Le Carnet
Tous les Sujets
Autobronzant : les risques

Autobronzant : quels sont les risques ?

Bon nombre de personnes souhaitent avoir un teint hâlé tout au long de l’année, sans forcément s’exposer aux rayons du soleil. L’application d’un autobronzant est dans ce cas une option de choix. Quels sont les risques liés à l’utilisation de ce type de produit ? Retrouvez des éléments de réponse dans cet article.

Autobronzant : définition.

Un autobronzant est un soin qui permet d'obtenir un teint hâlé sans s'exposer aux rayons UV du soleil potentiellement néfastes pour la peau (coups de soleil, accélération du vieillissement cutané, cancer de la peau...).

Ce produit contient généralement un composé auto-bronzant appelé dihydroxyacétone (DHA). D’origine synthétique ou naturelle, cet agent de bronzage réagit au contact des fonctions amines portées par les acides aminés de la couche supérieure de la peau, soit les cellules mortes de la couche cornée. L’effet de brunissement de la peau résulte de cette réaction, appelée réaction de Maillard.

A noter, sans réitérer l'application d'un soin auto-bronzant, le brunissement de la peau s’estompe progressivement pour disparaître totalement en 5 à 7 jours. Ce phénomène s'explique par le renouvellement fréquent de la couche cornée (processus naturel de desquamation).

Quels sont les risques de l’utilisation d’autobronzant ?

Le SCCS (Scientific Committee on Consumer Safety) a déclaré que la DHA présente dans les soins autobronzants ne présentait pas de risques pour la santé du consommateur à une concentration maximale de 10%. En outre, aucune étude scientifique n'a prouvé que la DHA pénétrait les barrières protectrices de la peau. Elle n'est pas contre-indiquée aux femmes enceintes.

En revanche, un autobronzant contenant de la DHA peut provoquer une irritation s’il est appliqué sur des parties sensibles du corps. C'est pourquoi toutes les parties du corps recouvertes de muqueuses doivent être exemptes d'autobronzant. De même, l’inhalation et l’ingestion de ce type de soin sont déconseillées. En effet, cela peut causer de l'asthme ainsi que des dommages à l'ADN et des risques de cancer.

Par ailleurs, en raison de la présence de DHA, l'application de ce type de produit peut assécher la peau et augmenter alors sa sensibilité au soleil. A noter, cette caractéristique est souvent contre-balancée dans les formules autobronzantes par la présence de composés humectants comme la glycérine et/ou des dérivés de sucre. Pour lutter contre cet effet potentiellement asséchant, veillez à hydrater votre peau quotidiennement, matin et soir, aussi bien celle du visage que du corps. La crème hydratante visage à 9 ingrédients est enrichie en acide hyaluronique et en huile de coco ; il s'agit d'une formule minimaliste qui hydrate et nourrit l'épiderme. Sa texture légère et non-grasse est adaptée aux peaux sèches, normales et mixtes, même sensibles. Pour le corps, privilégiez la crème hydratante corps à 10 ingrédients, qui hydrate tous les types de peau, même sensibles.

Attention également, autobronzant ne rime pas avec protection solaire. Pensez toujours à vous protéger la peau à l’aide d’une crème solaire large spectre pour éviter les effets délétères des UV.

Sources

  • KOCHEVAR I.E. & al. Factors influencing sunless tanning with dihydroxyacetone. British Journal of Dermatology (2003).

  • Opinion on dihydroxyacetone. Scientific Committee on Consumer Safety (2010).

  • CIRIMIMNA R. & al. Dihydroxyacetone: An updated insight into an important bioproduct. ChemistryOpen (2018).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.