3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Choix huile de caméline ou huile de lin.

Huile de caméline ou huile de lin : laquelle choisir ?

Souvent appelée "lin batârd", la caméline, et particulièrement son huile, présente des points communs avec l'huile de lin, tant au niveau de leur composition biochimique que des bienfaits qu'elles procurent. Cependant, des différences subsistent. Alors laquelle choisir ? Éléments de réponses dans cet article.

Des points communs entre l'huile de caméline et l'huile de lin ?

  • Composition biochimique : Les huiles de caméline et de lin présentent de grandes similitudes au niveau de leur composition biochimique. En effet, elles sont toutes deux des sources importantes d'acide α-linolénique (lin avec 52 à 60% des acides gras totaux ; caméline avec 35 à 40% des acides gras totaux).

    Elles présentent également des tocophérols (lin avec 40 à 50 mg/100g d’huile ; caméline avec 56 à 99 mg/100g d’huile), des phytostérols (lin avec 630 mg/100g d’huile ; caméline avec 331 à 442 mg/100 g d’huile), et des pigments caroténoïdes (lin avec 1 à 3 mg/100g d’huile ; caméline avec 10 à 20 mg/100g d'huile).

  • Bienfaits : Ces huiles sont réputées pour leurs bienfaits multiples. Anna K. SHOVELLER a montré dans une étude qu'après 16 jours de supplémentation orale en huile de caméline et de lin (8,2 g/100 g d'apport alimentaire total) chez 30 chiens, la douceur de la peau et la brillance du pelage ont augmenté de manière égale par rapport à la situation de départ pour les deux traitements.

    En complément alimentaire ou application topique, ces huiles permettent une hydratation de la peau, une meilleure cicatrisation et préviennent le vieillissement cutané de par leur richesse en acides gras oméga-3 permettant la formation d'une barrière lipidique, et en antioxydants (vitamine E) qui piègent les radicaux libres par transfert d'électron.

  • Mode d'obtention : L'huile de lin et de caméline sont toutes les deux généralement obtenues par extraction par pression à froid, qui consiste à presser les graines à une température inférieure à 40°C pour en extraire de l'huile. Ce procédé n'utilise aucun agent chimique, respecte l'environnement et l'huile conserve les composés bioactifs importants.

Existe t-il des différences entre l'huile de caméline et l'huile de lin ?

  • Stabilité oxydative : Ces huiles ne sont pas les plus stables face à la dégradation oxydative. En effet, elles sont concentrées en acides gras oméga-3, mais leur structure chimique riche en double liaisons et leurs atomes d'hydrogènes bis-allyliques les rendent sensibles à la dégradation oxydative, caractérisée par la production de radicaux libres.

    Cependant, l'huile de caméline est un peu plus stable envers l’oxydation que l’huile de lin, notamment car elle contient moins d'acides gras polyinsaturés et plus d’antioxydants, comme les tocophérols, qui vont piéger les radicaux libres et empêcher leur formation.

  • Teneur en phytœstrogènes : Les phytœstrogènes sont présents en grande quantité dans l'huile de lin sous forme de lignane, mais pas dans l'huile de caméline. Or, ces composés végétaux peuvent avoir une activité œstrogénique ou anti-œstrogénique en se liant aux récepteurs des œstradiols, ce qui pourrait potentiellement perturber le système endocrinien.

    Une étude publiée en 1993 a montré que la consommation de graines de lin par 18 femmes avec un cycle menstruel normal a entraîné une phase lutéale plus longue, ainsi qu'un ratio progestérone/œstradiol plus élevé pendant cette phase.

    Or les concentrations seules n'ont pas changé, ce qui est étonnant étant donné le résultat précédent. Nous ne pouvons alors pas affirmer que l'huile de lin est un perturbateur endocrinien en raison du manque de preuves scientifiques sur ce point.

  • Prix : L'huile de caméline est un peu moins connue et moins vendue que l'huile de lin, ce qui fait d'elle un produit plus cher. Comptez environ 23 euros le litre d'huile de caméline, contre 17 euros le litre d'huile de lin.

  • Contre-indications : L'huile de caméline ne comporte pas de risque majeur à son utilisation, comme le montre le rapport de la FDA (Food and Drug Administration), et n'est pas contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante, ni chez les enfants ou bébés. Son utilisation orale est néanmoins déconseillée pour les personnes prenant des médicaments anticoagulants.

    En revanche, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) recommande de ne pas donner d'huile de lin en consommation aux enfants de moins de trois ans en raison de sa forte teneur en oméga-3. Les personnes souffrant de déséquilibre de la thyroïde et de troubles de la coagulation doivent aussi être prudentes.

  • Comédogénicité : L'huile de caméline est réputée pour être non-comédogène (indice 0). Elle est fluide et légère, et est rapidement absorbée par la peau sans laisser de film gras, donc sans boucher les pores cutanés. De plus, elle présente une quantité importante d'antioxydants, qui vont stabiliser l'huile et ralentir son oxydation, réaction responsable de la comédogénicité la plupart du temps.

    L'huile de lin est quant à elle assez comédogène (indice 4). Elle pénètre moins bien dans la peau, a un faible taux d'antioxydants et une présence importante d'acide gras avec des liaisons doubles (acides gras polyinsaturés), sensibles à l'oxydation. Elle peut donc provoquer l'apparition de comédons si elle est appliquée sur la peau.

    Il est toutefois important de rappeler que la comédogénicité est un terme controversé. Ce qui est "comédogène" pour une personne ne l'est pas nécessairement pour une autre.

Huile de caméline et huile de lin : laquelle choisir ?

Bien qu'il y ait de nombreuses similitudes entre l'huile de caméline et l'huile de lin, et qu'elles soient toutes les deux bénéfiques, les différences constatées donnent la préférence à l'huile de caméline. En effet, sa stabilité oxydative est meilleure. Elle se conserve alors plus longtemps et garde sa qualité.

C'est une huile non-comédogène, elle convient donc à toutes les typologies de peau, mais également aux peaux à tendance acnéiques et grasses. Enfin, elle ne présente pas de dangers particuliers concernant son utilisation, et peut être utilisée par toute la famille. Cette huile est donc à privilégier si vous avez la peau sensible.

Malgré les controverses à son sujet, l'huile de lin reste tout de même utilisable, notamment en complément alimentaire ou en application topique sur peau très sèche ou sur le corps. Par précaution, pensez à réaliser un test cutané en appliquant une petite quantité sur la peau et en observant de potentielles réactions.

En fin de compte, le choix entre ces huiles dépend de votre corps et de ses réactions, de vos préoccupations et de vos goûts personnels.

Huile de camélineHuile de lin
Composition biochimiqueAcide α-linolénique, tocophérols, phytostérols, pigments caroténoïdesAcide α-linolénique, tocophérols, phytostérols, pigments caroténoïdes
BienfaitsHydratation cutanée, cicatrisation, prévention du vieillissement cutanéHydratation cutanée, cicatrisation, prévention du vieillissement cutané
Mode d'obtentionExtraction par pression à froidExtraction par pression à froid
Stabilité oxydativePlus stable (plus d'antioxydants, moins d'acides gras polyinsaturés)Moins stable (moins d'antioxydants, plus d'acides gras polyinsaturés)
Teneur en phytoestrogènesAbsentGrande quantité (lignane)
Prix23€/L17€/L
Contre-indicationsPas de risque majeur (utilisation orale déconseillée si médicaments anti-coagulants)Utilisation orale déconseillée aux enfants de moins de trois ans, personnes souffrant de déséquilibre de la thyroïde et de troubles de la coagulation
ComédogénicitéNon-comédogène (indice 0)Assez comédogène (indice 4)

Sources

  • KURZER M.S. & al. Effect of flax seed ingestion on the menstrual cycle. Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism (1993).

  • LAMOTHE V. & al. Phytoestrogens, endocrine disrupters from food. ANALUSIS (2000).

  • DUFOUR J.P. & al. Physicochemical and quality characteristics of cold-pressed flaxseed oils. Journal of Food Composition and Analysis (2007).

  • Avis de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) relatif à une demande d'avis sur un projet d'arrêté modifiant l'arrêté du 4 décembre 2008 fixant les conditions d'utilisation de l'huile de lin pour un usage alimentaire. ANSES (2010).

  • POPA M.I. & al. Flaxseed lignan wound healing formulation: Characterization and in vivo therapeutic evaluation. International Journal of Biological Macromolecules (2015).

  • RUDZIŃSKA M. & al. Physicochemical quality and oxidative stability of linseed (Linum usitatissimum) and camelina (Camelina sativa) cold-pressed oils from retail outlets. European Journal of Lipid Science and Technology (2016).

  • GRAS Notice (GRN) No. 642: Camelina oil. FDA (2016).

  • Thèse de Sonia LEPELTIER. Etude ethnobotanique de Camelina sativa (L.) Crantz (2021).

  • SHOVELLER A.K. & al. Effects of dietary camelina, flaxseed, and canola oil supplementation on inflammatory and oxidative markers, transepidermal water loss, and coat quality in healthy adult dogs. Frontiers in Veterinary Science (2023).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: