3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

3 soins pour un hâle lumineux, sur-mesure, sans UV

Sélection
Soins visage
Vieillissement cutané
Soins corps et cheveux
Préoccupations
Diagnostic de peau
Le Carnet
Tous les Sujets
Informations rhinophyrma

Rhinophyma : tout savoir sur ce stade final de la rosacée défigurant le nez.

La rosacée se présente sous plusieurs formes, avec des stades plus ou moins graves. L'une des plus sévères est la rosacée hypertrophique, se manifestant notamment par une déformation du nez appelée rhinophyma. Quels sont les symptômes du rhinophyma ? Comment le traiter ? Découvrez tout ce qu'il y a à savoir sur cette forme rare de rosacée.

Sommaire
Publié le 13 février 2024, par Pauline, Chargée de la Communication Scientifique — 7 min de lecture

Qu'est-ce que le rhinophyma ?

La rosacée est une affection chronique de la peau assez fréquente touchant surtout les personnes. Les manifestations peuvent varier en fonction du stade de la maladie, allant de simples rougeurs et de boutons rouges à un épaississement de la peau, en passant par des irritations oculaires. La rosacée se manifeste généralement sur la partie centrale du visage, notamment sur le nez, les joues, le front et le menton. Lorsque la rosacée atteint un stade avancé, le nez est atteint et un rhinophyma apparaît. Cette forme rare touche environ 5 % des patients atteints de rosacée.

Le mot rhinophyma vient du grec "rhis" signifiant le nez et "phyma" la croissance. Cette affection se caractérise par une hypertrophie lente et progressive des glandes sébacées et du tissu conjonctif de la partie distale du nez. D'autres signes cutanés courants sont les rougeurs (érythèmes), la dilatation des vaisseaux sanguins (télangiectasies) et un élargissement du diamètre des pores du nez. Des nodules de type tumoral, avec risque d'obstruction nasale et d'apnée du sommeil, peuvent également apparaître.

Bien que la rosacée touche majoritairement les femmes, le rhinophyma se manifeste généralement chez les hommes, les plus exposés étant ceux âgés de 45 à 60 ans. Cette affection peut entraîner une stigmatisation sociale importante, les personnes souffrant de rhinophyma affichant un "nez d’ivrogne", même si elles ne boivent pas d’alcool. Ce problème esthétique s'ajoutant aux risques d'obstruction nasale, on comprend vite que cette forme de rosacée est particulièrement handicapante.

Quelles sont les causes du rhinophyma ?

Les mécanismes à l'origine de l'évolution d'une rosacée légère vers un rhinophyma sont encore mal compris. Il a été remarqué que les hommes caucasiens étaient davantage touchés que les populations asiatiques et africaines et que la pathologie évoluait plus rapidement en cas de stress, d'élévation de la température et de la consommation d'aliments épicés. Ces facteurs aggravants sont en fait les mêmes que pour les formes moins sévères de rosacée, telles que la rosacée vasculaire.

Une influence hormonale est également suspectée, certains chercheurs envisageant que la 5-alpha réductase joue un rôle dans la pathogenèse de la rosacée hypertrophique, sans toutefois qu'il existe des preuves tangibles. Cette enzyme catalyse la transformation de la testostérone en dihydroxytestostérone (DHT), hormone notamment impliquée dans la production de sébum. Si la 5-alpha réductase est suspectée, c'est parce que son activité est plus importante chez les hommes, davantage concernés par le rhinophyma.

Par ailleurs, un lien a été établi entre le développement d'un rhinophyma et la colonisation des glandes sébacées par les parasites Demodex. Naturellement présents dans l'épiderme, ces derniers ont un rôle séborégulateur et sécrètent des protéases, des enzymes impliquées dans la dégradation des protéines. Or, ces protéases jouent également un rôle dans divers processus inflammatoires et on les soupçonne aussi d'intervenir dans la formation du rhinophyma.

Comment traiter le rhinophyma ?

Il est possible d'éliminer le rhinophyma. Dans la majorité des cas, les patients parviennent à obtenir un résultat satisfaisant. Toutefois, il est important de garder à l'esprit qu'une récidive reste possible. En cas de réapparition du rhinophyma, un nouveau traitement devra être envisagé.

Comment prendre en charge un rhinophyma léger ?

Lorsque le rhinophyma est à un stade peu avancé, l'application topique de crèmes ou de gels peut suffire. Ces traitements sont généralement à base d'acide azélaïque ou d'ivermectine, ayant des propriétés anti-inflammatoires, et de métronidazole, un antiparasitaire. Ils peuvent aussi être couplés à des antibiotiques à prendre par voie orale comme la doxycycline ou la tétracycline. Ces antibiotiques permettent d'inhiber la synthèse par les bactéries de protéines nécessaires à leur croissance.

Enfin, dans certains cas, de l'isotrétinoïne, un dérivé de la vitamine A, peut être prescrit pour diminuer l'activité des glandes sébacées. Traditionnellement utilisée en cas d'acné persistante, l'isotrétinoïne peut aussi s'avérer utile lorsque le rhinophyma est encore à un stade précoce.

Comment traiter un rhinophyma sévère ?

Lorsque le rhinophyma atteint un stade trop avancé, il est nécessaire de pratiquer une opération. Avant de prendre une décision et de s'orienter vers telle ou telle technique, il est recommandé de demander conseil à un dermatologue. Celui-ci est en effet capable d'évaluer l'état du rhinophyma et d'aiguiller au mieux son patient vers une opération correspondant à ses besoins.

  • L'ablation chirurgicale.

    L'ablation chirurgicale est une procédure impliquant le retrait de l'excès de tissu et de peau sur le nez à l'aide d'un scalpel ou d'un bistouri. Elle est souvent utilisée dans les cas où le rhinophyma est sévère et où il y a une quantité significative de tissu hypertrophié à enlever. Cette opération présente peu de risques de récidive mais est susceptible d'entraîner des cicatrices et une hypopigmentation.

  • La dermabrasion.

    La dermabrasion est une technique qui utilise un dispositif rotatif avec des fraises abrasives pour enlever la couche supérieure de la peau. Cette méthode est utilisée pour lisser la surface de la peau et éliminer les irrégularités causées par le rhinophyma. Les risques de cicatrices sont réduits par rapport à une ablation chirurgicale.

  • Le laser.

    Différents types de lasers peuvent être utilisés pour traiter le rhinophyma, notamment le laser à CO2, le laser à colorant pulsé (PDL) et le laser KTP (potassium titanyl phosphate). Ces lasers fonctionnent en éliminant sélectivement les tissus hypertrophiés tout en minimisant les dommages aux tissus environnants. Cette méthode peut être utilisée pour remodeler le nez et améliorer son apparence, en réduisant les vaisseaux sanguins dilatés et en lissant les irrégularités de la peau. Le laser donne généralement de bons résultats sur le rhinophyma avec un risque de cicatrices faible. Néanmoins, il arrive parfois que le rhinophyma se reforme après son élimination.

Sources

  • ADAMS W. P. & al. Rhinophyma: Review and Update. Plastic and Reconstructive Surgery (2002).

  • GRANDE D. J. & al. Rhinophyma: A Treatment Review. Dermatologic Surgery (2017).

  • ALI F. & al. Rosacea. British Journal of Hospital Medicine.(2021).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

En savoir plus

Aller plus loin: