Le Carnet
Tous les Sujets
Effets de l'alimentation sur l'acné hormonale.

Acné hormonale : les effets de l'alimentation.

L'acné est une maladie inflammatoire chronique du follicule pilo-sébacé. C'est le premier motif de consultation dermatologique dû à la souffrance psychologique qu'elle peut induire. Lorsque l'acné touche les femmes à l'âge adulte, on parle d'acné hormonale. Existe-t-il un lien entre l'acné hormonale et l'alimentation ? Éléments de réponse dans cet article.

Sommaire
Publié le 4 mars 2024, par Sandrine, Rédactrice Scientifique — 9 min de lecture

L'acné hormonale, c'est quoi ?

L'acné est une maladie inflammatoire chronique qui se manifeste par l'apparition de boutons sur le visage et/ou sur le corps. Les causes sont multifactorielles : facteur génétique, dérèglement hormonal, stress, prise de certains médicaments...

Dans le cas de l'acné, on observe une hypersécrétion de sébum (on parle d'hyperséborrhée) au niveau des follicules pilo-sébacés, ainsi qu'une hyperkératinisation. Le sébum va boucher les pores, qui sont les orifices des glandes sébacées à la surface de la peau. Cet environnement riche en gras sera propice à la prolifération de la bactérie responsable de l'apparition de l'acné, Cutibacterium acnes (anciennement Propionibacterium acnes) qui se nourrit principalement de sébum. Cette bactérie sécrète des substances pro-inflammatoires à l'origine de l'inflammation et de la formation de boutons.

L’acné est très souvent sous influence hormonale. En effet, les hormones stimulent l’activité des glandes sébacées productrices de sébum. C'est le cas lors de périodes de bouleversements hormonaux comme à l’adolescence ou à l'âge adulte avec les cycles menstruels, la grossesse et la ménopause :

  • Puberté : L'acné est une pathologie qui touche majoritairement les adolescents (environ 80% d'entre eux) au moment de la puberté. Cela s'explique par le démarrage de la sécrétion d'hormones sexuelles. En effet, les hormones sexuelles viennent stimuler les glandes sébacées qui hyper-secrètent du sébum, favorisant ainsi l'apparition de l'acné.

  • Cycle menstruel : L'acné peut toucher également les adultes et plus particulièrement les femmes (environ 25% d'entre elles) : on parle d'acné hormonale. Dans la première partie du cycle menstruel, les ovaires produisent des oestrogènes, hormones sexuelles féminines. Dans la deuxième partie du cycle, le taux d'oestrogènes baisse et celui de la progestérone augmente suite à l'ovulation. La progestérone est l'hormone qui prépare à une éventuelle grossesse. S'il n'y a pas fécondation, le taux de progestérone baisse également. Environ 1 semaine avant l'apparition des règles, la testostérone, bien qu'en faible quantité, atteint un taux supérieur aux hormones féminisantes. Or, la testostérone est une hormone androgène à l'origine de la stimulation des glandes sébacées, provoquant ainsi l'apparition de boutons d'acné.

  • Grossesse : L'acné de grossesse est causé par les variations hormonales durant cette période. En effet, pendant la grossesse, le taux de progestérone et d'œstrogène monte en flèche. Ces hormones peuvent agir sur les récepteurs au niveau des glandes sébacées et stimuler la production de sébum. Cette hypersécrétion de sébum a pour conséquence l'apparition de l'acné.

Note : Les femmes adultes sont plus concernées par l'acné hormonale que les hommes. En effet, ces derniers voient leurs taux d'hormones sexuelles se stabiliser après la puberté, tandis que les hormones des femmes fluctuent tout au long de leur vie (cycle menstruel, grossesse et ménopause). De plus, l'acné de la femme adulte peut être aggravée par divers facteurs dont l'alimentation.

Lien entre alimentation et acné hormonale.

De nombreuses études se sont concentrées sur le lien entre l'acné et l'indice glycémique de l'alimentation. L'indice glycémique d'un aliment indique sa capacité à augmenter la  concentration de glucose dans le sang. Lorsqu'un aliment à un indice glycémique élevé, le taux de glucose va augmenter rapidement dans le sang. En réponse, le pancréas va stimuler la sécrétion d'insuline, qui est une hormone hypoglycémiante.

Note : Une hormone est dite hypoglycémiante lorsqu'elle diminue le taux de sucre dans le sang. À l'inverse, une hormone hyperglycémiante augmente le taux de sucre dans le sang.

Parmi les aliments à indice glycémique élevé, nous pouvons citer le pain blanc, les pommes de terres, les aliments transformés, les carottes cuites, les jus de fruits... Il faut également savoir que les produits laitiers ont un indice glycémique bas, mais de puissantes propriétés de stimulation de l'insuline.

L'insuline stimule la sécrétion de l'IGF-1 (Insuline-like Growth Factor-1), également nommée somatomédine C, qui augmente les taux d'androgènes dans le sang. Les androgènes, de par un rétrocontrôle positif, stimulent également la sécrétion de l'IGF-1. Ainsi, les androgènes et l'IGF-1 stimulent la sécrétion de sébum à l'origine de l'acné. En plus de stimuler la sécrétion d'androgènes, IGF-1 diminue la quantité du facteur de transcription FOXO1 dans le noyau cellulaire, engendrant l'activation de mTORC1 qui est impliqué dans les phénomènes d'hypersécrétion de sébum ainsi que d'hyperkératinisation. mTORC1 est également activé par la leucine, acide aminé qui compose la viande et les produits laitiers.

Ainsi, les aliments à indice glycémique élevés, les produits laitiers, ainsi que la viande sont des facteurs à risque dans le développement de l'acné.

Les aliments à privilégier contre l’acné hormonale.

Une alimentation saine vous permettra de limiter le développement des boutons d'acné en apaisant l'inflammation de la peau. Les aliments suivants sont à privilégier pour prendre soin d'une peau acnéique :

  • Aliments à faible indice glycémique :

    Les aliments à indice glycémique élevé stimulent la sécrétion d'insuline à l'origine de réactions favorables à l'apparition de l'acné. Remplacez-les donc par des aliments à indice glycémique modéré ou faible, tels que les céréales complètes, les fruits et légumes, les légumineuses ou encore les légumes secs.

  • Aliments riches en oméga-3 :

    Les aliments riches en oméga-3 inhibent la sécrétion d'IGF-1 et diminuent ainsi l'hypersécrétion de sébum et l'hyperkératinisation. De plus, ils inhibent la synthèse de leucotriène B4 (LTB4) qui est un médiateur de l'inflammation. Ainsi, la consommation d'aliments riches en oméga-3, tels que les poissons gras (saumon, maquereau, etc...), les oléagineux (noix, etc...), les huiles de lin et de noix, diminuent les lésions inflammatoires et non-inflammatoires d'acné. Selon les recommandations, il faut que l'apport d'oméga-3 soit compris entre 0,8 et 1,1 g/jour.

  • Aliments riches en zinc :

    Le zinc est un oligo-élément qui possède des propriétés anti-inflammatoires, anti-bactériennes et cicatrisantes très intéressantes pour l'acné. En effet, il inhibe la croissance de la bactérie responsable de l'acné P. acnes et réduit l'activité des glandes sébacées par son activité anti-androgène. Ainsi, consommez des aliments riches en zinc, tels que les huîtres, les oeufs, les céréales complètes, les légumineuses et les oléagineux.

  • Les substituts de produits laitiers :

    Les produits laitiers sont riches en leucine et stimulent de façon importante la sécrétion d'insuline, favorisant l'apparition de l'acné. Ainsi, remplacez les produits laitiers par des substituts comme les laits végétaux (lait d'amande, lait d'avoine, etc...).

Sources

  • VARIGOS G. A . & al. A low-glycemic-load diet improves symptoms in acne vulgaris patients: a randomized controlled trial. The American Journal of Clinical Nutrition (2007).

  • PUSHPINDER S. Therapy in dermatology: A review. (2014).

  • TAN J. & al. Effects of diet on acne and its response to treatment. American Journal of Clinical Dermatology (2021).

  • MICALI M. D. & al. Diet and acne: review of the evidence from 2009 to 2020. International Journal of Dermatology (2021).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.