Le Carnet
Tous les Sujets
Vitamine K cicatrisation.

La vitamine K pour aider à la cicatrisation ?

La vitamine K fait partie des composés importants pour réguler la coagulation du sang. On peut donc penser qu'elle puisse agir sur la cicatrisation des plaies cutanées. Quand est-il ? Découvrons-le ensemble dans cet article.

Sommaire
Publié le 16 avril 2024, par Kahina, Rédactrice Scientifique — 6 min de lecture

Vitamine K et cicatrisation de la peau : quel mécanisme ?

Behnam GHORBANZADEH et son groupe ont mené une étude en 2019 pour observer les effets d'une application topique de vitamine K sur la cicatrisation des plaies cutanées chez les humains. Pour ce faire, 63 patients qui avaient été recommandés pour une électrocautérisation (destruction de tissus indésirables) ont été recrutés pour un essai. Certains patients ont reçu une crème à 1% de vitamine K après électrocautérisation, tandis que les autres (contrôles) ont reçu une crème cicatrisante issue du commerce. Un dermatologue a effectué une évaluation deux semaines plus tard pour mesurer l'état de la plaie en termes de largeur et de temps de cicatrisation.

L'application topique de la vitamine K a amélioré la cicatrisation de la plaie à partir du quatrième jour et significativement à partir du septième jour, où l'on passe d'une largeur de plaie de 6 mm à 0 mm en 14 jours, par rapport au groupe témoins (de 6 mm à 2 mm en 14 jours). De plus, le temps de cicatrisation moyen était de 12,4 jours pour le groupe contrôle et de 10,6 jours pour le groupe vitamine K. Par conséquent, la vitamine K topique semble accélérer le processus de cicatrisation. Les résultats ont toutefois montré que la légère diminution du temps de cicatrisation n'était pas significative.

Dans une autre étude, Zahra Abdulqader AMIN et Shokhan OSMAN ont utilisé et traité pendant 21 jours 36 rats, répartis dans différents groupes : un groupe M qui a reçu une pommade (n = 6), un groupe Crece qui a reçu un spray cicatrisant (n = 6), un groupe K qui a reçu une injection de vitamine K (n = 6), un groupe MK a reçu la pommade et l'injection de vitamine K (n = 6), un groupe CK qui a reçu le spray cicatrisant et l'injection de vitamine K (n = 6), et un groupe N qui n'a reçu aucun traitement (n = 6). Le pourcentage de contraction de la plaie a été mesuré et le sérum sanguin a été prélevé pour tester le niveau des facteurs de croissance TGF-β et PDGF pour les plaquettes, tout deux impliqués dans la cicatrisation.

Les données présentées dans l'étude ont montré que le meilleur pourcentage de contraction de la plaie (99%) a été obtenu par les rats du groupe MK par rapport au groupe témoin. On constate également une augmentation plus significative dans le niveau d'expression du TGF-β chez les groupes de rats MK, CK, et K, dans lesquels le niveau moyen d'expression du TGF-β était respectivement de 87,5, 66,5, et 63,5 pg/ml. Enfin, le groupe MK a aussi montré une augmentation significative des niveaux du facteur de croissance PDGF. Tous ces résultats impliquent un rôle clé de la vitamine K dans la cicatrisation des plaies.

Par quels mécanismes la vitamine K agit sur la cicatrisation ?

En raison de sa capacité à améliorer la période d'épithélialisation, à augmenter la formation de fibroblastes, de fibres de collagène, de vaisseaux sanguins, ainsi que la teneur en hydroxyproline, un acide aminé qui participe à la synthèse de collagène en se liant de manière covalente avec les chaînes peptidiques du collagène, la vitamine K topique a le potentiel de favoriser la cicatrisation des plaies.

Il faut savoir que lorsque l'hydroxyproline est présente en grande quantité sous forme libre, cela peut indiquer un dysfonctionnement du métabolisme du collagène. En effet, des études ont montré que chez les rats atteints d'avitaminose K (carence en vitamine K), la teneur en collagène de la peau était inférieure et la teneur en hydroxyproline libre était plus élevée. La vitamine K permet donc à l'hydroxyproline de se lier aux chaînes peptidiques et ainsi d'enclencher la prolifération du collagène.

Enfin, il a été démontré que la coagulation sanguine peut stimuler la cicatrisation. L'action cicatrisante de la vitamine K peut être due à son effet sur la coagulation sanguine, car la vitamine K a un effet connu sur la maturation des facteurs de coagulation par γ-carboxylation. De pus, les espèces réactives de l'oxygène (ERO) ont également un rôle important dans la pathogenèse des plaies cutanées. Lors de stress oxydatif (tabac, pollution, UV), la surproduction d'ERO entraîne une cytotoxicité et un retard de cicatrisation. Or, la vitamine K, grâce à ses propriétés antioxydantes, peut améliorer la cicatrisation des plaies, peut-être en éliminant les ERO.

Néanmoins, des recherches complémentaires sont nécessaires pour confirmer les mécanismes impliqués.

Sources

  • GHORBANZADEH B. & al. Wound healing effects of topical vitamin K: A randomized controlled trial. Indian Journal of Pharmacology (2019).

  • OSMAN S. & al. The effect of vitamin K on the wound healing process in rat skin achieved by common wound dressing agents. Zanco Journal of Medical Sciences (2020).

  • KOU J. & al. Effect of vitamin K on wound healing: A systematic review and meta-analysis based on preclinical studies. Frontiers in Pharmacology (2022).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

En savoir plus