Nouveau : soin conçu pour les peaux sujettes à la rosacée

Nouveau : soin conçu pour les peaux sujettes à la rosacée

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Acné et rosacée : comment les distinguer ?

Acné et rosacée : comment les distinguer ?

Acné et rosacée sont deux dermatoses inflammatoires chroniques de la peau souvent confondues. En effet, elles peuvent donner lieu aux mêmes manifestations physiques, à savoir des boutons et des rougeurs.

Les points divergents entre acné et rosacée.

Ce point est essentiel mais il n'est pas évident ! En effet, acné et rosacée s'accompagnent toutes les deux de rougeurs temporaires mais aussi de rougeurs permanentes (érythrose). Dans le cas de la rosacée, ces érythoses sont également accompagnées de petits vaisseaux sanguins fins, rouges ou violacés visible à l'oeil nu. De plus, la rosacée papulo-pustuleuse qui est une forme de rosacée peut donner lieu à l'apparition de papules et/ou pustules enflammées et parfois douloureuses à la surface de la peau, exactement comme dans l'acné. Néanmoins, quelques différences existent entre ces deux maladies de la peau.

  • Des zones d'apparition qui diffèrent.

    La rosacée concerne principalement le visage, tandis que l'acné peut être visible sur le visage mais également sur d'autres parties du corps telles que les épaules, le torse et le dos.

  • Des points noirs présents uniquement dans l'acné.

    Les points noirs sont des lésions rétentionnelles qui apparaissent suite à l'agglomération d'un excès de sébum (hyperséborrhée) et d'un dépôt de cellules mortes appelées kératinocytes (hyperkératinisation) qui obstrue les canaux pilaires. Ce mélange au contact avec l'air s'oxyde, et forme ainsi une petite boule noire et dure à la surface. Au niveau du visage, les points noirs sont surtout visibles sur la zone T qui correspond au nez, au menton et au front.

    Les points noirs ne sont retrouvés que dans l’acné et permettent ainsi de faire le diagnostic différentiel entre l’acné et la rosacée.

  • Des signes extra-cutanés associés uniquement à la rosacée.

    Les bouffées de chaleur et l'atteinte oculaire (rosacée oculaire) sont généralement absents dans l'acné. À noter, la rosacée oculaire peut parfois précéder l'atteinte cutanée. Elle se présente sous forme de conjonctivite, d'irritation des yeux, d'une inflammation des paupières (blépharite), d'œil rouge larmoyant (hyperhémie conjonctivale), de sensation de brûlure, de sécheresse avec sensation de corps étranger dans les yeux et d’hypersensibilité à la lumière (photophobie).

  • Les types de peau et les phototypes concernés.

    Une différence majeure entre acné et rosacée réside dans le fait que l'acné concerne les peaux mixtes à grasses tandis que la rosacée peut toucher tous les types de peau. Par ailleurs, la rosacée est plus présente chez les personnes à peau claire tandis que la prévalence de l’acné est la même pour tous les phototypes.

Des mécanismes biologiques différents.

La rosacée apparaît suite à un dérèglement du système immunitaire concernant la peau et à la présence excessive d'acariens cutanés (Demodex folliculorum et Demodex brevis) et de certaines bactéries. Elle peut aussi résulter d'une anomalie dans le fonctionnement des vaisseaux sanguins ou encore le dysfonctionnement des glandes de Meibomius qui se trouvent au bord des paupières dans le cas de la rosacée oculaire.

L’acné, quant à elle, se caractérise entre autre par une hypersécrétion de sébum (hyperséborrhée), un dépôt de cellules mortes appelées kératinocytes (hyperkératinisation) qui obstrue les canaux pilaires et par la colonisation de la peau par une bactérie appelée Cutibacterium acnes et non par un acarien comme dans le cas de la rosacée.

Des séquelles esthétiques plus prononcées dans l'acné que dans la rosacée.

Une acné sévère peut malheureusement laisser des cicatrices à la surface de la peau. On parle de cicatrices lorsque la marque reste visible 1 an après la guérison de la lésion. Nous distinguons deux types de cicatrices de boutons d'acné : les cicatrices atrophiques qui ont un aspect creusé et les cicatrices hypertrophiques qui sont légèrement boursouflées, présentant une sorte d'excroissance de tissu cutané. Par ailleurs, l'acné peut aussi donner lieu à des taches pigmentées (brunes). Cette hyperpigmentation post-inflammatoire est due à une production excessive de mélanine, pigment présent dans la peau dont la fonction principale est de protéger les cellules cutanées des rayons UV. Ce type de marques est plus fréquente chez les phototypes métisses à foncés. 

La rosacée laisse rarement des séquelles esthétiques. Un seul cas de rosacée appelée Rhinophyma et rencontrée essentiellement chez les hommes laisse des marques caractérisées par un épaississement de la peau au niveau du nez.

L'acide azélaïque, un actif clé efficace contre l'acné et la rosacée.

Naturellement présent dans certains céréales comme l'orge, l’acide azélaïque se classe parmi les acides dicarboxyliques. On le retrouve dans des traitements médicamenteux contre l'acné, en application topique, à des concentrations comprises généralement entre 15 et 20%. En cosmétique, les crèmes et sérums en contiennent rarement plus de 10%. Toutefois, même à cette concentration, son activité anti-imperfections globale est pertinente. 

En pharmacie, cet actif a d’abord été formulé dans une crème anti-acné, au début des années 1980. Puis, des rapports ont indiqué sa potentielle efficacité pour soigner la rosacée. Ainsi, une étude a démontré une amélioration continue significative du nombre de lésions inflammatoires et d'érythèmes sur une période de 15 semaines de traitement à base d'un gel contenant 15% d'acide azélaïque.

Aujourd'hui, les mécanismes d’action de l’acide azélaïque dans la rosacée demeurent peu connus. Néanmoins, il est fort probable que les propriétés anti-inflammatoires de l'acide azélaique qui agit en neutralisant les espèces réactives de l'oxygène, également connues sous le nom de radicaux libres, soient responsables d'une telle efficacité. En outre, l’acide azélaïque a une action antimicrobienne et peut inhiber la production des médiateurs inflammatoires par les bactéries folliculaires, d'où l'apaisement des rougeurs et des irritations.

De plus, les effets indésirables associés au gel d’acide azélaïque 15% sont le plus souvent légers ou transitoires et ne nécessitent généralement pas l’arrêt du traitement.

Ainsi, une crème à l'acide azélaique est une solution pertinente en première intention lorsqu'on veut lutter efficacement contre la rosacée.

Retrouvez ce composé dans notre sérum matifiant.

Remarque : acné et rosacée sont des maladies de peau, la consultation chez le dermatologue est donc primordiale. Selon votre type de rosacée ou la sévérité de votre acné, le dermatologue vous prescrira un traitement adapté.

Sources

  • ELEWSKI B. E. Azelaic acid 15% for treatment of rosacea. Expert Opinion on Pharmacotherapy (2006).

  • LAYTON A. & al. Azelaic acid 15% gel in the treatment of rosacea Harald. Expert Opinion on Pharmacotherapy (2008).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: