Édition limitée pour la Saint-Valentin

Édition limitée pour la Saint-Valentin

Sélection
Soins visage
Soins corps & cheveux
Par préoccupation
Diagnostic de peau
Aide et Contact
Points noirs : ces erreurs à éviter pour en venir à bout.

Points noirs : ces erreurs à éviter pour en venir à bout.

Voici quelques erreurs courantes que la plupart des personnes commettent lorsqu'elles essaient d'éliminer les points noirs. Si vous parvenez à éviter les erreurs suivantes, vous pourrez certainement garder une peau nette le plus longtemps possible.

Publié le 8 novembre 2022, par Maylis, Ingénieure chimiste — 10 min de lecture

Erreur n°1 : surexfolier sa peau.

Pour rappel, il existe deux méthodes : l’exfoliation mécanique ou gommage et l’exfoliation chimique ou peeling. La différence entre les deux réside dans le mode d'action du décollement des cellules mortes à la surface de la peau :

  • Généralement, un peeling chimique fait intervenir des substances appelées AHA (acides alpha-hydroxylés), BHA (acides bêta-hydroxylés) et PHA (acides poly-hydroxylés. Ces molécules éliminent les kératinocytes en rompant les liaisons ioniques, déstabilisant ainsi la couche cornée et provoquant son décollement progressif.

  • Une exfoliation mécanique ou gommage décolle les cellules mortes de l'épiderme grâce aux frottements. Il n'y a aucune action "chimique" à la surface de l'épiderme.

Même si l'exfoliation, chimique ou mécanique, peut vraiment aider à éliminer les excès de sébum et garder un grain de peau serré avec des pores désobstrués, une utilisation excessive de soins exfoliants chimiques et/ou mécaniques peut faire plus de mal que de bien. Une exfoliation excessive peut en fait aggraver le problème. Cela peut aggraver l'acné et les points noirs et déclencher une plus grande production de sébum.

La temporalité conseillée est la suivante : une à deux fois par semaine pour les exfoliations mécaniques et une fois par jour pour les exfoliations chimiques.

Erreur n°2 : percer et tripoter ses points noirs.

Même si cela est tentant, tripoter et déloger soi-même ses points noirs reste une mauvaise idée, bien qu’ils soient disgracieux et gênants. En faisant cela, vous risquez non seulement de les aggraver en les infectant avec les germes présents sur vos doigts et vos ongles, ce qui provoquera la formation d'un bouton d'acné qui se surinfectera, mais aussi vous risquez d'abîmer votre peau de manière irréversible en causant des cicatrices.

De plus, si la zone traitée n'a pas été désinfectée, cela peut engendrer leur multiplication sur la peau. En outre, en règle générale, ils sont soit vidés à moitié, soit mal pressés, ce qui crée un phénomène inflammatoire. De même, évitez d'utiliser des patchs pour retirer les points noirs sur le nez ou le menton. Cette méthode est assez agressive pour la peau. Si vous désirez absolument les enlever, nous vous conseillons fortement de prendre un rendez-vous chez un dermatologue ou un professionnel pour les retirer sans abîmer la peau avec un tire-comédon.

Retrouvez ici les 3 étapes à respecter pour désincruster les points noirs.

Erreur n°3 : utiliser un aspirateur à points noirs quand on a la peau sensible.

Un aspirateur à points noirs exerce une pression qui permet d'éliminer les imperfections logées dans les pores. Il est généralement livré avec divers embouts à vitesse réglable permettant de gérer le degré d'aspiration et adapté à la zone T du visage (front, nez et menton). Cet aspirateur absorbe les comédons et purifie la peau. La plupart des modèles permettent de bénéficier d'une intensité d'aspiration variable.

Un aspirateur à points noirs est contre-indiqué aux personnes ayant une peau fine, sensible ou sujette à l'eczéma car il peut provoquer des inflammations qui pourraient devenir chroniques. De plus, cette aspiration peut être nocive pour la peau délicate du visage et peut provoquer l'apparition de télangiectasies, ou "vaisseaux sanguins brisés", en particulier sur et autour du nez. Dans ce cas, il convient de privilégier les gommages classiques.

Erreur n°4 : ne pas se démaquiller.

Le démaquillage permet d’éviter l’obstruction des pores. Fond de teint, poudre, blush etc…, couplés aux cellules mortes et à la saleté accumulée, créent une pellicule opacifiante à la surface de la peau qui va venir boucher les pores et empêcher la peau de respirer convenablement pendant votre sommeil. À la longue, en manque d’oxygène, la peau devient un terrain propice à la prolifération de bactéries. En réaction, la peau va créer des rougeurs, des inflammations, dilater les pores libérant plus de sébum, ce qui va favoriser l'apparition d’imperfections comme des boutons d’acné et des points noirs.

Chez Typology, l’huile démaquillante, l’eau micellaire et le baume démaquillant conviennent à tous les types de peaux, même aux plus sensibles. Ces soins permettent de décoller efficacement les résidus de maquillage et les impuretés en surface. 

Par la suite, il est essentiel de passer par une deuxième étape pour laisser la peau parfaitement propre (double nettoyage). En plus du démaquillant, l'utilisation d'un nettoyant est aussi important. Il va légèrement pénétrer et retirer les impuretés, bactéries, résidus de la pollution, etc... qui se sont immiscés dans les pores. 

Erreur n°5 : appliquer des soins comédogènes.

Le terme "comédogène" vient du mot "comédons" et fait référence à la propriété d'un ingrédient cosmétique ou d'un produit cosmétique à obstruer les glandes sébacées, responsables de la fabrication du sébum. Or, cette occlusion empêche l'évacuation naturelle du sébum, ce qui a tendance à engendrer divers problèmes cutanés, tels que des pores dilatés, des microkystes ouverts appelés aussi points noirs ou encore des microkystes fermés ou points blancs.

La notion de comédogène se calcule sur une échelle de 0 à 5. Un score de 0 signifie qu'aucun comédon s'est développé donc que les pores ne sont pas bouchés et un score de 5 signifie qu'il y a une forte probabilité que l'ingrédient cosmétique en question provoque des comédons. L'indice de comédogénicité d'un ingrédient se base, entre autres, sur sa vitesse de pénétration dans les couches superficielles de la peau et sa fragilité face à l'oxydation. Tout ingrédient ayant obtenu une note de 2 ou moins est considéré comme non-comédogène.

Voici la liste des ingrédients à éviter, incompatibles avec les peaux grasses ou à tendance acnéique, qui ont régulièrement des points noirs.

  • Les cires animales : Beeswax (cire d’abeille) et Lanolin (lanoline) ;

  • Certaines huiles et cires minérales dérivées d'hydrocarbures : Paraffinum Liquidum, Cera Microcristallina, Synthetic Wax, Petrolatum, Mineral Oil, Ceresin Wax, etc... ;

  • Certaines huiles et beurres végétales : Triticum Vulgare ou Wheat germ oil (huile de germe de blé), Argania Spinosa (huile d'argan), Persea Gratissima (huile d'avocat), Coco Nucifera ou Coconut Butter (huile de coco), Cocoa Butter ou Theobroma Cocoa (beurre de cacao), Butyspermum Parkii ou Shea Butter (beurre de karité), Rosa Canina ou Rosehip Oil (huile de rose musquée), Castor Oil (huile de ricin), etc ;

  • Certains esters gras : en particulier les dérivés des acides stéariques et oléiques ou encore le myristate d'isopropyle, les insaponifiables, les squalanes et scalènes, etc...

  • Les silicones : fréquemment présents dans les fonds de teint conventionnels en raison de la texture douce avec un fini non-gras qu'ils apportent, ces polymères sont généralement très obstruants. Vérifiez deux fois les ingrédients de vos produits et gardez à l'esprit que le silicone peut également être répertorié comme diméthicone (ou tout ce qui se termine par 'cône') dans la liste des ingrédients. Attention, certains silicones comme le cyclométhicone (mélange de silicones D4, D5 et D6 dans des proportions variables) sont reconnus perturbateurs endocriniens.

A savoir : certains ingrédients comme l'alcool ne sont pas comédogènes mais particulièrement asséchants pour la peau. On les retrouve dans des fonds de teint car les dérivés d'alcool améliorent le dépôt de pigments sur la peau. Or, ils sont aussi à éviter si vous avez beaucoup de points noirs car ils peuvent provoquer une surproduction de sébum réactionnelle.

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: