Découvrez notre sélection de soins pour cibler les signes de l’âge.

Découvrez notre sélection de soins pour cibler les signes de l’âge.

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Effets post-partum des hormones de grossesse.

Les hormones de la grossesse et les effets post-partum.

Après l'accouchement, il est courant pour les femmes de ressentir une grande fatigue et du stress. Cet état est en partie dû aux bouleversements hormonaux connus pendant la grossesse et après la naissance du bébé. Apprenez-en plus ici sur les hormones de la grossesse et leurs effets post-partum.

Sommaire
Publié le 8 février 2024, par Pauline, Chargée de la Communication Scientifique — 5 min de lecture

Les principales hormones de la grossesse.

Pendant la grossesse, les femmes assistent à plusieurs changements hormonaux qui impactent leur quotidien. Cinq hormones jouent un rôle particulièrement important.

  • L'hormone chorionique gonadotrope humaine (hCG) : il s'agit d'une hormone glycoprotéique sécrétée uniquement par le placenta des femmes enceintes. C'est d'ailleurs cette molécule qui est utilisée comme marqueur dans les tests de grossesse. L'hCG permet l'implantation de l'œuf dans la muqueuse utérine et est aussi responsable de l'augmentation de la synthèse d'œstrogène et de progestérone, deux hormones stéroïdiennes impactant le quotidien des femmes enceintes.

  • La progestérone : elle est produite tous les mois par le corps jaune, suite à l'émission de l'ovule dans les trompes. La progestérone prépare le corps à une possible grossesse en renforçant la muqueuse utérine (ou endomètre), ce qui aide à la nidation de l’ovule fécondé. Lorsque l'ovule est fécondé, la progestérone aide à maintenir la grossesse et diminue le risque de fausse couche. Elle agit également en synergie avec les œstrogènes afin de stimuler le développement des glandes mammaires en vue de la lactation.

  • L'œstrogène : au cours d'une grossesse, le taux d'œstrogène peut être multiplié par 1 000. Ces hormones sont également produites par le corps jaune et stimulent la production de nouvelles cellules au niveau du placenta, de la poitrine, mais aussi de l'utérus. Cela permet notamment de laisser l'utérus s'étirer pour que le bébé ait la place de grandir. Les œstrogènes augmentent également le volume sanguin, afin que l'embryon puisse recevoir tous les nutriments et l'oxygène dont il a besoin.

  • L'ocytocine : on note une forte augmentation du taux de cette hormone un peu avant l'accouchement. C'est en effet l'ocytocine qui déclenche les contractions et le début du travail. Elle permet également de créer les premiers liens entre la mère et l'enfant. L’ocytocine, sécrétée par l’hypophyse, joue également un rôle pendant l’allaitement car c’est elle qui favorise l’éjection du lait.

  • La prolactine : la sécrétion de prolactine augmente dans les jours suivant l'accouchement. Cette hormone permet aux glandes mammaires de sécréter le colostrum, un liquide épais de couleur orange à jaune, très nutritif pour le bébé. La montée de lait se fait ensuite environ trois jours après l'accouchement.

Chute d'hormones et post-partum.

Après l'accouchement, une importante chute d'hormone a lieu. C'est notamment le cas de l'ocytocine, dont il a été montré qu'elle jouait un rôle dans la régulation des émotions et du stress. Les personnes souffrant de dépression ont par exemple une faible synthèse d'ocytocine. Ainsi, la période post-accouchement peut être difficile à vivre pour les femmes. En plus du nouveau rythme à prendre incluant le bébé, elles doivent gérer cette baisse hormonale, ce qui peut engendrer fatigue et anxiété.

La synthèse d'œstrogène diminue aussi drastiquement après l'accouchement. Or, ces hormones interviennent dans le système sérotoninergique et sont capables de stimuler la production de sérotonine, l'hormone dite du bien-être et de la sérénité. La baisse du taux d'œstrogène suivant l'accouchement est un autre facteur responsable du baby blues ressenti par certaines femmes.

Enfin, la baisse de progestérone accentue ce mal-être. En effet, un de ses composants intermédiaires, l’alloprégnanolone, module l'activité des récepteurs GABA au niveau des neurones du cerveau. Ces récepteurs jouent un rôle majeur dans le maintien de l'équilibre nerveux et sont associés à certains déséquilibres associés à l'anxiété.

Sources

  • EKMEKCI T. & al. The changes in the hair cycle during gestation and the post-partum period. Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology (2014).

  • BARRERA D. & al. Steroid hormones and pregnancy. Gynecological Endocrinology (2019).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: