Exclusivité : Typology au Printemps Haussmann

Exclusivité : Typology au Printemps Haussmann

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Informations rosacée papulo-pustuleuse.

Acné rosacée : qu'est-ce que c'est ?

Également appelée rosacée papulo-pustuleuse, l’acné rosacée est une maladie de la peau touchant 2 à 3% de la population. Elle provoque notamment des rougeurs au visage ainsi que des papules et des pustules ressemblant à des lésions acnéiques. Elle survient sous l’influence de différents facteurs internes et externes. Toutefois, il existe des solutions pour la prévenir et la traiter. Découvrez plus en détails cette forme particulière de rosacée.

Sommaire
Publié le 29 mars 2024, par Manon, Rédactrice Scientifique — 7 min de lecture

Qu’est-ce que l’acné rosacée ?

Également appelée "acné rosacée" dans le langage courant, la rosacée papulo-pustuleuse est une forme bien particulière de rosacée. Il s'agit d'une pathologie cutanée chronique qui touche les vaisseaux sanguins, qui se limite à la zone du visage, provoquant alors des rougeurs, où peuvent apparaître spontanément sur le fond couperosique des papules mais surtout des pustules qui ressemblent à des lésions d'acné.

Parfois confondu avec l'acné ordinaire lorsqu'elle est d'origine hormonale à cause de la présence de boutons, la différence est qu'il ne s’accompagne pas de comédons (points noirs et points blancs), de séborrhée ou encore de kystes superficiels, ou profonds. L'acné rosacée évolue par poussée : au début les éruptions sont peu nombreuses mais leur nombre peuvent augmenter avec les poussées.

L’acné rosacée : quelles en sont les causes ?

L'apparition de l'acné rosacée est liée à la présence excessive d'acariens cutanés, les Demodex qui sont naturellement présents sur la peau. Les Demodex folliculorum et Demodex brevis sont des acariens saprophytes qui vivent dans des unités pilo-sébacées : le Demodex folliculorum se trouve généralement dans l'infundibulum folliculaire, alors que le Demodex brevis dans les glandes sébacées.

Ils sont responsables des rougeurs ainsi que de la présence des papules et pustules observées chez les personnes souffrant de rosacée. La cause de leur présence excessive serait due à un trouble immunologique qui engendrerait la formation d'un œdème permanent favorisant une prolifération excessive d'acariens Demodex.

Comment faire partir l’acné rosacée ?

L’acné rosacée peut être traitée sous différentes manières. Néanmoins, il est essentiel de connaître en amont les symptômes de son apparition et de consulter un dermatologue pour avoir un diagnostic et recevoir le traitement adéquate.

D’une manière générale, le traitement de l’acné rosacée se fait par la prise d’antibiotiques oraux ou d'une crème. Il est recommandé de ne pas prendre d’antibiotiques oraux sur une longue période.

  • La doxycycline.

    Il s'agit d'un antibiotique de la famille des tétracyclines qui se prend par voie orale. La doxycycline possède une activité anti-inflammatoire en réduisant le taux de cytokines pro-inflammatoires, telles que IL-1β , IL- 6, and TNF-α. Il s'agit d'un traitement photosensibilisant qui doit donc éviter d'être pris en journée ou lors de périodes estivales. De manière générale, la posologie habituelle est de 100 mg par jour le soir pendant 1 à 3 mois. De rares effets secondaires comme une intolérance œsophagique et gastrique sont possibles chez certains patients fragilisés.

  • Le métronidazole à 0,75%.

    Il s'agit d'un antibiotique, antibactérien, antiparasitaire de la famille des nitro-5-imidazolés efficace pour traiter un début d'acné rosacée. Le métranidazole est capable de se convertir en une forme cytotoxique via le transfert d'un électron à partir de divers donneurs au groupe nitro, qui le convertit en un radical libre nitroso. Ce métabolite toxique interagit principalement avec l'ADN, l'ARN ou des protéines intracellulaires, et provoque une perte de la structure hélicoïdale de l'ADN et la rupture des brins, ce qui engendre une mort cellulaire. Il s' utilise en application biquotidienne sur 2 à 3 mois en moyenne, selon la sévérité et l' ancienneté de la rosacée. Il est efficace à une concentration de 0,75% et est parfois utilisé à 1% dans les préparations.

  • L' acide azélaïque à 15%.

    Il s'agit d'un traitement de deuxième intention en cas d' échec au metronidazole. L'acide azélaïque aurait, en plus d'une activité antimicrobienne, une action anti-inflammatoire en inhibant la production des médiateurs inflammatoires. Cependant, ses mécanismes d'action demeurent peu connus. Ce traitement a montré une efficacité en application matin et soir. Quelques effets indésirables possibles ont été rapporté comme des rougeurs, brûlures et prurit.

  • L' adapalène à 0,1%.

    Ce traitement est souvent utilisé dans les cas d'acné grâce à son activité inflammatoire en inhibant les réponses chimiotactique et chimiocinétique des leucocytes polynucléaires humains. L'amélioration de l'acné rosacée peut être observée au bout de 4 à 8 semaines de traitement. Cependant, des effets indésirables fréquents (1 patient sur 10) sont rapportés comme une sécheresse cutanée, une irritation de la peau, une sensation de brûlure au niveau de la peau et un érythème.

  • L' ivermectine à 10 mg.

    Ce traitement serait efficace contre les acariens de type Demodex, bien que son mode d'action soit méconnu. En application le soir, le traitement est prescrit jusqu'à 4 mois, mais l' absence de réponse à 3 mois nécessite son arrêt d' utilisation. Des sensations de brûlure, une  irritation cutanée, un prurit et un peau sèche sont les effets indésirables les plus fréquents dans ce traitement.

La maîtrise de l’acné rosacée nécessite un suivi rigoureux du traitement. Elle requiert également l’adoption d’un programme de soins destinés aux peaux sensibles, tout en évitant les facteurs susceptibles au déclenchement des poussées.

Sources

  • ROIHU T. & al. Demodex mites in acne rosacea. Journal of Cutaneous Pathology (1998).

  • FORTON F. M. N. Papulopustular rosacea, skin immunity and Demodex: pityriasis folliculorum as a missing link. Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology (2011).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

En savoir plus

Aller plus loin: