Le Carnet
Tous les Sujets
Formes de cuivre.

Sous quelles formes le cuivre existe t-il en cosmétique ?

Antioxydant, régénérant, biocide, anti-inflammatoire... Pour tous ses bienfaits, l'industrie du soin commence progressivement à utiliser le cuivre comme ingrédient actif dans les produits cosmétiques. Toutefois, plusieurs types de cuivre existent et sont utilisés. Nous les énumérons dans cet article.

Thèmes :

Le cuivre PCA.

Le cuivre PCA (INCI : Copper PCA) est un sel de cuivre de l'acide pyrrolidone carboxylique. Grâce à sa fonction carboxyle (-COOH), le PCA est associé au cuivre. Pouvant être d'origine minérale ou synthétique, il se présente sous la forme d'une poudre bleu-vert.

Caractéristiques chimiques
Formule chimiqueC10H12CuN2O6
Masse moléculaire319,76 g/mol
SolubilitéSoluble dans l'eau

Quels sont les bienfaits du cuivre PCA ?

Le complexe cuivre-PCA combine les propriétés intrinsèques du L-PCA, soit son action sur l'hydratation et le renforcement de la barrière cutanée, aux vertus du cuivre universellement reconnu pour ses effets astringents, purifiants, séborégulateurs, anti-inflammatoires et anti-microbiens. Hydratant, le cuivre PCA régule l'équilibre hydrique de la peau avec sa capacité de rétention d'eau. Cela signifie qu'il aide à réduire la sécheresse et la desquamation. Ce complexe minéral régule aussi le flux séborrhéique et resserre les pores, ce qui signifie qu'il permet de matifier et d'assainir les peaux mixtes à grasses et les cuirs chevelu à tendance grasse. Le cuivre PCA est aussi un anti-inflammatoire, c'est-à-dire qu'il a la capacité de calmer les irritations de la peau et d'atténuer les rougeurs causées par l'inflammation. Pour les peaux à imperfections, il peut même aider en cas d'éruptions cutanées en normalisant la concentration bactérienne sur la peau.

Le zinc et le cuivre PCA sont souvent utilisés ensemble pour une synergie supplémentaire.

Quels sont les éventuels dangers de l'utilisation du cuivre PCA en cosmétique ?

Quel que soit la typologie de peau, le cuivre PCA est non-irritant et n'est pas connu pour provoquer des réactions allergiques lorsqu'il est appliqué sur la peau. Toutefois, comme pour tout nouveau produit, il est recommandé de l’introduire progressivement dans sa routine de soin et de le tester préalablement dans le creux de votre coude, derrière votre oreille et dans la face interne de votre poignet pendant 24 heures.

Structure chimique du cuivre PCA.
Source : PubChem.

Le gluconate de cuivre.

Le gluconate de cuivre (INCI : Copper Gluconate) est un sel de cuivre de l'acide D-glucuronique, qui est un élément constitutif des glycosaminoglycanes (acide hyaluronique). De couleur bleu clair à vert bleuâtre, il est créé à la suite d'une réaction de l'acide glucuronique avec de l'oxyde cuivrique ou du carbonate cuivrique. Le rôle du gluconate est d'augmenter la biodisponibilité du cuivre à travers l’épiderme. En d’autres termes, il permet à la peau d’assimiler le cuivre plus facilement.

Caractéristiques chimiques
Formule chimiqueC12H22CuO14
Masse moléculaire453,84 g/mol
SolubilitéSoluble dans l'eau ; Insoluble dans l'éther, l'acétone et l'alcool

Quels sont les bienfaits du gluconate de cuivre ?

L'un des principaux avantages du gluconate de cuivre dans les soins de la peau est son potentiel à stimuler la prolifération des fibroblastes, et à favoriser la synthèse de collagène et d'élastine pour donner une peau plus ferme et lisse. Il possède en plus des propriétés antioxydantes. Impliqué dans plusieurs systèmes enzymatiques, le cuivre est un cofacteur de la superoxyde dismutase, une enzyme antioxydante. Il aide ainsi à lutter contre les radicaux libres, contribuant alors à prévenir la formation de rides et ridules prématurées sur la peau et à inhiber les effets oxydatifs cellulaires (dommages membranaires et peroxydation lipidique). Le gluconate de cuivre a aussi de potentielles capacités de cicatrisation. En effet, des études ont montré que son application topique pouvait induire l'expression des intégrines dans les kératinocytes, affectant la mobilité cellulaire pendant la phase de réépithélialisation du processus de cicatrisation. Enfin, le gluconate de cuivre a également la capacité d'inhiber et d’empêcher la croissance microbienne.

Quels sont les éventuels dangers de l'utilisation du gluconate de cuivre en cosmétique ?

Le gluconate de cuivre est généralement considéré comme étant sans danger à des quantités typiques variant de 0,001 à 1,0%. Des études ont démontré son innocuité et son efficacité dans de nombreux produits de soins de la peau. Aucune étude n'a mis en avant de dangers spécifiques liés à son utilisation. Il convient à toutes les typologies de peau, y compris les peaux sensibles, et il ne provoque pas d'effets indésirables. Les femmes enceintes et les nourrissons peuvent également l'utiliser, car il n'a pas été associé à des risques pour leur santé.

Structure chimique du gluconate de cuivre.
Source : PubChem.

L'oxyde de cuivre.

L'oxyde de cuivre (INCI : Copper Oxide) est composé chimique dû à la combinaison de l'oxygène avec du cuivre. Présent sous la forme d'une poudre noir, il résulte de l'oxydation du cuivre métallique.

Caractéristiques chimiques
Formule chimiqueCuO
Masse moléculaire79,55 g/mol
SolubilitéPratiquement insoluble dans l'eau ou les alcools ; Soluble dans l'acide chlorhydrique et l'ammoniaque

Quels sont les bienfaits de l'oxyde de cuivre ?

Chaussettes, blouses d'infirmière, vêtements d'hôpital, taies d'oreiller... une variété de textiles ont été développés, où de l'oxyde cuivrique insoluble a été introduit dans les fils polymères (polyester, nylon, etc.) afin de bénéficier des propriétés du cuivre.

  • des chaussettes à l'oxyde de cuivre pour prévenir et traiter les diverses infections aiguës ou chroniques du pied d'athlète et du pied diabétique, optimiser la cicatrisation des plaies, augmenter la stabilité et l'intégrité de la peau afin de réduire le risque de plaie et d'infection secondaire, et améliorer la circulation sanguine et l'efficacité du système immunitaire.

  • des taies d'oreiller imprégnées d'oxyde de cuivre pour diminuer la profondeur des rides du visage et améliorer l'apparence de la peau, en induisant la prolifération des fibroblastes dermiques, en augmentant la synthèse des protéines cutanées (collagène, élastine, fibronectine, intégrine) et en stabilisant la matrice extracellulaire.

  • des pansements contenant de l'oxyde cuivrique pour contrôler la contamination des plaies et des pansements, induire l'angiogenèse, améliorer la régénération de la peau et stimuler la réparation des plaies.

Quels sont les éventuels dangers de l'utilisation de l'oxyde de cuivre en cosmétique ?

La sécurité de l'utilisation de produits imprégnés d'oxyde de cuivre a été examinée dans plusieurs études cliniques et non-cliniques. Dans toutes les études, aucune réaction indésirable n’a été enregistrée, telle qu'une irritation de la peau, des démangeaisons ou une sensation de brûlure. L'oxyde de cuivre s'est révélé non-irritant, non-sensibilisant et sûr d'emploi, que ce soit en contact d'une peau intacte ou fragilisée.

Structure chimique de l'oxyde de cuivre.
Source : PubChem.

Les peptides de cuivre.

Isolé pour la première fois du plasma humain en 1973 par le Dr. Loren PICKART, le peptide de cuivre ou GHK-Cu (INCI : Copper Tripeptide-1) est la combinaison de trois peptides (Glycine-Lysine-Histidine) complexés, avec une grande affinité, à du cuivre (Cu2+). Déjà présents naturellement dans le corps humain, il est notamment retrouvé dans certains liquides corporels (plasma, salive et urine).

Le GHK agit comme transporteur, en fournissant aux cellules le cuivre nécessaire aux fonctions cellulaires, sous une forme non-toxique en inhibant l'activité redox du cuivre en se complexant au tripeptide. De couleur bleue, les peptides de cuivre utilisés en cosmétique sont d'origine synthétique.

Caractéristiques chimiques
Formule chimiqueC14H24N6O4Cu
Masse moléculaire/
SolubilitéSoluble dans l'eau

Quels sont les bienfaits cutanés des peptides de cuivre ?

  • Activer le processus de cicatrisation des plaies : le GHK-Cu est doté de diverses actions biologiques accélérant la cicatrisation des plaies et au remodelage de la peau : (1) il peut activer la production de métalloprotéinases et d'anti-protéinases permettant ainsi l'élimination des protéines endommagées de la matrice extracellulaire ; (2) il peut stimuler la synthèse de collagène, d'élastine et de glycosaminoglycane par les fibroblastes pour restaurer l'intégrité de la peau ; (3) il peut soutenir la fonction des cellules souches épidermiques en régulant positivement l'expression de p63 dans les kératinocytes ; (4) il aide à rétablir le flux sanguin dans les tissus endommagés en stimulant la formation de nouveaux vaisseaux sanguins par augmentation de la production des facteurs de croissance de l'endothélium vasculaire (VEGF).

  • Amélioration de la vascularisation : les peptides de cuivre contribueraient à augmenter la circulation sanguine autour des follicules pileux, fournissant ainsi l'oxygène et les nutriments nécessaires au cuir chevelu pour favoriser la croissance des cheveux et augmenter la taille des cheveux.

  • Atténuer les signes visuels du vieillissement : des études sur des peaux matures ont montré que le peptide de cuivre peut contribuer à raffermir la peau, à améliorer sa fermeté, sa densité et son élasticité et à réduire l'apparence des rides, des ridules et des photodommages, en stimulant la production des macromolécules de la matrice extracellulaire (collagène, glycosaminoglycanes et élastine) et en augmentant l'activité cellulaire.

  • Influencer sur la croissance des cheveux : dans une étude, l'AHK-Cu (L-alanyl-L-histidyl-L-lysine-Cu2+) a montré qu'il peut stimuler l'élongation des follicules pileux humains ex vivo et la prolifération des cellules de la papille dermique in vitro, soit des fibroblastes spécialisés qui jouent un rôle important dans la morphogenèse et la croissance des follicules pileux. Les peptides de cuivre auraient ainsi la capacité de prolonger le cycle de croissance des cheveux, signifiant qu'il faut plus de temps aux cheveux de tomber.

  • Protéger des radicaux libres : il a été démontré que le GHK-Cu augmente le niveau d'enzymes antioxydantes et l'activité de la superoxyde dismutase, nécessitant des ions métalliques de cuivre pour être active. Le peptide de cuivre également capable d'inhiber la peroxydation lipidique en modulant les niveaux de fer. Ainsi, le complexe peptide-cuivre est capable de neutraliser efficacement les radicaux libres nocifs et leurs actions sur la peau.

  • Réduire l'inflammation : des études ont établi que le tripeptide de cuivre pouvait supprimer l'inflammation en abaissant le niveau d'expression des cytokines pro-inflammatoires, telles que le TGF-β, l'IL-6 et le TNF-α dans les fibroblastes dermiques. Il est ainsi proposé que le GHK-Cu puisse être utilisé comme agent topique pour calmer les peaux irritées et les affections cutanées inflammatoires.

  • Renforcer la couleur des cheveux : le cuivre est oligo-élément essentiel au fonctionnement de nombreuses métalloenzymes, en agissant comme co-facteur, dont la tyrosinase, une enzyme essentielle de la biosynthèse de la mélanine responsable de la pigmentation de la peau et des cheveux.

Malgré ses nombreux avantages pour la peau, son absorption cutanée reste difficile et faible en raison de son caractère hydrophile. C'est pourquoi plusieurs dispositifs ont été mis au point afin de faciliter la pénétration cutanée de GHK-Cu.

Quels sont les éventuels dangers de l'utilisation des peptides de cuivre en cosmétique ?

Les peptides de cuivre ne présentent généralement pas de risques majeurs. En plus, lorsque la GHK est couplée au cuivre, le peptide inhibe l'activité redox du cuivre, ce qui permet d'administrer le cuivre sous une forme non-toxique qui peut ensuite être utilisée par les cellules. Toutefois, il a été rapporté qu'ils pouvaient déclencher une réaction allergique, provoquant des démangeaisons et/ou des rougeurs.

Structure moléculaire du tripeptide GHK-Cu.
Source : MARGOLINA A. & al. The human tripeptide GHK-Cu in prevention of oxidative stress and degenerative conditions of aging: Implications for cognitive health (2012).

Le sulfate de cuivre.

Le sulfate de cuivre (INCI : Copper Sulfate) est un sel inorganique en faisant agir de l'oxyde de cuivre avec de l'acide sulfurique. Il apparaît sous la forme d'un solide cristallin de couleur bleue. À l’état naturel, le sulfate de cuivre est retrouvé dans le chalcantite.

Caractéristiques chimiques
Formulaire chimiqueCuSO4
Masse moléculaire159,61 g/mol
SolubilitéSoluble dans l'eau

Quels sont les bienfaits du sulfate de cuivre ?

Le sulfate cuivrique est principalement utilisé pour sa capacité à tuer les bactéries et les champignons par plusieurs mécanismes. Le contact des ions de cuivre provoque des dommages au niveau de l’enveloppe cellulaire. De plus, le cuivre catalyse aussi facilement les réactions (Fenton et Haber-Weiss) qui entraînent la production de radicaux hydroxyles. Or, ces espèces réactives de l'oxygène induisent une peroxydation lipidique et une oxydation des protéines. Enfin, les ions de cuivre ciblent également les enzymes métaboliques nécessaires au fonctionnement normal du micro-organismes en entraînant leur inactivation.

Quels sont les éventuels dangers de l'utilisation du sulfate de cuivre en cosmétique ?

Non-sensibilisant, l'utilisation du sulfate de cuivre par voie externe est en général perçu comme sûr. Quelques rares exemples de dermatite allergique au sulfate de cuivre ont été rapportés dans la littérature. Dans une étude, 10 936 patients ont appliqué par voie épicutanée du sulfate de cuivre sur une période de 10 ans (1975 - 1985) et 37 (0,34%) d'entre eux ont réagi.

Structure chimique du sulfate de cuivre.
Source : PubChem.

Sources

  • MARK H. & al. Copper sulphate allergy in special consideration of internal exposure. Zeitschrift für Hautkrankheiten (1990).

  • DRÉNO B. & al. In vitro modulation of keratinocyte wound healing integrins by zinc, copper and manganese. British Journal of Dermatology (1999).

  • ROY S. & al. Copper-induced vascular endothelial growth factor expression and wound healing. American Journal of Physiology-Heart and Circulatory Physiology (2002).

  • MAIBACH H. I.& al. Copper hypersensitivity: dermatologic aspects – an overview. Reviews on Environmental Health (2003).

  • COBIAN E. P. & al. Examination of the cutaneous absorption of copper after the use of copper-containing ointments. American Journal of Therapeutics (2004).

  • KIM K. H. & al. The effect of tripeptide-copper complex on human hair growth in vitro. Archives of Pharmacal Research (2007).

  • PICKART L. The human tripeptide GHK and tissue remodeling. Journal of Biomaterials Science, Polymer Edition (2008).

  • GABBAY J. & al. Reducing the risk of skin pathologies in diabetics by using copper impregnated socks. Medical Hypotheses (2009).

  • MARIKOVSKY M. & al. Molecular mechanisms of enhanced wound healing by copper oxide-impregnated dressings. Wound Repair and Regeneration (2010).

  • BORKOW G. & al. Reduction of facial wrinkles depth by sleeping on copper oxide-containing pillowcases: a double blind, placebo controlled, parallel, randomized clinical study. Journal of Cosmetic Dermatology (2012).

  • BORKOW G. Using copper to improve the well-being of the skinCurrent Chemical Biology (2014).

  • MARGOLINA A. & al. GHK peptide as a natural modulator of multiple cellular pathways in skin regeneration. BioMed Research International (2015).

  • MARGOLINA A. & al. Regenerative and protective actions of the GHK-Cu peptide in the light of the new gene data. International Journal of Molecular Sciences (2018).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.