3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Psoriasis génital et mycoses : quelles différences ?

Psoriasis génital ou mycose : comment les différencier ?

Le psoriasis est une affection cutanée inflammatoire possédant de nombreuses localisations comme les organes génitaux. C’est le cas du psoriasis génital. En raison des irritations et démangeaisons associées, il est souvent confondu à la mycose. Découvrez les caractéristiques les différenciant dans cet article.

Qu’est-ce qu’une mycose intime ?

La mycose intime est une affection génitale bénigne, secondaire à un champignon microscopique de type levure. Dans la majorité des cas, elle est engendrée par le Candida Albicans, naturellement présent dans l’appareil génital. Ce type de levure se développe en milieu acide aérobie ce qui explique qu'elle se multiplie dans les muqueuses, les plis cutanés, sur les ongles ou dans les cheveux. Dans le cas d’une candidose, ces micro-organismes se développent dans les muqueuses et y prolifèrent rapidement.

Chez la femme, la mycose vaginale se manifeste à travers plusieurs signes révélateurs :

  • Des pertes blanches épaisses  ;

  • Des démangeaisons permanentes de l’entrée du vagin et de la vulve ;

  • Des brûlures du vagin durant les mictions ;

  • Une vulve gonflée, de couleur rouge vif ;

  • Des rapports sexuels douloureux.

Chez l’homme, cette affection se traduit par une inflammation du prépuce, du gland, accompagnée de démangeaisons. En l’absence de prise en charge adaptée, elle peut évoluer vers un écoulement purulent ou un phimosis.

La mycose intime peut également résulter d’un déséquilibre naturel de la flore vaginale, et dans ce cas, peut guérir d’elle-même. Toutefois, il convient de surveiller les facteurs favorisant la prolifération du champignon, entre autres :

  • Le port de sous-vêtements serrés et/ou en tissus synthétiques ;

  • L’utilisation de produits intimes agressifs ;

  • La prise de pilule contraceptive ou d’antibiotiques ;

  • Le stress ;

  • Une hygiène intime excessive ;

Comment se manifeste le psoriasis génital ?

Contrairement aux lésions générées par le psoriasis classique, le psoriasis génital revêt plusieurs formes, ce qui explique la confusion avec d’autres maladies génitales, notamment la mycose. En effet, tel que vu plus haut, plusieurs facteurs peuvent conduire à une irritation des zones intimes. D’où la nécessité d’un diagnostic précis. Les manifestations cliniques incluent également des plaques rouges aux bords réguliers autour des parties intimes.

Dans la plupart des cas, le psoriasis génital entraîne des brûlures, des démangeaisons, voire même des douleurs. Par ailleurs, une étude clinique a recensé les ressentis des personnes touchées par un psoriasis génital. Selon leurs résultats, ils ont moins de rapports sexuels fréquents, un désir sexuel réduit et ils évitent les relations sexuelles. De plus, ils peuvent ressentir certaines douleurs lors des rapports.

Quelles sont les principales différences entre psoriasis génital et mycose ?

En somme, plusieurs caractéristiques différencient le psoriasis génital et la mycose :

  • La cause principale de la maladie :

    Le psoriasis génital est une maladie auto-immune liée à une défaillance immunitaire entraînant une prolifération excessive des kératinocytes et une prédisposition génétique. La mycose génitale ou vaginale, quant à elle, est secondaire à un champignon, le Candida Albicans.

  • Au niveau des signes cliniques :

    Les infections fongiques génitales provoquent généralement des rougeurs, des démangeaisons, des brûlures. Les pertes vaginales abondantes constituent une manifestation distinctive de la mycose chez la femme. Chez l’homme, cette dernière entraîne une inflammation, tandis que le psoriasis provoque seulement des irritations, sous forme de plaques rouges.

  • Localisation des zones atteintes.

    Les plaques de psoriasis génital se trouvent spécifiquement dans la région génitale, y compris le pubis, les organes génitaux externes et l'aine. Les infections fongiques génitales touchent généralement les parties génitales, mais peuvent également se propager à d'autres zones environnantes, comme l'aine, les muqueuses et les plis de la peau.

  • Le diagnostic.

    Le diagnostic de psoriasis génital est principalement clinique, basé sur l'apparence des lésions et l'historique médical du patient. Les infections fongiques génitales peuvent parfois nécessiter des tests de diagnostic, comme des frottis, pour confirmer la présence de levures. Ces examens ne sont pas douloureux et permettent au dermatologue de faire la différence entre ces deux affections cutanées.

  • Évolution de l'affection.

    Les plaques de psoriasis génital peuvent être persistantes et récurrentes. Elles peuvent évoluer sous forme de poussées en s'améliorant et en se détoriant périodiquement. Les infections à levures, quant à elles, ont tendance à se développer rapidement et peuvent causer des symptômes intenses, mais elles ont généralement une résolution rapide avec un traitement approprié.

  • Les traitements.

    Le traitement du psoriasis génital peut impliquer l'utilisation de crèmes topiques à base de dermocoïdes, des immunosuppresseurs et d'autres médicaments prescrits par un dermatologue. Les infections à levures peuvent généralement être traitées avec des antifongiques topiques ou oraux, disponibles en vente libre ou sur ordonnance.

Sources

MEEUWIS K. A. P. & al. Genital Psoriasis: A Systematic Literature Review on this Hidden Skin Disease. Acta Dermato-Venereologica (2011).

DURAND B. Traitements des mycoses vulvo-vaginales aiguës et récidivantes. Sciences pharmaceutiques (2017).

YANG E. J. & al. The impact of genital psoriasis on quality of life: a systematic review. Psoriasis: Targets and Therapy (2022).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

En savoir plus

Aller plus loin: