Découvrez le skin cycling

Découvrez le skin cycling

Sélection
Soins visage
Soins corps & cheveux
Par préoccupation
Diagnostic de peau
Aide et Contact
Zinc et propriétés cicatrisantes.

Le zinc aide-t-il à la cicatrisation ?

Le traitement des brûlures, des plaies chirurgicales et traumatiques, des ulcères diabétiques... constituent un défi médical majeur. Une réparation réussie des plaies nécessite une série d'étapes étroitement coordonnées, notamment la coagulation, l'inflammation, l'angiogenèse (formation de nouveaux vaisseaux depuis un réseau préexistant), la formation de nouveaux tissus et le remodelage de la matrice extracellulaire. Comment le zinc accélère-t-il la cicatrisation ? Est-il aussi efficace par voie orale que par voie externe ?

Publié le 23 janvier 2023, par Maylis, Ingénieure chimiste — 7 min de lecture

Le zinc, en bref.

Le zinc est un micronutriment essentiel, présent en faible quantité dans le corps humain, à moins de 50 mg/kg. Il est essentiel à la santé de l'organisme en raison de ses rôles critiques dans la croissance et le développement, le métabolisme osseux, le système nerveux central, la fonction immunitaire et la cicatrisation des plaies, dont il est question dans cet article.

Le zinc est un cofacteur vital pour la fonction de plus de 10% des protéines codées par le génome humain, ce qui représente pas moins de 3 000 protéines et enzymes. Les protéines dépendantes du zinc jouent de nombreux rôles indispensables au sein des cellules, tels que la régulation transcriptionnelle, la réparation de l'ADN, la mort cellulaire, le traitement métabolique, la régulation de la matrice extracellulaire (MEC) et la défense antioxydante.

A savoir : cet oligo-élément ne peut pas être stocké par l’organisme. Ainsi, pour profiter de ses bienfaits, la consommation régulière d’aliments riches en zinc est indispensable. L'aliment le plus riche en zinc est l'huître, mais il en existe d'autres comme les abats, la viande rouge, le pain complet et les oeufs. La grande majorité du zinc présent dans le corps humain est stockée dans les muscles squelettiques (60%), mais des réserves sont également présentes dans les os (30%), la peau (5%), le foie et d'autres organes (2 à 3%).

Le zinc est particulièrement important pour la peau. La peau contient une teneur en zinc relativement élevée (environ 5% du contenu corporel), principalement associée à l'intérieur de l'épiderme (50-70 μg/g de poids sec). En raison de son abondance dans l'épiderme, on constate qu'une légère carence en zinc entraîne une peau rugueuse et une altération de la cicatrisation des plaies.

Des études datant de 1970 et plus tôt ont montré l'importance des concentrations de zinc dans la cicatrisation des plaies chez les patients souffrant de blessures thermiques ou exposés à un stress chirurgical.

La supplémentation orale en zinc pour accélérer la cicatrisation des plaies.

Dès les années 1970, les avantages d'une supplémentation en zinc ont été rapportés chez les patients gravement malades, les grands brûlés, les abcès sous-cutanés, la chirurgie mineure et les escarres. La cicatrisation des plaies, l'inflammation et la réponse immunitaire sont intimement liées les unes aux autres. Au fil des années, il a été démontré que le zinc était capable de moduler les fonctions immunitaires innées et adaptatives. Le zinc modifie les réponses immunitaires d'une multitude de façons, allant des cellules dérivées des myéloïdes et de la signalisation inflammatoire à la différenciation des lymphocytes et à la production d'anticorps.

En ce sens, certains protocoles de soins des plaies recommandent une supplémentation quotidienne en zinc élémentaire, comme le sulfate de zinc ou le gluconate de zinc, pour accélérer la cicatrisation. L'apport maximal tolérable, défini comme la dose journalière maximale non susceptible d'avoir des effets néfastes sur la santé, est de 40 mg de zinc. Nausées, vomissements, diarrhées, maux de tête et crampes sont quelques-uns des symptômes de la toxicité du zinc, au-delà de cette limite de 40 mg.

Le zinc en application externe accélère aussi la cicatrisation.

Il a également été démontré que le zinc topique dans les plaies favorise le débridement autolytique, soit la capacité de l'organisme à désintégrer lui-même des cellules mortes/corps étrangers grâce à des enzymes comme la collagénase. En effet, le zinc est un cofacteur de cette métalloprotéinase matricielle présente dans le derme, couche profonde de la peau. Ce bénéfice a été observé dans les escarres, le pied diabétique et les brûlures.

D'autre part, le zinc est également un cofacteur des métalotionéines, des protéines antioxydantes qui augmentent la résistance cellulaire à l'apoptose (mort cellulaire) en ayant un effet protecteur contre les espèces réactives de l'oxygène et les toxines bactériennes.

En application topique, le zinc peut être appliqué sous forme d'oxyde de zinc ou de sulfate de zinc. Des études expérimentales comparant ces deux actifs ont démontré les avantages de l'oxyde de zinc dans les plaies par rapport au sulfate de zinc. L'oxyde de zinc permet une libération plus prolongée du zinc et simule aussi l'action de certains facteurs de croissance. De son côté, le sulfate de zinc est très astringent. Le sulfate de zinc doit toujours être utilisé à de faibles concentrations, car des taux élevés de sulfate de zinc inhibent l'épithélialisation et augmentent l'inflammation.

Quelle est la meilleure voie ? Interne ou externe ?

La supplémentation orale en sulfate de zinc est indispensable à la guérison des plaies chez les patients carencés en zinc. Si les taux sont normaux, il est préférable de privilégier un traitement en zinc par voie topique, pour s'affranchir des éventuels effets secondaires que peut causer le zinc en ingestion.

Sources :

  • Institute of Medicine (US) Panel on Micronutrients. Food and nutrition board daily reference intakes for: vitamin A, vitamin K, arsenic, boron, chromium, copper, iodine, iron, manganese, molybdenum, nickel, silicon, vanadium, and zinc. Washington, D.C: National Academy Press (2001).

  • AGREN M. S. & al. Zinc in wound healing: theoretical, experimental, and clinical aspects. Wound Repair and Regeneration (2007).

  • HORNIG D. H. & al. Contribution of selected vitamins and trace elements to immune function. Annals of Nutrition and Metabolism (2007).

  • GARNICK M. S. & al. Zinc and wound healing: a review of zinc physiology and clinical applications. Wounds (2017).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: