Édition limitée pour la Saint-Valentin

Édition limitée pour la Saint-Valentin

Sélection
Soins visage
Soins corps & cheveux
Par préoccupation
Diagnostic de peau
Aide et Contact
Ces mauvaises habitudes alimentaires qui se répercutent sur l'état de la peau

Ces mauvaises habitudes alimentaires qui se répercutent sur l'état de la peau

La peau est un organe sensible à de nombreux facteurs extérieurs ainsi qu'aux changements internes à l'organisme. Si elle perd de son éclat ou est sujette aux imperfections, cela peut être directement corrélé à l'alimentation. Mais quelles sont ces mauvaises habitudes alimentaires qui ruinent la santé cutanée ? Focus.

Publié le 20 septembre 2022, par Maylis, Ingénieure chimiste — 8 min de lecture

L'acné, une affection cutanée stimulée par une alimentation trop sucrée.

De nombreuses études montrent le lien entre l'acné et l'index glycémique de l'alimentation. L'index glycémique d'un aliment indique sa capacité à augmenter la glycémie, c'est-à-dire la concentration de glucose dans le sang.

Lorsqu'un aliment à un indice glycémique élevée, le taux de glucose va augmenter rapidement dans le sang. En réponse, le pancréas va stimuler la sécrétion d'insuline, qui est une hormone hypoglycémiante (elle diminue le taux de sucre dans le sang).

L'insuline stimule la sécrétion de l'IGF-1 (insuline-like growth factor-1) également nommée somatomédine Cqui augmente les taux d'androgènes dans le sang. Les androgènes, de par un rétrocontrôle positif, stimulent également la sécrétion de l'IGF-1. Ainsi, les androgènes et l'IGF-1 stimule la sécrétion de sébum à l'origine de l'acné. En plus de stimuler la sécrétion d'androgènes, IGF-1 diminue la quantité du facteur de transcription FOXO1 dans le noyau cellulaire, engendrant l'activation de mTORC1 qui est impliqué dans les phénomènes d'hypersécrétion de sébum ainsi que d'hyperkératinisation.

Remarque : mTORC1 est également activé par la leucine, acide aminé qui compose la viande et les produits laitiers.

Parmi les aliments à index glycémique élevé nous pouvons citer le pain blanc, les pommes de terres, les aliments transformés (viennoiseries, pâtisseries, confiseries...) , les carottes cuites, les jus de fruits... Les produits laitiers ont un index glycémique bas mais de puissantes propriétés de stimulation de l'insuline.

Ainsi, les aliments à index glycémique élevés, les produits laitiers, ainsi que la viande sont des facteurs de risque dans le développement de l'acné.

Une alimentation trop riche en graisse favorise un teint terne.

La transformation de la graisse et son élimination demandent un travail assez important au niveau des organes émonctoires comme l'intestin. Lorsque la quantité de graisse est excessive, les intestins ne parviennent pas à les éliminer. Ainsi, les déchets et les toxines sont emmagasinés et transférés vers la peau qui sert aussi de filtre. Le teint devient gris, jaune ou terne pour traduire la saturation en gras et la fatigue au niveau des intestins. Par ailleurs, il peut aussi arriver que la peau brille et que les pores se dilatent.

Evitez ainsi les viandes grasses, la charcuterie, certains aliments hautement transformés comme les pâtes à tartiner et les biscuits, les produits laitiers, certaines huiles tropicales comme l'huile de palme et l'huile de noix de coco.

La consommation excessive d'alcool et ses effets sur la peau.

Ce n'est pas un secret, la consommation excessive d'alcool est particulièrement néfaste pour l'organisme. Ses conséquences sur la peau sont aussi loin d'être anodines !

  • L’alcool favorise la déshydratation de la peau.

L’alcool est un diurétique, c'est-à-dire une substance qui entraîne une augmentation de la sécrétion urinaire. De plus, il favorise l'exsudation. Sa consommation entraîne ainsi une déshydratation générale de l'organisme et par conséquent des tissus cutanés. La peau du visage perd de son éclat et peut même paraître tendue car son élasticité diminue. Les lèvres sont également plus sèches.

  • L’alcool accélère le vieillissement prématuré cutané.

L'alcool est riche en calories mais n'apporte aucun nutriments bénéfiques pour l'organisme et sa dégradation par le foie est fastidieuse. Elle entraine une fatigue générale et un ralentissement du cycle cellulaire. En effet, une étude menée en 2017 à l'Université de Kobe au Japon a permis de mettre en lumière les effets d'une consommation excessive d'alcool sur le vieillissement de l'organisme en général. Les excès d'alcool ont entrainé un raccourcissement des télomères, régions hautement répétitives de l'ADN, situées à l'extrémité de chaque chromosome. Pour rappel, la fonction des télomères est avant tout de protéger la séquence d'ADN ; même s'ils raccourcissent naturellement avec le temps qui passe et l'avancée de l'âge, l'alcool accélère ce phénomène ce qui engendre un vieillissement prématuré de la peau, mais également un risque accru pour les maladies cardiovasculaires, le diabète, certains cancers et la démence.

  • L'alcool aggrave certains problèmes de peau.

La consommation régulière d'alcool peut provoquer ou aggraver plusieurs affections cutanées différentes, notamment la rosacée, le psoriasis, la dermatite séborrhéique.

  • L'excès d'alcool "marque" la peau.

La consommation excessive d'alcool a des effets inflammatoires sur la peau et l'organisme en général, à court comme à long terme. Il s'agit d'un puissant vasodilatateur : son ingestion est assortie d'une dilatation rapide des vaisseaux périphériques. Apparaissent alors des rougeurs sur le visage mais également à d'autres endroits du corps comme le cou ou encore les mains. Par ailleurs, très riches en sucres et calories, la consommations excessive de boissons alcoolisées augmente le taux de glucose dans la circulation sanguine, limitant la régénération cellulaire. Ce phénomène se traduit par des marques visibles sur le visage (cernes marqués et gonflés, teint gris, rougeurs...).

Sources :

  • Drinking Makes You Older at the Cellular Level, Research Society on Alcoholism, (2017).

  • T Sarkola & al., Acute effect of alcohol on androgens in premenopausal women, Clinical Trial Alcohol, (2000).

  • Goodman GD et al. Impact of Smoking and Alcohol Use on Facial Aging in Women: Results of a Large Multinational, Multiracial, Cross-sectional Survey. J Clin Aesthet Dermatol. (2019).

  • VARIGOS G. A . & al. A low-glycemic-load diet improves symptoms in acne vulgaris patients: a randomized controlled trial. The American Journal of Clinical Nutrition (2007).

  • TAN J. & al. Effects of diet on acne and its response to treatment. American Journal of Clinical Dermatology (2021).

  • MICALI M. D. & al. Diet and acne: review of the evidence from 2009 to 2020. International Journal of Dermatology (2021).

Diagnostic

Découvrez votre
typologie de peau.

Aller plus loin: