3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Causes télangiectasies.

Quelles sont les origines de la télangiectasie ?

La télangiectasie se retrouve très souvent comme symptôme de la rosacée et correspond à la dilatation de vaisseaux sanguins sous la peau. Retrouvez ici les origines de la télangiectasie dans le cadre de la rosacée.

Sommaire
Publié le 6 mars 2024, par Kahina, Rédactrice Scientifique — 7 min de lecture
Thèmes :

Qu'est-ce que la télangiectasie ?

Les télangiectasies sont des dilatations permanentes des capillaires de la peau, formant de fins réseaux ou des plaques circonscrites plus ou moins importantes. Plusieurs classes existent : cutanées, oculaires, gastriques. Cependant, les plus répandues sont les télangiectasies cutanées. Leur couleur varie de rouge à violet, et elles peuvent survenir n'importe où sur le corps, le visage etc. Les différents types cliniques sont :

  • Le chevelu capillaire : linéaire ou en réseau, rose ou bleu, plat ;

  • La macule télangiectasique : tache plate, rose ou rouge sans arborisation vasculaire, quadrangulaire ;

  • La papule télangiectasique : semblable au précédent mais cette fois-ci en relief ;

  • L'étoile vasculaire (ou "angiome stellaire") : dilatation des vaisseaux dermiques avec point rouge central parfois en relief d'où partent des fines branches qui s'écartent.

Dans le cadre de la rosacée, la télangiectasie est caractéristique de la forme érythémato-télangiectasique, qui est le stade II de développement de la maladie. On peut alors voir des télangiectasies faciales sur les joues, le nez et parfois le menton.

Les facteurs à l'origine de la télangiectasie.

Les mécanismes qui sous-tendent la dilatation des vaisseaux sont mal compris. Cependant, plusieurs facteurs sont soupçonnés.

  • Anomalie primitive de la circulation de la veine faciale.

    Des études ont rapporté qu'il existerait dans la rosacée une anomalie primitive de la circulation de la veine faciale. Normalement, le sang des veines faciales, plus frais que le reste du sang, s'écoule vers le bas, vers les veines jugulaires. Lorsque la température augmente (activité physique ou hyperthermie), le flux dans la veine faciale est inversé : le sang s'écoule vers le haut par la veine angulaire, et diminue la température du sang artériel qui arrive au cerveau et donc le refroidit.

    Dans le cadre de la rosacée, il y aurait alors une inhibition du flux sanguin veineux de la peau vers le cerveau. Cela se traduit par une stagnation du sang dans les capillaires, entraînant la dilatation des vaisseaux et une inflammation. La zone de la rosacée étant celle du drainage de la veine faciale, on peut penser qu’une anomalie veineuse pourrait favoriser les télangiectasies. Cependant, les causes de son apparition sont encore floues.

  • Exposition aux rayons UV.

    La rosacée prédomine chez les personnes à la peau et aux yeux clairs, plus fréquemment sujettes au photovieillissement par exposition aux UV. Les biopsies des lésions de rosacée montrent généralement une élastose solaire, qui est une altération du tissu élastique du derme. L'irradiation UV favorise le photovieillissement en induisant des métallo-protéinases matricielles (MMP), dégradant et supprimant la production de collagène. Il a été démontré que l'impact de la dégénérescence du collagène médiée par les MMP-1 sur les cellules endothéliales conduit à la formation de tubes vasculaires. Ces tubes vasculaires ressemblent à la lumière des télangiectasies. Nous pensons alors que l'exposition au UV favorise la formation de télangiectasies.

  • Bouffées vasomotrices répétées.

    Les bouffées vasomotrices sont des réactions en réponse à un effort physique ou des émotions fortes (colère, excitation) et peuvent entraîner un rougissement de la peau. Lors de ces situations, le système nerveux autonome réagit en sécrétant de l’adrénaline. Les vaisseaux se dilatent, le sang chaud afflue dans le visage et rougit la peau. Il a été prouvé que les épisodes répétés de vasodilatation associés aux bouffées vasomotrices entraînent une perte de tonus vasculaire et une dilatation permanente des vaisseaux. Ces vaisseaux dilatés peuvent devenir perméables avec une libération subséquente de médiateurs inflammatoires. Il y aura alors une inflammation cutanée continue et des télangiectasies permanentes.

  • Facteurs sensoriels de dérèglement vasculaire.

    Divers déclencheurs connus de la rosacée (nourriture épicée, alcool, changement brusque de température, le rayonnement UV, l'exercice physique, le stress) peuvent être à l'origine de l'apparition de télangiectasies. Ces facteurs activerait des canaux ioniques, tels que le TRPV1, impliqués dans la vaso-régulation et la perception de la douleur (nociception). Une fois activés, ces canaux vont réguler positivement la substance P et CGRP, deux vasodilatateurs, et provoquer une vasodilatation, ce qui peut engendrer dans certains cas des télangiectasies.

  • Grossesse.

    Malgré le faible nombre d'études sur le sujet, on pense que les télangiectasies de la rosacée durant la grossesse sont exacerbées. En effet, pendant la grossesse, la production d'œstrogènes augmente. Les œstrogène sont connus pour être des vasodilatateurs. Être enceinte risquerait donc d'augmenter l'apparition de télangiectasies liées à la rosacée. Rappelons que ce ne sont que des suppositions.

  • Génétique.

    Enfin, ce trouble pourrait également être transmis de manière héréditaire. La présence d'antécédents familiaux chez les personnes atteintes de rosacée ont poussé les chercheurs à supposer que des gènes non-identifiés sont à l'origine de la maladie, et parallèlement des télangiectasies. Il convient également de noter que les personnes au phototype clair ainsi que les femmes semblent être plus susceptibles de développer ce trouble cutané. Cependant, des études complémentaires sont nécessaires afin de confirmer cette hypothèse.

Sources

  • CRIBIER B. Pathophysiology of rosacea: redness, telangiectasia, and rosacea. Annales de Dermatologie et de Vénéréologie (2011).

  • VOEGEL J. J. & al. Clinical, cellular, and molecular aspects in the pathophysiology of rosacea. Journal of Investigative Dermatology Symposium Proceedings (2011).

  • SAURAT J. H., LIPSKER D., THOMAS L., BORRADORI L., LACHAPELLE J. M. Dermatologie et infections sexuellement transmissibles. Elsevier Masson (2017).

  • UGURLUCAN F.G. & al. A rare dermatologic disease in pregnancy: Rosacea fulminans- case report and review of the literature. Open access Macedonian Journal of Medical Sciences (2018).

  • CHIEN A. L & al. The association of photo-induced collagen degeneration and the development of telangiectasias in rosacea. Journal of Anatomy (2020).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

En savoir plus

Aller plus loin: