance of Comedogenicity Product Labeling. JAMA Dermatol Journal (2018).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: