Nouveau : La poudre libre matifiante

Nouveau : La poudre libre matifiante

Sélection
Soins visage
Soins corps & cheveux
Par préoccupation
Diagnostic de peau
Aide et Contact
Comment atténuer les marques d'acné ?

Comment atténuer voire éliminer les marques laissées par l'acné ?

Une fois que l’acné a été traitée, il est assez fréquent de se retrouver avec des marques, pas toujours flatteuses, qui ne sont pas considérées comme de vraies cicatrices dans la mesure où elles disparaissent avec le temps. Pour estomper ces stigmates, il existe différentes mesures. Découvrez-les dans cet article.

Publié le 6 janvier 2023, par Stéphanie, Doctoresse en Sciences de la Vie et de la Santé — 15 min de lecture

L'origine des marques d'acné.

Même une fois l'imperfection disparue, l'acné peut laisser des marques sur la peau. Parmi ces traces, vous retrouverez :

  • Les marques hyperpigmentaires post-inflammatoires qui sont un type d'hyperpigmentation, se manifestant sous la forme de taches plates persistantes brunes ou noires, selon la couleur de la peau, générées à la suite d'une production accrue de mélanine en réponse à une réaction inflammatoire. En effet, l'apparition de ces zones hypercolorées repose sur la production de cytokines inflammatoires, ayant des propriétés pro-pigmentogènes, par les cellules environnantes. Elles vont activer les mélanocytes (cellules produisant la mélanine), entraînant une libération importante de mélanosomes (granules pigmentaires) et alors le surplus de mélanine. Bien que ce phénomène puisse atteindre toutes les peaux, il est généralement plus fréquent chez les personnes ayant la peau métisse à foncée (phototypes IV à VI). 

  • Les érythèmes post-inflammatoires (EPI) qui sont des taches plates roses-rougeâtres persistantes, apparaissant dans les suites d'un acné inflammatoire. Lorsque la peau subit une infection bactérienne, la circulation sanguine dans la zone de l'imperfection augmente. Ainsi, ces marques sont causées par la dilatation des capillaires sanguins. Ces marques rouges sont plus visibles sur les peaux claires.

Contrairement aux cicatrices d'acné, ces marques sont temporaires et disparaissent généralement spontanément sans laisser de cicatrices au bout de plusieurs mois (entre 3 à 24 mois). Parfois, il faut plusieurs années. Cependant, la vitesse de leur disparition dépend de votre rapport avec le soleil qui peut allonger la durée de guérison mais aussi de la différence de carnation entre la couleur de la peau et la teinte de la tache.

Les actifs cosmétiques à utiliser pour diminuer les marques hyperpigmentées.

Pour traiter les taches brunes ou prévenir toute récidive, un certain nombre de produits de soin de la peau est disponible, dont la plupart s'appuient sur des ingrédients clés qui agissent sur la synthèse de mélanine afin de ralentir sa production. Il y a aussi des produits qui ne vont pas agir directement sur la mélanogenèse mais qui sont quand même intéressants pour soigner l'hyperpigmentation post-inflammatoire (HPI). Parmi eux :

  • Acide arbutine : Ce composé est un dérivé de l'hydroquinone mais sans les effets secondaires de ce dernier. En effet, il est mieux toléré par la peau. Tout comme l'hydroquinone, il va inhiber l'activité de la tyrosinase, enzyme responsable de la production de la mélanine dans la peau. Il est intéressant de l'utiliser conjointement avec l'acide azélaïque.

  • Acide azélaïque : Il s’agit d’un acide dicarboxylique, qui peut aider à diminuer l'hyperpigmentation par l'inhibition de l'activité de la tyrosinase. Il permet aussi l'anti-profilération des mélanocytes anormaux. Il est généralement bien toléré, mais peut provoquer des rougeurs, des brûlures, des irritations ou des réactions allergiques. 

  • Dérivés de vitamine C : Ces principes actifs ont un effet direct sur l'hyperpigmentation en régulant l'action des mélanocytes. Ils vont en effet réagir avec les ions cuivre qui sont sur le site de la tyrosinase, et permettre ainsi de diminuer son activité et donc de bloquer la voie de synthèse de mélanine. Ils sont aussi connus pour leurs propriétés antioxydantes.

  • Exfoliant chimique (acide glycolique, lactique, mandélique, PHA...) : Ces agents de peeling permettent de détruire les liens entre les cellules les plus superficielles de la peau pour réorganiser l'épiderme en accélérant la desquamation et d'induire la dispersion rapide des grains de mélanine au sein des kératinocytes.

  • Niacinamide : Egalement connue sous le nom de vitamine B3, elle agit en bloquant le transfert des mélanosomes (vésicules qui transportent la mélanine) des mélanocytes des couches profondes de l'épiderme vers les couches les plus superficielles. En général, elle est très bien tolérée par la peau.

  • Rétinoïdes (rétinol et ses dérivés) : Il s'agit de dérivés de la vitamine A pouvant également aider à atténuer l'hyperpigmentation, notamment en augmentant la prolifération et la différenciation cellulaire (raccourcissement du cycle de régénération cellulaire) et en diminuant l'expression de la tyrosinase. Cependant, les rétinoïdes peuvent induire des effets indésirables (rougeurs, sécheresse et irritation) et une sensibilité accrue au soleil.

Les ingrédients cosmétiques à utiliser pour diminuer les marques érythémateuses.

Les personnes qui souffrent d'EPI présentent forcément une diminution de la fonction barrière lipidique de l'épiderme. Or, le plus fondamental est de garder une peau hydratée, car pour mieux cicatriser elle a besoin d'eau. Les soins à utiliser doivent donc à la fois cibler l'inflammation, et la réparation et le maintien de la barrière cutanée. Il faut alors privilégier les agents suivants :

  • Acide azélaïque : En plus de leur activité antioxydante, l'acide azélaïque possède aussi une activité anti-inflammatoire. Des études ont démontré que l'acide azélaïque inhibait la sécrétion de cytokines pro-inflammatoires, telles que les interleukines IL-1β et IL-6, et le facteur de transcription TNF-α. Par ailleurs, une autre étude a montré que l'acide azélaïque favorise la régulation de la kallicréine-5 (sérine protéase) dans les kératinocytes épidermiques, qui à leur tour abaissent les cathélicidines (peptides anti-microbiens), diminuant les processus inflammatoires.

  • Centella asiatica : Cette plante herbacée originaire d'Asie est employée en cosmétique pour ses propriétés cicatrisantes et réparatrices dues à la présence de madecassoside et d'asiaticoside. Elle est aussi appréciée pour son action hydratante due à la présence de sucres qui ont une forte affinité avec l'eau et donc d'augmenter le taux d'humidité de la peau. Enfin, la Centella asiatica possède également une activité anti-inflammatoire, réduisant ainsi les inflammations.

  • Céramides : Il s'agit de lipides naturellement présents dans la peau. Ils constituent 50% de la barrière cutanée. Les céramides dans les soins permettent de régénérer les céramides de la peau et donc de rétablir la couche lipidique de l'épiderme. Ils aident ainsi à maintenir la peau hydratée et protégée face aux attaques extérieures, limitant ainsi les irritations. En effet, ils maintiennent la cohésion des différents éléments de la peau et forment une couche protectrice.

  • Niacinamide : Cette vitamine augmente la synthèse des céramides, des acides gras libres et du cholestérol, qui sont contenus dans les espaces intercellulaires de la couche cornée, favorisant ainsi une barrière cutanée fonctionnelle et d'avoir donc un bon taux d'hydratation. Elle possède également des propriétés anti-inflammatoires.

  • Panthénol : Egalement appelé provitamine B5, cet ingrédient cosmétique a la capacité d'absorber et de retenir l'humidité de l'air pour augmenter la teneur en eau de la couche cornée, mais aussi de créer un film à la surface de la peau afin de réduire les pertes en eau transépidermiques. Des études cliniques ont également fait part de son potentiel cicatrisant en stimulant la croissance cellulaire, ce qui aurait pour conséquence de diminuer le temps de cicatrisation.

Des traitements dermatologiques possibles.

Pour remédier aux marques d'acné, il existe d'autres options. Ceux-ci vont des solutions médicamenteuses topiques aux soins par le laser en passant par les peelings :

  • Lumière pulsée : Ce traitement non-invasif et non-ablatif utilise des impulsions de lumière à haute intensité. Pour éliminer les taches brunes, la lumière pulsée cible la mélanine à la surface de la peau afin de faire disparaître la décoloration.

  • Peeling chimique : Le principe du peeling s’apparente légèrement à celui du gommage. Il consiste à appliquer une substance chimique (acide glycolique, acide salicylique, acide tricholoroacétique, etc...) en concentrations diverses sur la peau afin de déclencher une desquamation contrôlée de l’épiderme, et avec lui les mélanocytes et les marques laissées par les boutons. En effet, des cloques se forment et finissent par peler laissant place à une peau lisse sans hyperpigmentation. Cette procédure doit être réalisée par un dermatologue, de préférence en automne ou en hiver.

  • Thérapie par laser pigmentaire à basse énergie : Il a pour objectif de venir détruire les cellules cutanées hypercolorées en utilisant une lumière à haute énergie afin qu'une nouvelle peau sans imperfection apparaisse. Cependant, ce traitement peut provoquer de légers dommages (sensation de brûlure, irritation...) et causer l'apparition d'une HPI.

  • Trio de KLIGMAN : Le Dr. KLIGMAN a développé une formule basée sur l’association de trois composants à la synergie unique : l’hydroquinone (inhibiteur de la tyrosinase), l’hydrocortisone (action anti-inflammatoire) et l’acide rétinoïque (accélération du renouvellement cellulaire). Ensemble, ils ont démontré un pouvoir dépigmentant sur les différentes étapes du cycle de la mélanine. Les effets de la dépigmentation apparaissent après 3 à 5 semaines de traitement. Toutefois, cette solution peut engendrer des irritations et une sensibilité. De plus, elle n’exclut pas une récidive des taches brunes.

Comment éviter d'avoir des marques d’acné ?

Afin de prévenir l'apparition des marques d'acné, il faut éviter l'inflammation. Pour ce faire, nous vous recommandons de consulter un dermatologue pour traiter le plus tôt possible votre acné par un suivi adapté. Pensez également à bien hydrater votre peau avec une crème visage adaptée. Cela favorise la cicatrisation. De plus, pour ne pas amplifier l'inflammation et étendre l'infection, évitez d'éclater ou gratter vos boutons. Enfin, le soleil renforce les marques, allongeant ainsi la durée nécessaire pour qu'elles s'estompent. Veillez donc à vous protéger au quotidien avec l'application d'une crème solaire à large spectre SPF et limiter aussi vos expositions au soleil.

Sources :

  • KLIGMAN A. M. & al. A new formula for depigmenting human skin. Archives of Dermatology (1975).

  • WEST T. B. & al. Effect of topical vitamin C on postoperative carbon dioxide laser resurfacing erythema. Dermatologic Surgery (1998).

  • ORTONNE J. P. Retinoid therapy of pigmentary disorders. Dermatology and Therapy (2006).

  • KIM S. Y. & al. Inhibitory effects of arbutin on melanin biosynthesis of alpha-melanocyte stimulating hormone-induced hyperpigmentation in cultured brownish guinea pig skin tissues. Archives of Pharmacal Research  (2009).

  • ORTONNE J. P. & al. The role of topical retinoids in the treatment of pigmentary disorders : an evidence-based review. American Journal of Clinical Dermatology (2009).

  • CAMPOS P. M. & al. Skin moisturizing effects of panthenol-based formulations.  Journal of Cosmetic Science (2011).

  • STAMFORD N. P. Stability, transdermal penetration, and cutaneous effects of ascorbic acid and its derivatives. Journal of Cosmetic Dermatology (2012).

  • BRZEZINSKA M. & al. Centella asiatica in cosmetology. Advances in Dermatology and Allergology (2013).

  • HEGEL J. K. & al. Azelaic acid : Properties and mode of action. Skin Pharmacology and Physiology (2014).

  • KREFT D. & al. Niacinamide – Mechanisms of action and its topical use in dermatology. Skin Pharmacology and Physiology (2014).

  • ABAD-CASINTAHAN F. & al. Frequency and characteristics of acne-related post-inflammatory hyperpigmentation. The  Journal of Dermatology (2016).

  • PYTKOWSKA K. & al. Moisturizing and anti-inflammatory properties of cosmetic formulations containing Centella asiatica. Indian Journal of Pharmaceutical Sciences (2016).

  • HAMZAVI I. H. & al. The role of sunscreen in melasma and postinflammatory hyperpigmentation. Indian Journal of Dermatology (2020).

  • MADAN R. Post-inflammatory hyperpigmentation: A review of treatment strategies. Journal of Drugs in Dermatology (2020).

  • SANGHA A. M. Managing post-inflammatory hyperpigmentation in patients with acne. Journal of Clinical and Aesthetic Dermatology (2021).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: