Édition limitée pour la Saint-Valentin

Édition limitée pour la Saint-Valentin

Sélection
Soins visage
Soins corps & cheveux
Par préoccupation
Diagnostic de peau
Aide et Contact
Les différents types de déodorant

Les différents types de déodorant.

Les déodorants font partie des soins d’hygiène utilisés au quotidien. Ils ne bloquent pas la production de sueur au niveau des aisselles (ce ne sont pas des anti-transpirants) mais luttent contre les odeurs de transpiration. Il est important de connaître les différents types de déodorant pour choisir celui répondant à vos besoins. En bille, en spray, en crème/gel ou en stick, les déodorants se présentent sous différentes formes, à retrouvez dans cet article.

Publié le 11 octobre 2022, par Maylis, Ingénieure chimiste — 9 min de lecture

Sous quelle forme peut exister un déodorant ?

Il existe plusieurs formes de déodorants. Découvrez ce qui les différencie les unes des autres :

  • Les sprays :

    Cette forme de déodorant est prisée pour sa praticité. Les sprays s'appliquent et se transportent facilement. Sous cette forme, le déodorant est plus souvent un anti-transpirant. Il se présente sous la forme d'un liquide fluide qui bloque la transpiration et apparaît comme une poudre sèche une fois appliqué sous les aisselles. Les anti-transpirants sprays sont aussi appréciés pour la sensation de fraîcheur qu'ils procurent à l'application. Ils se déclinent aujourd’hui en format mini, à glisser dans son sac à mains ou autre.

    Néanmoins, les anti-transpirants en format sprays renferment souvent de l'alcool pour accélérer le temps de séchage sur la peau. Pour éviter toute irritation, veillez à ne pas choisir un déodorant avec des dérivés d'alcool.

  • Les roll-on, également appelés déodorants à bille :

    Également pratiques et ergonomiques, les roll-on apportent une certaine humidité au niveau des aisselles qui lutte contre la formation des bactéries responsables des mauvaises odeurs. En revanche, cette humidité est provisoire, elle sèche rapidement.

  • Les déodorants en stick :

    Également appelé déodorant en bâton, le stick est le format solide du déodorant/anti-transpirant. Il renferme souvent des ingrédients nourrissants comme des beurres et offre une texture agréable et riche.

  • Les crèmes :

    Récentes sur le marché, les crèmes déodorantes sont recommandées aux peaux sensibles car elles renferment souvent des ingrédients pour hydrater et nourrir la peau. Elles sont en plus généralement formulées sans alcool.

Déodorant classique ou bio/naturel : lequel choisir ?

Ces dernières années, les anti-transpirants et déodorants classiques font polémique en raison de certains composants :

  • Les sels d'aluminium :

    Les sels d'aluminium sont présents dans de nombreux anti-transpirtants pour lutter contre la transpiration. Il est possible de les repérer sur les listes I.N.C.I. sous les dénominations suivantes : Aluminium Chloryde, Aluminium Chlorohydrate, Aluminium Chlorydrex, Aluminium Sesquichlorydrate, Aluminium Zirconium. Appliqués sur la peau, les sels d'aluminium précipitent et s'associent aux peaux mortes, formant des bouchons qui obstruent les glandes sudoripares et bloquent ainsi la transpiration. De plus, les sels d'aluminium sont des bactéricides. Ils éliminent ainsi les bactéries présentes en masse au niveau des aisselles à l'origine des mauvaises odeurs.

    Plusieurs études ont corrélé la présence de sels d'aluminium dans les cellules mammaires au développement de tumeurs malignes et donc de cancers du sein. Même sile CSSC (Comité Scientifique Européen pour la Sécurité des Consommateurs) a rendu un rapport en 2019 attestant de la très faible absorption cutanée (de l’ordre de 0,00052%) des sels d'aluminium, y compris sur peau rasée ou épilée, par principe de précaution, il reste préférable de les exclure au quotidien dans ses produits d'hygiène.

  • Les parabènes :

    Certains déodorants contiennent des parabènes en raison de leurs propriétés antimicrobiennes. Or, ces composés sont reconnus perturbateurs endocriniens (= qui dérèglent l’équilibre hormonal). Evitez ainsi de choisir un déodorant contenant par exemple du Butylparaben ou encore du Propylparaben sur sa liste INCI. 

  • Le triclosan :

    Cet ingrédient joue le rôle d'agent antimicrobien, de conservateur et de déodorant. Néanmoins, il s'agit d'un perturbateur endocrinien et carcinogène suspecté ainsi que d'un irritant cutané et oculaire potentiel. Sa concentration est aujourd'hui encadrée dans les déodorants (autres que sous forme de spray) : elle ne doit pas dépasser 0,3%.

  • Le talc :

    Cette poudre minérale est reconnue efficace pour absorber l'humidité et les excès de sudation. Néanmoins, le talc est aujourd'hui largement controversé. En 2012, l'ANSES a conlu qu'il n'était pas possible d'exclure la présence de fibres d'amiante dans certains gisements de talc. De plus, des études ont démontrées des effets néfastes sur le système respiratoire suite à l'inhalation de talc.

  • L'alcool :

    L'éthanol est souvent ajouté aux déodorants classiques pour ses propriétés antiseptiques et dans le but de réduire le temps de séchage. Néanmoins, ce composé a un fort pouvoir asséchant et peut provoquer des irritations, rougeurs et picotements sur les aisselles.

Tous les composés énumérés ci-dessus sont généralement exclus des formules de déodorant bio et naturelles. Ces dernières renferment des alternatives plus douces et respectueuses de la peau et de l'environnement comme les ingrédients suivants :

  • Le bicarbonate de soude.

    Solution alternative aux sels d'aluminium, le bicarbonate de sodium possède des propriétés naturellement absorbantes, anti-odorantes et anti-inflammatoires pour apaiser les peaux agressées.

  • Les argiles :

    Grâce à leurs structures microporeuses, certains argiles comme la poudre de diatomée ou encore l'argile blanche sont des agents asséchants qui peuvent absorber leur poids en humidité. Leur action anti-bactérienne agit également sur les bactéries présentes sur la peau et limite ainsi l'apparition de mauvaises odeurs.

  • Certaines huiles essentielles :

    L'huile essentielle de référence pour lutter contre la transpiration des aisselles est celle de palmarosa. Néanmoins, d'autres ont aussi fait leurs preuves comme celles de sauge sclarée ou de lavande.

  • Le citrate de triéthyle :

    Ce composé autorisé en bio est produit par un processus d'estérification de l'acide citrique avec de l'éthanol. En raison de sa capacité à inhiber la décomposition enzymatique des composants de la sueur, il lutte efficacement contre les odeurs corporelles. De plus, il présente des propriétés antibactériennes.

Quid de la pierre d'alun ? La pierre d’Alun n'est pas aussi naturelle que son nom laisse présager. Il peut même s'agir parfois d'une pierre 100% synthétique fabriquée à partir d’Ammonium Alum ou de Sulfate d’Ammonium de synthèse, sous-produit de l’industrie chimique du nylon. Dans tous les cas, naturelle ou synthétique, la pierre d'alun renferme des sels d’aluminium.

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: