Découvrez notre sélection de soins pour cibler les signes de l’âge.

Découvrez notre sélection de soins pour cibler les signes de l’âge.

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Huile caméline production

Comment l’huile de caméline est-elle produite ?

La caméline est une plante dont l’huile est très appréciée des industries alimentaires et des biocarburants, et notamment en cosmétique. Mais comment est-elle produite ? Découvrons ensemble les procédés d'extraction existants de l'huile de caméline.

Sommaire
Publié le 29 janvier 2024, par Kahina, Chargée de la Communication Scientifique. — 6 min de lecture

Par quels procédés l'huile de caméline est-elle obtenue ?

Originaire d'Europe et d'Asie centrale, la caméline, de son nom latin actuel Camelina sativa, est une plante oléagineuse cultivée depuis longtemps. Elle se distingue par une tige droite atteignant jusqu’à un mètre de hauteur et par la présence de fleurs jaunes, mais ce sont les graines de caméline qui permettent d’obtenir l'huile végétale.

Extraction par pression à froid.

Cela consiste à "presser à froid", c'est-à-dire à une température généralement inférieure à 40°C, les graines de caméline à l'aide d'une presse à vis afin d'obtenir une huile. Celle-ci sera ensuite filtrée et décantée.

  • Avantages : Aucun agent chimique n'est utilisé, l'huile est alors moins transformée et conserve les composés bioactifs importants. Elle est pure et ne contient pas de substance étrangère. De plus, cette technique respecte l'environnement, car elle évite le rejet de déchets nocifs et est peu énergivore.

  • Inconvénients : Le rendement en huile des techniques purement mécaniques est assez faible par rapport à d'autres, comme l'extraction à l'hexane.

L'huile de caméline contenue dans nos produits de la gamme CALME a été extraite des graines par pression à froid, en utilisant des plantes cultivées en France issues de l'agriculture biologique.

Extraction au CO2 supercritique.

À l’état supercritique avec une pression de plus de 74 bar et une température de plus de 31°C, le CO2 possède une grande diffusivité et densité, qui le dote d’une capacité de transport et d’extraction importante.

Le produit à traiter est placé dans un extracteur traversé par le flux de CO2 supercritique, qui se charge en composé extrait, puis passe en phase gazeuse et se sépare du composé extrait, recueilli dans un séparateur.

Les molécules solubles dans le CO2 supercritique, donc extractibles, sont les composés peu polaires de faible masse moléculaire, tels que les composés aromatiques, des alcools et les oligomères. Les produits non-solubles sont les protéines, les sucres, les minéraux. Ils peuvent donc être purifiés par cette technologie.

  • Avantages : Le CO2 est un produit naturel et disponible. Il est non-toxique, inerte, inodore et incolore. Son utilisation n’altère pas les produits et ne génère pas de résidus polluants. Enfin, cette technique est simple à réaliser.

  • Inconvénients : Les équipements requis coûtent assez cher.

Extraction aqueuse assistée par enzyme.

Le principe est de détruire la structure cellulaire des graines par rupture mécanique. Les complexes macromoléculaires internes (lipoprotéines, lipopolysaccharides et polysaccharides de la paroi cellulaire) sont ensuite hydrolysés par des enzymes pour faciliter la libération de l'huile.

  • Avantages : La technique est efficace en termes de temps et la quantité de solvant consommée est moindre, elle est rentable. De plus, elle respecte l'environnement et offre un rendement élevé.

  • Inconvénients : Le coût des enzymes et de la production sont assez élevés.

Extraction à l'hexane.

L’hexane utilisé est destiné à dégraisser le résidu des graines broyées. Une distillation est ensuite effectuée, qui vise à éliminer le solvant afin de récolter l’huile. Le n-hexane est le plus largement utilisé pour l’extraction des graines oléagineuses.

  • Avantages : Le rendement d’extraction est meilleur, environ 97% alors qu’avec des procédés uniquement mécaniques, il est d’environ 89%.

  • Inconvénients : C’est un produit inflammable, explosif, irritant et cher. Il s‘agit d’un solvant organique pouvant présenter un problème de santé publique (hommes et environnement).

Comment se conserve l’huile de caméline ?

À température ambiante, l'huile de caméline brute est beaucoup plus stable que ne le laisse supposer sa teneur élevée en acide linolénique, sujet à la dégradation oxydative. Sa stabilité au stockage doit être due à la présence non-négligeable d'antioxydants naturels, comme la vitamine E (0,08 %), dans l'huile brute.

Cependant, la chaleur et la lumière ainsi que les rayons UV peuvent dénaturer l'huile de caméline, à travers notamment l'oxydation thermique, qui accélère le processus. Il est alors recommandé de conserver l'huile dans un flacon opaque, à l'abri de la lumière et de la chaleur.

Sources

  • FRÖHLICH A. & CROWLEY J. G. Factors affecting the composition and use of Camelina. End of Project Reports Teagasc (1998).

  • HITEX. Le CO2 supercritique : une technologie d'extraction et de fractionnement en fort développement. GazetteLabo (2007).

  • DUMITRIU B. & al. Camelina sativa oil - A review. Scientific Bulletin (2017).

  • Thèse de Sonia LEPELTIER. Étude ethnobotanique de Camelina sativa (L.) Crantz (2021).

  • Thèse de Lylia CHELLALI & Samhia CHELIT. Utilisation des enzymes dans l’extraction des huiles végétales (2021).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: